Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

 

Encouragée et habilitée par la récente résolution de l'UNESCO qui rejette les liens juifs au Mont du Temple et au Mur occidental, l'Autorité palestinienne se vante de son intention de tenir une série d'événements mondiaux tout au long de l'année à venir pour dénoncer la création de l'Etat d'Israël.

 

Le but de la campagne, décrite comme «massive», par l'Agence de Nouvelles Qudsnet est de «mettre la communauté internationale, et surtout la Grande-Bretagne, face à leurs responsabilités historiques et appeler qu'elles expient ce crime majeur commis, et qui soulève la question de l'injustice historique infligée au peuple palestinien ».

 

Le «crime grave» en question c'est la Déclaration Balfour, du 2 novembre 1917 envoyé par le ministre britannique des Affaires étrangères Arthur Balfour au chef de la communauté juive Walter Rothschild, de la Fédération sioniste de Grande-Bretagne et d'Irlande.

 

Il a déclaré: "Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays, "

 

Bien que ce soit bien avant le terme même que le terme «Palestiniens» est existé - ou que les gens se disent «Palestiniens» - - la falsification de l'histoire fait partie intégrante de leurs efforts pour délégitimer Israël par toutes les manières possibles. Le vote de l'UNESCO est un exemple infime de cette pratique, qui prend de l'ampleur avec l'aide des gauchistes occidentaux.

 

Une autre cacophonie incessante c'est que la situation des implantations israéliennes constituent un "obstacle à la paix."

 

Ironiquement, le fait même que toutes les factions de l'Autorité palestinienne n'hésitent pas à considérer l'Etat juif comme une catastrophe digne de deuil annuel - et digne de tueries de juifs innocents - ne servent pas à dissuader les partisans d'une solution à deux Etats de leur affirmer que les nouveaux appartements en Cisjordanie ne sont nullement provocateurs.

 

Au contraire, si Abbas a dit clairement que les Juifs ne seraient pas les bienvenus sur le territoire contrôlé par l'AP en toutes circonstances, lorsque le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé l'attention sur cet antisémitisme flagrant, ce fut lui qui a été impitoyablement réprimandé, en particulier par la Maison blanche et le Département d'Etat.

 

Saeb Erekat, le chef négociateur "paix" des Palestiniens, a eu l'occasion, comme il le fait toujours, aux États-Unis d'utiliser la critique d'Israël comme un moyen de prouver que l'Etat juif est né et vit dans le péché.

 

Dans un article d'opinion dans le Washington Post de mardi, Erekat a fait cela dans le contexte de la Déclaration Balfour, qu'il a appelé le «commencement symbolique de la négation de nos droits.» Châtiant le monde pour ne pas prendre des mesures importantes pour mettre fin à la parodie de l'existence d'Israël, il crachait ses mensonges habituels sur la façon dont l'Etat juif a vu le jour.

 

"Le peuple palestinien a été violemment dépossédé de ses maisons et exilé de sa patrie en 1948, il a enduré l'occupation en 1967, pour être forcé dans le compromis historique reconnaissant la frontière de 1967 comme frontières de l'Etat de Palestine", écrit-il, omettant commodément la véritable histoire de la guerre d'indépendance d'Israël et de la guerre des Six jours 19 ans plus tard - l'assaut des armées arabes voisines sur un pays minuscule naissant qui a passé une grande partie de son temps à essayer de trouver un arrangement avec ceux qui voulaient son anéantissement.

 

La pièce d'Erekat était conforme à l'annonce d'Abbas en Juillet que l'Autorité palestinienne allait déposer une plainte contre la Grande-Bretagne pour la Déclaration Balfour. Cela a été transmis par le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Maliki au Sommet de la Ligue arabe en Mauritanie, Abbas n'a pas pu assister, en raison de la mort de son frère.

 

En dépit du fait que Omar Abbas avait été traité pour un cancer dans un hôpital de Tel-Aviv - tout comme les membres de la famille de nombreux autres patrons du Fatah et du Hamas - le dirigeant palestinien allait de l'avant avec son litige contre le Royaume-Uni sur un document vieux de 100 - ans, "et des centaines de milliers de Juifs qui sont arrivés en provenance d'Europe et d'autres endroits en Palestine au détriment de notre peuple."

 

 Avec un tel aveu flagrant de sa position réelle sur l'Etat juif - allant jusqu'à faire la guerre à la Déclaration de Balfour - l'Autorité palestinienne doit être traitée avec le mépris et la dérision qu'elle mérite.

Par Ruthie Blum

https://www.algemeiner.com/2016/10/28/the-meaning-of-the-palestinians-war-on-the-balfour-declaration/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

commentaires

André 17/11/2016 22:42

Non il ne faudra surtout pas traiter la propagande palestinienne uniquement par la dérision et le mépris. Cela nous a couté trop cher jusqu'à présent. Il va falloir au contraire la contrer très sérieusement et honnêtement avec l'histoire réelle mais aussi avec la fierté du travail accompli en assumant tout, dans la paix comme dans la guerre. Les juifs n'ont pas besoin de se comporter comme les arabo-musulmans pleurnicheurs, menteurs et calomniateurs. Ces armes des lâches.

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog