Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Et si l’Etat Islamique gagnait la guerre jusqu’en Europe ?

Je peux résumer les cinq analyses ci-dessous comme ceci : 1- L’Etat Islamique (EI) a-t-il gagné la guerre ? 2- L’Europe islamophile ne combat pas l’EI. 3- La gauche européenne devient germanophobe. 4- L’UMPS favorise la progression du Front National. 5- L’extrême-gauche est aujourd’hui le vecteur principal de l’antisémitisme. En dépit des apparences, ces cinq points sont intimement liés. En effet, si l’Etat Islamique (EI) gagnait la guerre en Syrie et en Irak, cela s’expliquerait notamment par le fait que l’Europe islamophile, soumise à Barack Hussein Obama, ne l’aurait pas véritablement combattu. Pour tout arranger, une partie de la gauche européenne et toute l’extrême gauche européenne sont devenues germanophones, de façon primaire, raciste et dangereuse. En France plus particulièrement, L’UMPS favorise la progression du Front National tout en feignant de le diaboliser, par médias interposés. Enfin, l’extrême-gauche est aujourd’hui le vecteur principal de l’antisémitisme et elle est donc mal placée pour critiquer le Front National.

L’Etat Islamique (EI) a-t-il gagné la guerre ?

Le géopolitologue Alexandre Del Valle estime (extraits adaptés ; voir premier lien en bas de page) que l’objectif de l’EI est d’être le champion du sunnisme et à ce titre, d’établir un Etat pour les sunnites, une espèce de « Sunnistan ». Leur objectif est en partie atteint puisque en Syrie comme en Irak, Da’ech (l’EI) réunit de plus en plus de territoires sunnites qu’il prétend libérer et qui, en effet souvent, l’accueillent allègrement comme un libérateur. La pire erreur a été commise lorsque les Américains sont partis d’Irak entre 2009 et 2011 en rompant subitement la stratégie du Surge et de l’alliance efficace avec des tribus sunnites retournées contre les jihadistes et qui se sont retrouvées seules et vulnérables dans le vide post-US face aux milices chiites revanchardes (Note de Michel Garroté - C’est Obama qui a ordonné le retrait prématuré des troupes américaines stationnées en Irak). l’EI gère en fait bien mieux son territoire national ou plutôt son Califat que bon nombre de pays africains et arabes ultra-corrompus… Il s’agit réellement d’un Etat en gestation dotés de cadres compétents, d’anciens fonctionnaires, précise Alexandre Del Valle.

L’Europe islamophile ne combat pas l’EI

La philosophe Alexandra Laignel-Lavastine estime (extraits adaptés ; voir deuxième lien en bas de page) que Par crainte d’alimenter « l’islamophobie » et pour cause de substantif amalgamant, l’Europe pensante s’est illustrée dans le déni et l’art de se crever mentalement les yeux face à l’émergence du nouveau totalitarisme : l’islamisme. Il ne s’agit plus de combattre l’islam radical ou l’antisystème des banlieues et leurs compagnons de route, mais le Front national, le « Parti de l’ordre » et les « islamophobes ». Il est suicidaire de continuer à ne pas prendre en charge les angoisses identitaires, l’insécurité culturelle et les inquiétudes qu’inspire l’islam à plus de la moitié des Européens. La vérité, c’est que la gauche a rompu avec elle-même en délaissant le combat pour la liberté et l’égalité des droits individuels au profit de la théologie multiculturaliste, du culte des particularismes et de la relativité des valeurs, ajoute Alexandra Laignel-Lavastine (Note de Michel Garroté - La gauche ferme en outre les yeux sur l’évident antisémitisme d’une partie des musulmans de France).

La gauche européenne devient germanophobe

Le philosophe Arno Münster écrit (extraits adaptés ; voir troisième lien en bas de page) : Quelle mouche a piqué Jean-Luc Mélenchon ? Certes, ce n’est pas pour la première fois que l’Allemagne dont la puissance et la stabilité économique sont assez souvent perçues comme une concurrence « dangereuse » par ses voisins, est critiquée sinon diabolisée en France. On se rappelle la campagne contre « L’Europe allemande » des chévénementistes et du PCF (sous Georges Marchais), déjà à la fin des années 1970. Mais les critiques qu’exprime M. Mélenchon et le ton avec lequel il aborde l’Allemagne sont si excessives et passionnées qu’on peut se poser la question de savoir si ici la ligne jaune n’a pas été délibérément dépassée (Note de Michel Garroté - Nul besoin de se poser la question, tant la réponse est évidente. En France, en Grèce, au Portugal et ailleurs en Europe, une partie de la gauche et toute l’extrême-gauche sont devenus germanophobes. C’est totalement irresponsable de leur part. Cela finira par agacer le peuple allemand, si ce n’est pas déjà fait. Les guerres naissent dans les mots. Un jour, Mélechon et Consorts devront rendre des comptes face à l’Histoire). Mélenchon ne frôle-t-il pas l’absurdité lorsqu’il affirme que « L’Europe parle allemand » et que l’Allemagne aurait « confisqué l’Union européenne » ?, s’interroge Arno Münster.

L’UMPS favorise la progression du Front National

L’UMP et le PS n’ont jamais rien fait de concret contre l’islamisation de la France et en cela ils sont entièrement responsables de la progression du Front National (FN). Dans ce contexte, le juriste et avocat François Teutsch écrit à propos du FN (extraits adaptés ; voir quatrième lien en bas de page) : L’influence de Florian Philippot au sein des instances dirigeantes du parti est évidente. Reste la « Petite », Marion Maréchal-Le Pen. Étoile montante du mouvement à laquelle Valeurs actuelles consacre son numéro de cette semaine, elle trace sa route sans se soucier des ennemis – nombreux – que lui valent ses convictions conservatrices, identitaires et libérales. Sa jeunesse et son sourire lui valent la sympathie de nombreux adversaires, et sa popularité (40 % de la population en a une bonne opinion) ne cesse de grimper. Elle a réussi jusque-là un sans-faute. Participant aux Manifs pour tous dont sa tante Marine était hélas absente, elle s’est imposée dans son département du Vaucluse comme le chef incontesté. Ouverte au dialogue avec tous, elle sera dans quelques années une interlocutrice incontestable pour tous ceux qui, de l’extérieur, voudront approcher un parti qui les fascine et les inquiète. Et si elle a jusque-là échappé au mouvement de purge, c’est sans doute – outre son nom – à cause de cette popularité qui rendrait dangereux de l’écarter, au risque d’éloigner nombre d’électeurs, conclut François Teutsch.

L’extrême-gauche, vecteur principal de l’antisémitisme

A propos de la gauche judéophobe, l’avocat et essayiste Gilles-William Goldnadel écrit (extraits adaptés ; voir cinquième lien en bas de page) : Aujourd’hui, l’antisionisme islamophile fait bon ménage avec la concupiscence avec laquelle les mouvements trotskistes regardent un lumpenprolétariat à embrigader dans les banlieues. Ces idiots utiles ne comprennent même pas qu’ils n’ont plus suffisamment de magistère intellectuel pour séduire les islamistes qui les utilisent. Cet antisémitisme est d’autant plus virulent qu’il ne fait l’objet d’aucune contestation morale, politique et médiatique véritable par une prétendue élite toujours sous influence gauchisante, qui demeure obsédée par une extrême droite qui a modéré sa judéophobie historique, au grand dam de ceux qui frissonnent avec nostalgie dans le souvenir des petits matins bruns.

G.-W. Goldnadel : Aujourd’hui, l’antisionisme islamophile fait bon ménage avec la concupiscence avec laquelle les mouvements trotskistes regardent un lumpenprolétariat à embrigader dans les banlieues. Ces idiots utiles ne comprennent même pas qu’ils n’ont plus suffisamment de magistère intellectuel pour séduire les islamistes qui les utilisent. Cet antisémitisme est d’autant plus virulent qu’il ne fait l’objet d’aucune contestation morale, politique et médiatique véritable par une prétendue élite toujours sous influence gauchisante, qui demeure obsédée par une extrême droite qui a modéré sa judéophobie historique, au grand dam de ceux qui frissonnent avec nostalgie dans le souvenir des petits matins bruns. Pour ne parler que du NPA, celui-ci n’a eu à encourir aucune sanction, en dépit du fait qu’il avait maintenu sa participation à des manifestations pro-palestiniennes radicales qui avaient débouché, comme prévu, sur des violences antijuives inédites.

G.-W. Goldnadel : Il faut savoir ce que l’on veut : si, comme Manuel Valls et Hollande le reconnaissent, l’antisémitisme actuel découle de la haine d’Israël, on en tire toutes les conséquences politiques et médiatiques. Je parle du dénigrement systématique, pathologique, obsessionnel, disproportionné. Cela n’a rien à voir avec la libre et légitime critique de la politique israélienne comme on feint de le croire. Mais ce dénigrement est tellement ancré profondément que je suis très pessimiste sur la capacité de beaucoup à seulement comprendre ce que je veux dire, conclut G.-W. Goldnadel.

Michel Garroté

Sources :
http://www.atlantico.fr/decryptage/etat-islamique-t-ores-et-deja-gagne-alexandre-del-valle-alain-rodier-2169402.html
http://www.atlantico.fr/decryptage/alexandra-laignel-lavastine-quand-haine-juifs-et-occident-avance-masque-antifascisme-pensee-egaree-grasset-alexandra-laignel-2170064.html?yahoo=1
http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/06/01/la-gauche-radicale-est-elle-devenue-germanophobe_4644742_3232.html#xtor=AL-32280515
http://www.bvoltaire.fr/francoisteutsch/operation-clarification-fn,179866
http://www.bvoltaire.fr/goldnadel/lextreme-gauche-est-aujourdhui-le-vecteur-principal-de-lantisemitisme,174733

http://lesobservateurs.ch/2015/06/02/letat-islamique-gagnait-guerre-jusquen-europe/

Published by DAVID - - europe, ISLAM, guerre, TERRORISME, ANTISEMITISME

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog