Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Pourquoi les Juifs Israéliens sont conservateurs et les Juifs Américains sont de gauche?

La gauche israélienne comme un mouvement politique démocratique est mort. Ces mauvaises nouvelles ont été dites lors d'un récent sondage qui montre que seulement 8% des juifs israéliens s'identifient à la gauche, 55% sont centristes et 37% à droite.

Lors des dernières élections, comme le loup le Parti travailliste a dû revêtir le costume du centre sioniste mais a encore perdu malgré ce stratagème. La gauche a dû créer deux autres faux partis centristes pour arrêter Netanyahu, mais il a fini par les rouler avec sa coalition de centre-droit.

La gauche israélienne contrôle toujours les habituels avant-postes élitistes non démocratiques de l'Etat profond, des médias, du milieu universitaire, de la culture populaire et du pouvoir judiciaire, mais elle ne peut même plus s'appeler elle-même - la gauche et a encore de l'espoir de gagner. Tout ce qu'elle peut faire c'est de porter atteinte à la volonté du peuple et de saboter le pays par égoïsme et méchanceté.

La situation en Israël est en contraste frappant avec celle des États-Unis, où 49% des Juifs penchent à gauche, 29% sont de tendance centriste et seulement 19% s'identifient comme conservateur.

C'est une conclusion populaire et simpliste à la fois à gauche qu'à droite d'attribuer cette bipartition au terrorisme. Mais si le terrorisme musulman a fait que les gens se sont déplacés vers la droite, les New-Yorkais eux, seraient tous républicains. Et les politiques de la Droite israélienne traite le terrorisme islamique comme un problème du quotidien, jusqu'au dernier couteau du Jihad.

Le processus de paix désastreux de la gauche israélienne avec des terroristes qui ont tué plus d'Israéliens que la guerre des Six Jours, a contribué à la discréditer, mais c'est loin de l'histoire entière. La gauche israélienne n'a pas implosé soudainement à cause de l'accord avec l'OLP. L'accord a été fait avec les terroristes parce que la gauche et la droite avaient perdu des élections.

La gauche israélienne était le parti politique israélien dominant depuis trente ans et a perdu son emprise dans les années soixante-dix. Dans les années quatre-vingt, la gauche israélienne était en train de mourir. Pendant les quinze dernières années, chaque premier ministre israélien est sorti du parti Likoud conservateur (même s'il n'y restait pas toujours.)

La montée de la droite israélienne a été alimenté par les immigrants.C'est toujours vrai. La gauche israélienne a mis en place son utopie socialiste avec des syndicats affiliés au parti travailliste, des fermes collectives, la protection sociale et des organisations politiques dans lesquelles votre capacité à gagner votre vie dépendait de vos liens politiques à gauche. Les survivants de l'Holocauste ont été violemment agressés par des voyous de gauche dès qu'ils avaient atteint le rivage et si ils ne faisaient pas partie de la gauche. Les réfugiés juifs du Moyen-Orient ont rencontré un système de gauche sectaire qui les considérait seulement comme légèrement au-dessus des animaux. Les Juifs russes fuyant l'URSS trouvaient souvent eux-aussi un accueil tout aussi hostile.

Ces groupes ont aidé à renverser la gauche du pouvoir. Les survivants de l'Holocauste avaient fui le national-socialisme. Les Juifs du Moyen-Orient avaient fui les dictatures socialistes arabes. Les Juifs russes avaient échappé à l'Union des Républiques socialistes soviétiques. Le socialisme avait peu de connotations positives pour eux. Et la discrimination qu'ils rencontrèrent de la Gauche dès qu'ils sont arrivés les a convaincue de rejoindre la Droite.

La gauche avait toujours compris que l'immigration juive en Israël poserait la plus grande menace à sa règle. Elle avait besoin d'immigrants, mais elle les détestait aussi et les craignait. Et ils ont appris à se détester réciproquement. Aux États-Unis, la première génération et même les immigrants de deuxième génération représentent une proportion beaucoup plus faible de la population juive américaine qu'ils ne le font en Israël. Et, comme leurs homologues israéliens, la première génération d'immigrants juifs en Amérique qui venait de l'URSS ou de la Syrie avait tendance à être politiquement conservatrice.

Cela fait partie de l'histoire. Mais ce n'est pas aussi toute l'histoire. Pour comprendre le reste, nous devons examiner les Juifs américains. Nous pouvons prédire la politique des Juifs américains en fonction de leur religiosité.

60% des Juifs qui assistent à des services religieux hebdomadaires désapprouvent Obama. Seulement 34% l'approuvent. Parmi ceux qui ne fréquentent pas les services religieux, l' approbation est de 38% à 58%. En Israël, la gauche trouve son plus grand soutien parmi les Juifs laïques et la droite touche ses meilleurs scores parmi les juifs religieux. L'identification de gauche en Amérique est de 50% plus élevée chez les Juifs d'aucune religion. Le nombre de Juifs américains sans religion a triplé depuis 2001. Entre - temps la population laïque israélienne est en déclin.

Deux fois plus de Juifs israéliens que de Juifs américains croient en Dieu. A quoi croient les Juifs américains qui ne croient pas en Dieu? Habituellement, la réponse c'est - en Obama. Ou en Israël, ou à un fantasme de la paix avec les terroristes islamiques.

La laïcité ne constitue pas et ne se traduit pas par une politique de gauche. Même les Israéliens laïques sont plus susceptibles de s'identifier à la droite qu'à la gauche (mais par une marge beaucoup plus faible). Mais la laïcité ne crée un vide que si la gauche est tout à fait apte à remplir ses cultes de la personnalité, du messianisme politique, de pseudoscientifiques jugements-derniers et les luttes apocalyptiques pour l'avenir de l'humanité.

Les Juifs américains et israéliens existent dans des contextes fondamentalement différents politiques, économiques et religieux.

Les juifs américains et israéliens ont un récit d'immigrants, mais leurs récits sont très différents. Le narratif de l'immigrant israélien a commencé avec une histoire de pionnier de colons défrichant des terres pour des colonies de peuplement et de défense. Cela ressemble au narratif du pionnier américain, mais a peu en commun avec le récit du juif américain de l'immigration urbaine moderne. Alors que les juifs américains sont allés aussi dans l'ouest, ont construit des cabanes, fait de l'élevage, travaillé dans des mines et ont été scalpé, leurs récits ont été écartés pour des raisons de justice sociale.

Pour beaucoup de Juifs américains, la terre n'est pas une fin en soi et il n'y a aucune raison de se battre contre quelqu'un pour elle. Mais dites-le à un agriculteur juif ou à un éleveur dont le terrain surplombe un campement terroriste. Sa vie n'a rien de commun avec un New Yorkais qu'avec celle d'un avant-poste en Afghanistan.

La phase suivante du récit des immigrants a pris fin très différemment en Amérique et en Israël. En Amérique, la gauche a gagné sa lutte contre pauvres immigrants juifs religieux d'Europe de l'Est et dont les descendants sont devenus des gauchistes laïques dont le Parti démocratique est leur religion. En Israël, la gauche a perdu sa lutte contre les pauvres immigrants juifs religieux du Moyen-Orient malgré l'utilisation de tous les trucs abjects.

La chute de la gauche en Israël reflète un pays où la lutte entre la religion et la gauche, entre les immigrants et les élites politiques, a pris fin avec un résultat fondamentalement différent de celle en Amérique.

Des générations de Juifs américains ont été endoctrinés à penser avec des idées de gauche primitivement juive. Ils ne sont pas conscients du conflit entre leurs idées et leurs origines. Mais pour beaucoup de Juifs israéliens, les ordres du jour de gauche sont antinomiques aux valeurs juives. Les réfugiés juifs du Moyen-Orient et les juifs soviétiques devaient se défier de la gauche et rester juif.

Enfin, dans le contexte économique, Israël a ouvert des opportunités économiques en s'éloignant de la gauche vers une économie plus ouverte. Les Américains n'ont jamais vécu sous le socialisme et sont donc plus enclins à croire aux promesses vides plus que ceux qui ont souffert sous la vraie expérience.

Les Juifs américains se définissent par un récit progressiste de la lutte pour l'égalité. En Israël, la lutte pour l'égalité pour la majorité des Juifs était une lutte contre la gauche. La gauche a appris à beaucoup de Juifs américains de voir la dévotion religieuse et le nationalisme comme des maux. En Israël, ce sont des vertus.

Tous ces éléments combinés ont créé de très différents contextes culturels. Juifs américains et israéliens les deux se sentaient vulnérables, mais l'ancien a répondu en devenant moins juif et l'autre en devenant plus juif. Juifs israéliens ont trouvé la force à devenir plus juif. Les Juifs américains ont seulement trouvé la névrose et le vide spirituel à devenir plus gauchiste.

Et la gauche a perdu en Israël, mais règne toujours sur les Juifs américains.

Par Daniel Greenfield

http://www.frontpagemag.com/fpm/262159/why-israeli-jews-are-conservative-and-american-daniel-greenfield

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

http://www.frontpagemag.com/sites/default/files/styles/article_full/public/uploads/2016/03/bn_1.jpg?itok=ofPsrlPc

Published by DAVID - - juifs, ISRAEL, amerique

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog