Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Quand Israël a construit sa barrière de sécurité en 2003, les Arabes palestiniens et leurs partisans ont couiné comme des porcs. Malgré de nombreux changements à son cheminement pour agréer les plaintes arabes, certaines ordonnées par la Cour suprême d'Israël, c'est devenue une cause célèbre pour eux, un symbole «d'apartheid» présumé et la base de manifestations souvent violentes qui continuent à ce jour.

La raison est simple. La barrière a contrecarré une de leurs meilleures armes, l'attentat-suicide. On dit souvent que la deuxième Intifada a mis fin à l'opération Bouclier défensif, dans lequel l'armée israélienne (malgré son nom-Armée de Défense d'Israël) est allée à l'offensive contre les nids terroristes dans des endroits comme Jénine et les a nettoyé. Mais, selon un membre des forces de sécurité qui a passé ces mois sombres à courir frénétiquement d'un endroit à un autre afin d'intercepter des bombes humaines avant qu'elles ne puissent se faire exploser à Jérusalem et Tel-Aviv, la clôture, même si elle n'était pas totalement imperméable, a considérablement réduit le nombre de points d'entrée possibles et rendu beaucoup plus facile d'arrêter les terroristes.

Une situation similaire existe aujourd'hui, comme Israël se bouge pour rendre impuissante l'une des plus importantes « armes douces» de nos ennemis. Je me réfère à la loi sur la transparence qui est actuellement examinée par la Knesset et de limiter la capacité des puissances étrangères hostiles à mener la délégitimation et la diabolisation furtives d'Israël en finançant des organisations non gouvernementales israéliennes. Ces ONG, affirmant souvent être des groupes «droits de l'homme», à développer et diffuser des données tendancieuses accusant Israël et l'armée israélienne de violations du droit international et de comportement général atroce et laid.

Par exemple, Briser le silence recueille les anecdotes de soldats accusant l'armée israélienne de crimes de guerre. Mais ces histoires ne peuvent souvent pas être corroborées, elles ne sont que des ouï-dire, exagérées, ou manquent de contexte. Il refuse de donner des détails à Tsahal afin qu'elles puissent être vérifiées et les violations réelles poursuivies. B'Tselem fait de même avec les accusations selon lesquelles Israël viole les droits des Arabes dans les territoires, en se fondant sur le témoignage côté Arabe et d'activistes anti-israéliens.

Ce matériau est ensuite utilisé comme «preuve» dans les procédures juridiques malhonnêtes contre des soldats et officiers de Tsahal, et dans les rapports et résolutions de l'ONU condamnant Israël. Il est utilisé pour tourner l'opinion populaire contre Israël, de sorte que la «communauté internationale» et les États-Unis fassent pression sur l'état pour des concessions aux Arabes et contre les réponses musculées au terrorisme et à l'agression. Ce matériau est utilisé comme une justification des sanctions contre Israël, tel que l'étiquetage des produits des colonies.

Chaque groupe qui veut attaquer Israël, auprès des Etudiants pour la Justice en Palestine auprès de l'administration Obama, participe à des faux, et à des «faits» créés et exagérés par ces ONG et sans contexte. En outre, la grande communauté anti-état est prise en charge par ce pot massif de capitaux étrangers qui est un danger pour la politique interne, et un défi à la souveraineté d'Israël.

Israël s'est récemment réveillé aux dommages qu'on lui fait sur une base quotidienne. Les dimensions de l'entreprise sont énormes. Le Professeur Gerald Steinberg de NGO Monitor,qui permet de suivre l'argent étranger dans les ONG israéliennes, note que:

... Dans les quinze dernières années, un réseau d'environ 30 groupes qui prétendent promouvoir les droits humains et la paix ont reçu d'importantes subventions de l'Union européenne et de gouvernements individuels. L'échelle de ce financement, avec des budgets annuels à la hausse de 1 M $, ainsi que le secret extrême et de l'impact, sont uniques; il n'y a pas de parallèles dans les relations entre les démocraties. Bien que l'UE a financé quelques groupes basés aux Etats-Unis qui s'opposent à la peine de mort, et il y a quelques autres exemples isolés, les ONG israéliennes sont spécifiquement et intentionnellement ciblées. Imaginez la réaction si l'Europe devait fournir 2 milliards $ par équivalent-habitant – aux ONG américaines se concentrant sur ​​des questions controversées, telles que l'avortement ou l'immigration.

Alors que les groupes prétendent être impartiaux, ils se concentrent presque entièrement sur la mauvaise conduite israélienne alléguée envers les Arabes et ignorent les violations des droits humains des Juifs. Récemment, des subventions à Briser le silence ont été subordonné à leur trouver un nombre minimal de cas d'inconduite de Tsahal. Les ONG sont heureuses de donner à leurs patrons ce qu'ils veulent.

Ceci est beaucoup d'argent, et personne ne passe ce genre d'argent pendant une période prolongée, à moins qu'ils croient qu'ils obtiennent quelque chose en retour. Et bien sûr, c'est un ticket-repas pour le grand groupe de militants qui en bénéficient directement.

Donc, quand Israël a menacé d'adopter une loi qui va exiger des ONG qui reçoivent plus de la moitié de leur financement de sources gouvernementales étrangères d'informer sur ce fait sur ​​tout le matériel qu'ils produisent, la gauche israélienne et leurs alliés à l'étranger sont allés comme des fous, en sortant le grand jeu dans leurs attaques et tirant sur tous les arrêts contre la loi. Voici un exemple au hasard, du journaliste Mazal Muallem:

Depuis que la Ministre de la Justice Ayelet Shaked veut marquer des groupes de gauche de la "marque de Caïn», un nom beaucoup plus approprié pour son projet de loi populiste proposé pourrait être la «Loi de sélection», une référence à la façon dont les Juifs ont été marqué pour les distinguer des autres Européens pendant la Seconde Guerre mondiale dans les camps nazis. Le ministre de la Justice n'a jamais même envisagé de reporter ses efforts pour faire progresser cette pièce provocatrice et de division de la législation de sorte qu'elle ne coïncide pas avec le 20e anniversaire de l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, le 4 novembre 1995. Au lieu de cela, elle a décidé de la décharger comme un dard empoisonné, au cœur de la démocratie israélienne.

Les adversaires de présente annonce de loi qui s'applique uniquement au financement des gouvernements étrangers, tandis que les groupes d'extrême droite reçoivent des fonds principalement auprès des personnes privées comme Sheldon Adelson. Mais autre que la propriété de Adelson du journal Israël Hayom et ses généreuses contributions à Birthright Israël, qui sont tous deux de notoriété publique, il y a très peu d'argent de la Droite qui passe à des fins de propagande en Israël. Et de noter que l'industrie des soi-disant «droits de l'homme» reçoit aussi beaucoup d'argent privé, en plus de ses subventions des gouvernements hostiles.

Cette loi, que Muallem a appelé "la persécution brutale, laide et sauvage du style McCarthy qui rappelle des régimes les plus oubliés," ne l'empêche pas lui ou quiconque de parler librement et ne punit pas quiconque de le faire. L'argument selon lequel cette loi est «anti-démocratique» est une inversion de la réalité: ce qui est profondément antidémocratique c'est caché le financement étranger des organisations qui tentent d'influencer l'opinion et la politique par des moyens qui sont contraires à la volonté générale des citoyens d'un pays.

On peut faire valoir qu'Israël a effectivement été en guerre avec une grande partie du monde musulman depuis sa fondation en 1948, avec des périodes de violence extrême entrecoupées de guerre froide, le tout sur fond de terrorisme comme la flambée que nous vivons actuellement. Malgré cela, Israël a maintenu une culture publique très permissive, dans laquelle les Israéliens sont autorisés à dire et à écrire presque tout en toute impunité - de nombreux écrivains du Ha'aretz appellent Israël un "Etat d'apartheid" et l'accusent de génocide régulièrement, et la les autorités ne les ont eux ou le journal punis en aucune manière .

Pendant ses temps de repos, la guerre à long terme d'Israël rappelle la guerre froide entre les États-Unis et l'Union soviétique, dans laquelle les conflits par procuration prédominaient, et dans laquelle les nations du monde prennent parti avec les puissances en conflit. Malgré les déclarations publiques à l'effet contraire, il est clair que l'Union européenne et plusieurs de ses membres sont fermement sur du côté anti-Israëlien.

Les Israéliens qui ont choisi de devenir des agents rémunérés de puissances étrangères de l'autre côté du conflit frôlent de très près la trahison, généralement défini comme «aide à l'ennemi en temps de guerre.» C'est un témoignage de l'engagement d'Israël à une société ouverte qu'ils ne soient pas traités comme des traîtres, et maintenant peut être simplement tenus de dire quelle masse salariale ils ont touché. D'autres traitres dans l'Histoire auraient souhaité une telle possibilité!

Les ONG ont appelé tous leurs amis à l'étranger pour aider à lutter contre la «menace» de la transparence. Même l'administration Obama est intervenue, avec la réunion de l'ambassadeur américain Dan Shapiro avec ministre de la Justice Shaked,il exprimait la préoccupation de son administration que la loi aurait un impact sur la "liberté d'expression et la dissidence pacifique." Shaked a répondu qu'elle appréciait sa préoccupation, mais comme la Démocratie d'Israël est en pleine forme, il n'y a «aucune nécessité pour les autres pays d'intervenir dans la législation interne» (elle aurait pu ajouter «... comme vous avez essayé d'intervenir dans notre dernière élection»).

Avec un gros fusil, d'autres (Mao les auraient appelé «chiens courants») proches de l'administration ont fait chorus. Par exemple, l'Union for Reform Judaism, l'Anti-Defamation League et l'American Jewish Congress s'y sont tous opposés , en utilisant le même - et tout aussi peu convaincant - langage.

Peut-être une indication de la façon dont cette question est importante pour l'Union européenne c'est le fait que B'Tselem a reçu une subvention de 30 000 euros d'un groupe qui lui est associé, en particulier pour lutter contre la loi en Israël.

Pas étonnant que les bénéficiaires des dizaines de millions d'euros chaque année sont en colère à propos de tout ce qui pourrait menacer leurs spectacles. En effet, si il était possible d'une façon ou d'une autre d'arrêter le flux - ce que le projet de loi, malheureusement, ne fait pas - le gouvernement aurait à créer un nouveau programme de la pauvreté pour des légions de militants, dont certains n'ont jamais occupé d'emplois réels, qui deviendraient des chômeurs .

L' «arme douce» de l'argent des ONG blesse Israël autant que les attentats suicides de la seconde Intifada. Comme la barrière de sécurité qui a arrêté les infiltrations des terroristes, nous pouvons construire une clôture juridique contre cette nouvelle arme. Les cris aigus de ceux qui se goinfrent à l'auge que remplit l'argent de l'UE doivent être ignorés et la Loi sur la Transparence passée à la Knesset..

Par Vic Rosenthal

abuyehuda.com/2016/01/defending-israel-against-the-eus-soft-weapon/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

http://malaassot.over-blog.com/2016/01/defendre-israel-contre-l-arme-accorte-de-l-ue.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics

Published by DAVID - - ANTISEMITISME, ISRAEL, europe

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog