Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Voilà pourquoi l’islam n’est qu’une secte

Une religion est une organisation humaine qui affirme apporter un message et un prêche d’une morale positive et humaniste (déiste ou philosophique) à laquelle on est invité à adhérer.

Les principes d’une religion reposent sur le présupposé et le tenu pour acquis de l’existence d’une force / intelligence supérieure invisible, intangible et inaccessible omnipotente, omniprésente et omnisciente qui serait à l’origine de la création de toute chose et de toute vie.

Le présupposé et le tenu pour acquis ne sont que des idées auxquelles chacun est libre de donner foi sans qu’à aucun moment la preuve de ces idées n’ait été donnée.

Sur ces principes établis en doctrine fondamentale et inattaquable, les religions imposent à leurs membres des règles et des lois formant le dogme applicatif de cette doctrine.

Les sectes se veulent des sortes de mini religions dont le fonctionnement et les contraintes sur les membres vont pourtant bien au delà de cette définition. Il faut noter que les Etats du monde ont toujours répugné à définir le sens précis du mot religion et à légiférer sur leurs statuts, leurs pouvoirs et les limites de leur influence. Seule la France s’est dotée d’une loi sur la laïcité (1905) qui pose des limites au principe religieux et sépare l’Etat de la religion. En France, l’Etat garantit la liberté de la pratique d’un culte dans le respect de tous les cultes, mais ne peut pas prendre position pour une autre, tout comme les religions ne peuvent pas s’immiscer dans les affaires de l’Etat.

N’importe qui peut créer sa secte et c’est en effet ce qui se passe très souvent. Certaines sectes sont très dangereuses et nuisibles à l’homme et doivent être interdites. Certaines sectes ont une durée plus ou moins longue mais bien souvent elles meurent avec la disparition de leur fondateur.

Si Raël avait créé sa secte il y a 1400 ans et si elle avait duré jusqu’à ce jour, elle aurait peut-être l’importance de l’islam aujourd’hui.

« Le mouvement raëlien (initialement appelé MADECH, Mouvement pour l’accueil Des Elohim Créateurs de l’Humanité) a été fondé par le Français Claude Vorilhon, dit Raël, en 1974. À l’origine, la doctrine du mouvement se base sur le contact qu’aurait eu Raël, selon lui seul, avec des extraterrestres techniquement avancés, les « Elohim », qui auraient créé la vie sur Terre ainsi que plusieurs religions comme le christianisme, le judaïsme et l’islam. »

Les sectes et les dérives sectaires sont prises en considération dans le droit occidental :

Aux termes des critères établis par la « MILIVUDES » (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires), en France, on peut définir une secte par les caractères ci-dessous.

Sur la base de critères précisés par plusieurs commissions d’enquêtes parlementaires a été élaboré un faisceau d’indices permettant de caractériser l’existence d’un risque de dérive sectaire :

(En rouge ce qui correspond à l’islam)
la déstabilisation mentale
– le caractère exorbitant des exigences financières,
la rupture avec l’environnement d’origine,
l’existence d’atteintes à l’intégrité physique,
l’embrigadement des enfants,
le discours antisocial,
les troubles à l’ordre public,
l’importance des démêlés judiciaires,
l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels,
les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.
On constate qu’un certain nombre de ces critères concernent bien l’idéologie musulmane :
– La déstabilisation mentale dès l’âge d’apprendre en instillant l’enseignement de concepts aliénants éloignant l’élève de toute rationalité et de toute liberté de critique ou jugement et induisant un total désengagement de l’intelligence naturelle.
– Les exigences financières n’ont pas forcément un caractère exorbitant mais sont obligatoires. La zakkat est l’aumône légale obligatoire due à l’imam (environ 2,57% des revenus annuels). Elle est destinée à des causes officiellement louables, mais cela reste confidentiel. Elle est dissociée de l’impôt sur le revenu.
– La rupture avec l’environnement d’origine peut avoir lieu dans les pays musulmans en isolant l’enfant dans des écoles coraniques ou madrasas fermées où l’enseignement est fait sous la menace de châtiments corporels, parfois enchaîné. En terre non musulmane, les musulmans se regroupent entre eux, en ghettos, interdisant aux jeunes d’avoir des contacts avec des non musulmans durant leur période d’incubation.
– L’existence d’atteintes à l’intégrité physique est une menace constante dans l’islam en regard des lois qu’il impose. Châtiments corporels, fouet, bâton, amputation, mise à mort par lapidation pendaison ou décapitation.
– L’embrigadement des enfants est un fait. L’enseignement du Coran obligatoire appris par cœur à des enfants dès l’âge de 4 ans sans savoir lire ni sans comprendre le sens de ce qu’ils apprennent. Sans préjudice de l’exaltation précoce à la haine et à la violence contre une part de l’humanité. Par la suite, des enfants sont envoyés se faire exploser sur des objectifs civils.
– Le discours antisocial est la règle dans tous les pays où l’islam n’est pas la religion légale obligatoire. Par principe, l’islam rejette toutes les lois non islamiques.
Les mosquées sont des lieux de prière, certes, mais aussi des forums de réunions et de propagande contre les ennemis de l’islam (tout le monde) où les imams prêchent parfois la haine et l’incitation à l’incivilité, à la violence, aux débordements publics, à la révolte et à la guerre civile.
Pour certains, les mosquées sont aussi des casernes, des lieux de formation militaire et de stockage d’armes, de munitions et d’explosifs.
– Les troubles à l’ordre public dans tous les pays où l’islam n’est pas la religion officielle sont systématiques et bien connus, dans le cadre de la propagande, du prosélytisme et de la lutte verbale contre l’autorité non musulmane rejetée, en attendant la phase violente qui est le prélude au djihâd, la guerre sainte de conquête des terres non encore islamisées.
– Les démêlés judiciaires sont innombrables et leurs conséquences connues de tous. 65% des populations carcérales en France sont des musulmans, alors que les musulmans représentent moins de 6% de la population nationale.
– Les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics. Elles sont innombrables et c’est par là que l’islam préfère avancer plutôt que par la base des populations. Aujourd’hui, ils sont partout, gouvernement, parlement, administration, entreprises publiques, services publics (Paris : RATP), enseignement, santé, justice, police, armée, etc…
Laurent Droit
* Enfin, un point important est que dans les sectes, contrairement aux religions, il est impossible de quitter la secte, ce qui est le cas de l’islam puisque le crime d’apostasie (abandon public de la religion) peut être puni de la peine de mort par lapidation.
L’islam, une secte qui dérive du christianisme
http://www.info-sectes.org/islam/islam.htm
« L’islam est une secte, ce n’est pas une religion »
http://www.postedeveille.ca/2011/01/lislam-est-une-secte-ce-nest-pas-une-reilgion.html
L’islam est la tromperie la plus réussie de l’histoire de l’humanité (Amil Imani)
Amil Imani est un Américain d’origine iranienne. Ancien musulman, il tente d’alerter le monde au danger de l’islam radical et de libérer ses coreligionnaires de l’emprise de l’islam.
http://www.postedeveille.ca/2011/11/l-islam-est-la-tromperie-la-plus-reussie-de-l-histoire-de-l-humanite.htm
l
Secte ou pas secte? Plongée chez les salafistes de France
http://religion.blog.lemonde.fr/2011/09/30/secte-ou-pas-secte-plongee-chez-les-salafistes-de-france/

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2016/03/voila-pourquoi-l-islam-n-est-qu-une-secte.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics

Published by DAVID - - ISLAM, salafistes, sectes, TERRORISME

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog