Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

L'ABC de la Judée - Samarie: Va-t-on vers le dysfonctionnement?

L'Autorité Palestinienne (avec le soutien de l'UE) construit illégalement et dangereusement dans les parties clés de la zone C qui sont essentielles à Israël. Israël doit mettre fin à cet envahissement avec détermination.

La plupart conviendrait que l'ABC est indispensable à l'alphabétisation et au passage à la littérature Occidentale et à la culture. Pareillement, savoir faire la différence entre les régions A, B et C en Judée et Samarie et leurs ramifications est indispensable à la compréhension de la politique et de la violence qui affectent beaucoup d'entre nous sur une base presque quotidienne.

Prenez toute activité sociale ou politique conséquente pour les Israéliens ou pour les Palestiniens, de l'agriculture à la construction à l'emploi, de l'implantation et évidemment la sécurité et la taxation et l'importance de ces désignations doivent à coup sûr survenir.

Cela fait plus de vingt ans que les termes "zones A, B et C" sont entrés dans les moeurs, mais même les passionnés de la scène politique d'Israël pourraient être troublés sur ce qu'ils signifient. Ils ont été utilisés d'abord dans des documents juridiques au cours des négociations d'Oslo, notamment l'accord intérimaire entre Israël et l'OLP ont signé en Septembre 1995 connu sous le nom Accord d'Oslo II. Cet accord a étendu la compétence de l'Autorité palestinienne nouvellement créée (AP) pour les grandes villes de Judée-Samarie. L'AP avait obtenu la compétence sur la plupart de Gaza et de Jéricho un an et demi plus tôt.

Ces trois types de compétence (juridiction) — qui ont des différences importantes — ont été-seulement destiné à avoir un sens que pour cinq ou six ans, jusqu'à ce qu'un règlement définitif de la question palestinienne était censé être atteint. La date de cette heureuse occasion, comme convenu par le président d'alors Bill Clinton, le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et le leader d'alors de l'OLP, Yasser Arafat, devait être au plus tard dans les cinq ans après la mise en place de l'Autorité palestinienne en mai 1994; c'est-à-dire en 1999.

Dix-sept ans plus tard, un accord final semble plus lointain que jamais.Les différences entre les définitions juridiques des zones A, B et C et les réalités sur le terrain ont augmenté. Pourtant, en dépit de ces différences, Israël, l'Autorité palestinienne, les États-Unis et la plupart de la communauté internationale ne considèrent pas toutes ces distinctions juridiques et les documents dans lesquels ils ont été inscrits comme obligatoire, et pouvant être supplantées par la signature d'un accord final.

Cette amorce tente de donner un sens à ces différences et à leurs ramifications pour les éditions telles que les implantations, la sécurité et les perspectives pour une résolution paisible de la question palestinienne.

La zone A est l'espace dans lequel l'AP a compétence politique et militaire sur ses habitants, qui sont tous des arabes. Cela comprend toutes les grandes villes et leurs environs immédiats, à l'exception partielle de Hevron juive, qui est entrée sous le contrôle exclusif israélien dans le protocole Hevron 1997 entre Israël et l'OLP. La zone A comprend environ 18% de la Judée et de la Samarie.

Selon les Accords d'Oslo, l'Autorité palestinienne n'a jamais eu juridiction sur les citoyens israéliens et les ressortissants étrangers. les citoyens israéliens ont le droit d'entrer et de passer à travers la zone A en paix, à condition qu'ils ne soient pas impliqués dans des activités illicites, auquel cas l'AP peut temporairement les arrêter jusqu'à ce qu'ils soient transférés aux autorités israéliennes. Des patrouilles mixtes israélo-PA étaient destinées à traiter de tels cas.

Zone B signifiait moins des zones bâties, dont beaucoup partagent l'espace avec les implantations créées dans le lecteur de colonisation massive dans les années 1980, lancée par le gouvernement du Likoud. La zone B, qui comprend environ 22% de la Judée et de la Samarie, Israël et l'AP se partage la compétence. Israël jouit d'une compétence exclusive sur les habitants juifs et l'autorité exclusivement sur la sécurité tant pour ses habitants arabes que juifs.

L'Autorité palestinienne a compétence politique, administrative et de la police sur les habitants arabes. Ils sont soumis à ses lois, payent les impôts et les prestations nécessaires à partir des mêmes services publics que l'AP fournit dans la zone A. À proprement parler, seule l'armée et la police israélienne peuvent procéder à des arrestations dans ces domaines.

La plupart de Judée et de Samarie (60% de la superficie) est désignée Zone C , sur laquelle Israël a la compétence exclusive sur le plan administratif et en matière de sécurité. La caractéristique distinctive de lazone C est qu'elle est peu peuplée par les habitants arabes et dans laquelle beaucoup d'implantations juives ont eu lieu. La plupart de cette zone se trouve à l'est de la colonne vertébrale peuplée de montagne de Jénine au nord et Hevron dans le sud. Les pentes orientales descendent dans et y compris la vallée du Jourdain caractérisées par un climat rude et peu ou pas de précipitations.

La vallée du Jourdain, les Collines de Hevron Sud et la région dans les environs de Ma'aleh Adumim-de l'est du mont Scopus à Jéricho - sont de loin les espaces les plus politiquement contestés dans la zone C, en raison à la fois à la colonisation juive et des préoccupations de sécurité israéliennes.

Il est important de noter que la quatrième lettre de l'alphabet a été écarté de ces désignations juridiques: "J" pour Jérusalem. La question de Jérusalem dans les documents juridiques pertinents n'a été mentionnée que comme l'une des cinq questions cruciales qui devaient être résolus dans les négociations finales. Cela signifiait que Jérusalem restait formellement sous la juridiction exclusive israélienne.

La division alphabétique de la région reflète clairement la logique géostratégique israélienne plus que les intérêts palestiniens, ce qui suggère qu'Israël avait la haute main sur le processus des négociations.La division était censée faciliter le contrôle de la sécurité d'Israël tout en soulageant Israël du fardeau des soins aux habitants arabes de la région.

Mais dessus d'Israël dans les négociations a été miné par sa politique sur le terrain au cours des six années entre l'apparition de l'AP et le déclenchement de la deuxième Intifada. Le ministère israélien de la Défense, l'armée et le gouvernement ont tenté d'acheter le calme en tournant les yeux de l'empiètement de l'AP avec l'encouragement de nombreux gouvernements occidentaux.

Les activités de la Maison d'Orient, dirigée par Fayçal Husseini, faisant de l'ombre à la municipalité de Jérusalem était probablement la disgression la plus frappante de la logique stratégique des accords d'Oslo. Husseini, bien que qualifié de " défenseur de la paix," était en fait l'un des leaders du Fatah les plus extrêmistes et les plus influents jusqu'à sa mort en 2000. Des agents de sécurité palestiniens bientôt pénétrèrent Jérusalem-Est pour enlever des Arabes soupçonnés d'être des informateurs, ou qui exprimaient leur opposition à Arafat, ou même pour les questions pénales.

Comme ces infractions se sont produites à Jérusalem, elles ont également eu lieu dans les zones B et C. La crainte qu'elles ont créé ont rendu difficile de recueillir des renseignements, une contrainte pour laquelle le public israélien a payé cher. Au cours des deux premières années de la deuxième Intifada, des escadrons très sophistiqués jusqu'à 12 terroristes appartenant au Hamas, au Jihad islamique et au Fatah ont savamment planifié des attentats suicides-non-détectés sur une période prolongée.

Pendant ce temps, l'AP a réalisé une souveraineté effective sur la zone A, sur laquelle les autorités israéliennes avaient le droit de "poursuite" et dans lequel les citoyens israéliens ont le droit de se déplacer et faire des affaires. Peu après la signature de l'accord de 1993 les colons, et la plupart des Israéliens ont été empêchés d'entrer dans la zone A après que quelques habitants de Beit El et d'Ofra ont mis leur vie en danger en essayant d'exercer leur droit de circulation. La zone A est également devenue hors des limites de l'armée israélienne. En conséquence, les sanctuaires de terrorisme sont apparus dans les villes arabes comme Naplouse, Jénine, Tulkarem et Bethléem.

.

Alors est venue l'idée de la souveraineté de l'AP lorsque l'armée israélienne est entrée à Gaza en Avril 2001, pour la première fois depuis la signature d'Oslo II, le Secrétaire d'Etat américain a assailli l'opération comme «excessive et disproportionnée» et a demandé à Israël de retirer ses forces — une demande à laquelle Israël s'est rapidement conformé. Tragiquement pour les 1.050 victimes du terrorisme palestinien et de leurs familles, alors que la souveraineté israélienne a été violée à Jérusalem, Israël a effectivement perdu son droit de prévenir le terrorisme dans la zone A entre 1996 et 2002.

Ce fut seulement après le 11/9 et la complicité iranienne dans l'envoi massif d'armes à l'Autorité palestinienne, mise à jour au travers de l'interception et la prise du bateau Karin-A en Février 2002, les États-Unis ont donné le feu vert pour la pénétration israélienne de la zone A. l'attentat-suicide lors d'un Seder de Pessah 2002 à l'Hôtel Park qui a tué 33 Israéliens, y compris de nombreux survivants de l'Holocauste, a conditionné la volonté de passer à la vitesse d'une politique de victimaire essentiellement à un assaut frontal majeur.

À la fin de Mars 2002, Israël a lancé l'opération Bouclier défensif, afin de reconquérir toutes les grandes villes arabes de Judée-Samarie, et essentiellement la modification des zones désignées A à l'état B, où l'armée israélienne est devenue responsable de la sécurité. Rien ne l'a caractérisé autre que le changement de plus d'arrestations préventives menées par l'armée israélienne sur une base presque quotidienne depuis.

Le nombre de personnes arrêtées est ahurissant selon les normes occidentales. En 2007, les forces de Tsahal, travaillant surtout la nuit, ont arrêté 7.000 Arabes. Les arrestations ont diminué de moitié en 2012, mais ont augmenté depuis lors avec la réémergence du terrorisme à grande échelle. En 2015, le nombre de personnes arrêtées a augmenté à 6000, avec de fortes hausses au cours des mois qui ont coïncidé avec la vague actuelle de violence. Pour avoir une idée de la proportion de ces arrestations, on considère qu'un responsable de la sécurité dans le Home Office britannique a annoncé avec inquiétude que les autorités avaient arrêté 281 suspects terroristes en Grande-Bretagne en 2014.

Tsahal et le Shin Bet (Agence israélienne de sécurité) disent que des incursions dans le territoire de l'AP pour faire des arrestations préventives ont été les moyens les plus efficaces de loin dans la réduction du terrorisme (au moins jusqu'à ce qu'à la vague actuelle de terrorisme "propre initiative"). Ainsi, le terrorisme a diminué d'un pourcentage plus élevé avant l'érection de la barrière de sécurité qu'après.

Israël n'a pas été le seul à changer le statu quo dans la division alphabétique de Judée et de Samarie. Alors qu'Israël a réduit le contrôle PA dans la zone A dans sa lutte contre le terrorisme, l'Autorité palestinienne et l'UE, avec le soutien financier des pays arabes tels que le Qatar et le Koweït, ont au cours de la dernière décennie ont cherché à empiéter activement sur la domination israélienne dans la zone C, où selon les accords, Israël a le contrôle exclusif administratif et sécuritaire.

L'arène majeure dans cette guerre calme mais intense s'étend de Anata (en bordure du dépôt de traway sur le côté nord de l'autoroute Jérusalem-Jéricho) à Abu Dis et à Eizariya, à trois kilomètres au sud, l'atterrissage sur les deux côtés de la route parallèle à Ma'aleh Adumim tout le chemin qui mène vers à Jéricho. Le principal objectif de l'AP et de l'UE qui est également leur arme: pour créer une implantation arabe continue du sud au nord de la «Cisjordanie».

.

Israël voudrait éviter que la contiguïté en misant sur l'E-1, la zone qui créerait une implantation continue de Ma'aleh Adumim à Jérusalem. Mais, comme la construction israélienne diminue dans l'insignifiance sous le regard sévère de l'Oncle Sam et d'un Premier ministre israélien apeuré, l'Autorité palestinienne, avec l'aide de l'UE, a réussi à construire 120.000 logements Palestiniens dans un espace pas plus grand que neuf kilomètres carrés. Ce nombre est plus du double du nombre d'habitants de Ma'aleh Adumim et des autres localités israéliennes dans la zone s'étendant vers Jéricho.

Cent vingt mille habitants? Où vivent-ils tous? La réponse peut être trouvée dans Waze, mais probablement vous n'en avez pas besoin. Allez à la jonction de la Colline française et continuez sur la route 1 menant à Jéricho. Lorsque vous serez à un kilomètre de la jonction littéralement priche de la barrière de sécurité. Vous trouverez une jungle urbaine si dense que de ce fait Bat Yam ressemble à Central Park à New York.


Bienvenue à Ras Khamis et Ras Shahada, qui bloquent la vue du village d'Anata, qui abrite le prophète Jérémie de Anatot. Selon les médias palestiniens, Nasrin Alian, un avocat avec l'Association pour les droits civils en Israël, 120.000 habitants vivent dans cette monstruosité urbaine, qui a été érigé depuis 2007. Umm Ishak al-Kaluti, du même site de médias, confirme que Il y a dix ans ,elle possédait l'une des rares maisons sur cette colline.

La plupart de cette zone se situe dans la ligne municipale officielle et est donc formellement sous la souveraineté israélienne.Le reste est zone C, qui Israël contrôle vraisemblablement. Pourtant, des centaines d'immeubles d'appartements de six à dix étages y ont été construits, qui sont illégaux, comme un officier supérieur de la police des frontières en charge de la sécurité dans la région l'a confirmé. Cet officier et Jamil Sanduqa, chef improvisé du conseil local de Ras Khamis, soutenu par l'Autorité palestinienne et l'UE, seraient tous deux d'accord, malgré leur guerre tranquille que ces quartiers sont un désastre humain.Sanduqa caractérise la vie ici comme " l'emprisonnement à perpétuité."

La seule route qui traverse ce cauchemar urbain est à deux voies larges. Elle est constamment embouteillée entièrement jusqu'à l'avant-poste ouvert 24/24 heures, gérée par la police des frontières, qui permet le passage à Jérusalem. Le Camion des pompiers trouvent qu'il est impossible d'atteindre la scène opératoire en cas de situations d'urgence comme les incendies ou des explosions de ballons à gaz, des courts-circuits électriques (dont la plupart sont installés illégalement). Ils auraient du mal à atteindre les victimes en cas de catastrophe majeure comme un tremblement de terre.

Les feux d'ordures en plein air sont dévastateurs avec des effets sur la santé des habitants, et probablement sur les habitants de la Colline française aussi. Ceci est également vrai de A-Zaim, une version plus petite de Ras al-Khamis à seulement deux kilomètres au sud, qui est désignée comme zone B. Dans A-Zaim, la construction illégale a lieu vers la route en violation des conventions internationales qui stipulent des distances obligatoires entre la ligne de construction et les principales artères de circulation.

Il faut supposer que les responsables israéliens de Beit El responsables de voir que l'AP opère dans des limites juridiques ont des lunettes aux verres très roses. Sinon, comment peut-on expliquer que ces constructions illégales, qui peuvent devenir facilement des sites parfaits pour des fusillades à des tireurs embusqués, n'ont pas été démantelés?

Depuis Ma'aleh Adumim, l'UE a identifié des campements de fortune de bédouins comme l'arme principale pour transformer la zone C en un état qui serait peut-être palestinien. Il n'y avaient que des fonctionnaires de l'UE pour permettre à de tels campements dans leur propres pays d'origine, ils se retrouveraient derrière les barreaux pour complicité de logements qui sont en contravention aux ordonnances civiques dans les Etats du tiers-monde, ainsi que des Etats qui composent l'UE.

.

Ces campements en pleine expansion sont trop près d'une grande autoroute, et dépourvus de systèmes d'égouts et l'élimination organisé des déchets.Les autorités israéliennes ont nivelé une zone située juste au sud de Abu Dis qui fournirait toutes ces commodités, mais l'UE continue à inciter cette implantation inhumaine. De toute évidence, l'UE estime que tous les moyens illégaux justifient à la fin la création d'un Etat palestinien.L'histoire est répétée dans les Collines Hevron du Sud.

Le document écrit et signé en 1995 qui a créé les zones A, B et C, bien que peu spectaculaire dans son propre droit, a ouvert la voie à des événements dramatiques, souvent douloureux. Il concerne directement les affaires courantes telles que la récente proposition faite par le chef d'état-major de Tsahal le lieutenant-général Gadi Eisenkot pour revenir au contrôle de sécurité exclusif de l'AP de certaines villes de la zone A, en commençant par Ramallah et Jéricho.

Israël répétera-t-il l'erreur de fournir au Hamas et au Jihad islamique des sanctuaires à partir desquels ne seront pas lancées seulement que des attaques avec des armes de fortune, comme dans la vague actuelle de violence, mais aussi des attentats suicides massifs, comme dans la deuxième intifada?

On peut dire de même de l'indulgence qu'Israël montre face à la construction massive et illégale encouragée par l'UE et d'autres états arabes. Israël pourrait faire la même erreur qu'il a fait entre 1996 et 2002 lorsqu'il a permis à l'AP d'enmpièter sur les régions B et C, pour laquelle il a payé un prix très élevé pendant la deuxième intifada.

Par Prof. Hillel Frisch

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/18693#.Vwn-kvmLTDd

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

http://malaassot.over-blog.com/2016/04/l-abc-de-la-judee-samarie-va-t-on-vers-le-dysfonctionnement.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics

Published by DAVID - - europe, ISLAM, ISRAEL

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog