Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Comment fermer la bouche aux antisionistes ?

« La prochaine fois qu’un Mohammed Merah viendra buter vos sales gosses de merde dans vos écoles, vous viendrez pas pleurer », « on va casser du juif », « Hitler n’a pas fini son travail », voici en substance ce qu’on lit ça et là sur Facebook.

Il ne se passe pas un jour sans qu’un communiqué de Tsahal sur ce réseau social ne fasse l’objet de centaines de commentaires de cette minorité majoritairement antisémite qui vient y déverser son venin.

Il ne se passe pas un jour sans que l’on apprenne que cette vague de haine a inondé un nouveau continent.

Et nous, que faisons-nous pendant ce temps?

On se forwarde des articles que nous connaissons déjà tous? On estampile d’un like une nouvelle page Facebook qui prend notre défense « #ces goys qui défendent israël# »? On applaudit Tsahal à coup de « Am Israel Haï »? Et ensuite?

Les informations que nous nous échangeons circulent en circuit fermé au sein même de notre communauté. Qui espère t-on convaincre en faisant cela?

Aujourd’hui il faut penser « stratégie de communication » et il faut élargir notre champ de diffusion d’informations pour casser la spirale infernale de la désinformation.

Tout le monde s’accorde pour dire que la guerre que nous traversons est aussi une guerre des médias. Malheureusement à cet exercice-là, nos adversaires ont plus d’expérience que nous dans la prise de paroles sur les réseaux sociaux. Ils sont plus nombreux certes mais nous avons pour nous la réalité historique. À nous de l’utiliser!

Recevez gratuitement notre newsletter par mail pour ne rien manquer du meilleur de l’info INSCRIPTION GRATUITE !

Comment faire?

1-on prend la parole– créez-vous un deuxième compte Facebook ( ou faites ce qu’il faut pour protéger vos informations personnelles) et traquez les pro-palestiniens. Ils sont faciles à repérer: vous les retrouverez entre autres sur les pages de Tarik Ramadan et les communiqués de Tsahal « #Tsahal-Armée de défense d’Israël#.

– suivez l’actualité internationale pour guetter le réveil de quelques leaders politiques qui

commencent à dénoncer le Hamas et servez-vous en.

– répondez sans insulter. On a tous envie de le faire mais cela ne sert à rien. Démontez leurs vérités les unes après les autres même si vous faites à chaque fois un copier-coller d’un texte déjà écrit.

Le Droit International et le partage initial de 1948

La résolution 181 de l’Assemblée de l’ONU n’a pas crée l’Etat d’Israël comme certains l’évoquent pour le délégitimer.

Lorsque la Grande Bretagne annonce que le mandat britannique prendra fin le 15 mai 1948, l’Assemblée générale des Nations Unies vote la résolution 181 préconisant le partage de la Palestine en un Etat juif, un Etat arabe et une zone sous régime international particulier.

L’Assemblée de l’ONU propose un cadre géopolitique et géographique nouveau pour deux Etats avec des frontières dessinées pour un Etat Arabe et un Etat Juif.

Sachant que toute résolution votée par l’Assemblée générale de l’ONU a force d’une simple recommandation aux parties en conflit, la résolution 181 votée le 29 novembre 1947 n’est pas contraignante aux parties, elle ne s’applique que si les parties du conflit ne l’acceptent.

Les Juifs acceptent la proposition de l’Assemblée, les Arabes la refusent. Toutefois, les Arabes avaient amplement le droit de refuser la résolution 181. Ce qu’ils n’avaient pas le droit de faire, était d’entamer une guerre contre les Juifs, pensant récupérer le territoire destiné aux Juifs par la force.

Quelle est la base juridique de la légitimité de la création de l’Etat d’Israël ?

C’est la Déclaration Balfour incluse dans l’acte du mandat pour la Palestine, voté par la SDN en 1920 qui forme la base juridique au rétablissement de l’Etat d’Israël.

La Déclaration Balfour du 2 novembre 1917 va acquérir sa légitimité internationale par son inclusion comme objectif dans le texte du mandat sur la Palestine. Ainsi, la Déclaration Balfour devient le premier document historique qui a reconnu les droits politiques aux Juifs à rétablir son foyer national et son indépendance en Palestine, considérant que cette déclaration comporte la reconnaissance des liens historiques du peuple juif avec la Palestine et des raisons de la reconstitution de son foyer national en ce pays.

Cette résolution fut adoptée par le vote de 51 pays, membres de la SDN (Société des nations) au sommet de San Remo le 25 avril 1920, attribuée par mandat à la Grande Bretagne.

A la conférence de San Remo, 19 au 26 avril 1920, les grandes puissances : Grande Bretagne, France, Italie, Japon, Belgique, ainsi que les USA comme observateurs ont divisé les territoires perdus par l’Empire ottoman durant la 1ère guerre en 3 mandats : Palestine, Syrie, Irak. Le 24 juillet 1922, la SDN ratifie l’octroie à la Grande-Bretagne du mandat sur la Palestine. Le texte du mandat prévoit que la puissance mandataire sera « responsable de la mise à exécution de la déclaration faite le 2 novembre 1917 (Déclaration Balfour) par le gouvernement britannique en faveur de l’établissement d’un foyer national pour le peuple juif ».

Et pourquoi pas un retour aux frontières de 1967?

S’il suffisait de revenir à ce que l’on appelle à tort « les frontières de 1967 » pour arriver à la paix avec les Palestiniens, comment se fait-il qu’il n’y avait pas la paix avant 1967? Les Palestiniens ont fini par convaincre le monde que l’occupation est la cause du conflit. Mais, en réalité, l’occupation est la conséquence du conflit. C’est précisément parce qu’on était en état de guerre avant 1967 et que les pays arabes déclenchèrent la guerre de juin 1967 qu’Israël s’est retrouvée en situation d’occupant.

Par ailleurs, l’expérience des quinze dernières années prouve que l’équation entre conflit et occupation est fausse. D’abord l’occupation israélienne en Cijordanie et à Gaza a pris fin en 1995 avec le retrait israélien de tous les villes et villages palestiniens et avec l’établissement d’un gouvernement autonome palestinien. Est-ce que cela a mis fin au conflit? Au contraire, c’est précisément après le retrait israélien que les vagues de terrorisme palestinien ont commencé a frapper les civils israéliens dans des proportions sans précédent. Même chose dans la Bande de Gaza: en 2005, Israël a déraciné des centaines de familles juives et rasé tous les villages juifs. Israël voulait prouver qu’elle était prête à faire des concessions douloureuses pour la paix et à démanteler ce que les Palestiniens appellent « les colonies. » Et qu’avons-nous eu en retour? Des milliers de roquettes tirées quotidiennement sur nos maisons, nos écoles, et nos usines.

Israël, un pays raciste?

Israël est la seule démocratie de cette partie du monde et ce, en dépit de son enclavement dans une région extrêmement . Ainsi la Knesset est désignée par un des modes d’élections les plus démocratiques au monde (proportionnalité avec seuil de 2%). Les arabes israéliens (20% de la population), ont été les premiers arabes à avoir le droit de vote dans la région, les arabes israéliennes, faisant partie quant à elles des rares femmes de la région pouvant élire et être élues (cf Haneen Zoabi).

La discrimination envers la minorité nationale arabe est interdite et fortement sanctionnée en Israël. Les arabes israéliens ont accès aux meilleurs hôpitaux du Moyen Orient. La preuve? Les arabes israéliens ont l’espérance de vie la plus importante de tout le Moyen-Orient (74 ans), sans compter le fait que les petits arabes israéliens sont les enfants arabes les mieux éduqués de la région puisque dans le cadre de la politique d’égalité stricte entre juifs et arabes en Israël, 300 000 arabes israéliens étudient dans les écoles et universités israéliennes.

Peut-on comparer ces chiffres avec ceux de la population syrienne, libyenne, algérienne (on ne parle même pas des minorités), dont le soulèvement des populations a montré la souffrance à un monde aveugle depuis 30 ans ? Peut on dire des Etats environnants qui depuis 60 ans cantonnent les réfugiés palestiniens de 1948 dans des camps et leur refusent la citoyenneté alors que 88% d’entre eux la demandent (le Liban a accordé les premiers droits politiques aux réfugiés en 2010, 62 ans après) qu’ils sont légitimes ? Peut-on dire de l’Etat Libyen qui massacre sans vergogne ses citoyens qu’il est plus légitime que l’Etat d’Israël ?

Israël et apartheid :

« pourquoi un pays menant une politique d’apartheid attirerait-il une immigration illégale massive venant d’Afrique, et pourquoi des Africains se battraient-ils pour continuer à vivre sous un régime d’apartheid ?

Contrairement à Eyad El Sarraj, un activiste palestinien du BDS qui boycottait Israël pendant qu’il était soigné dans les hôpitaux israéliens pour sa leucémie, les immigrants clandestins venus d’Afrique n’ont pas trépassé la frontière sud d’Israël pour obtenir des soins médicaux.

Ils sont venus en Israël parce qu’ils savent exactement où se trouve la liberté au Proche-Orient.
(source http://www.juif.org/go-blogs-54432.ph
p)

Gaza, une prison à ciel ouvert?

Dans cette prison, comme beaucoup se plaisent à l’appeler, on trouve une concentration incroyable de millionnaires. Pour un peuple qui, paraît-il, crève la faim, c’est le pompon non?

En effet, on recense 800 millionnaires et 1.600 quasi-millionnaires à Gaza ….Ces nouveaux riches contrôlent les tunnels aux dépends des intérêts nationaux égyptiens et palestiniens, d’après Mahmoud Abbas, dans le journal économique britannique The Economist en août2012.

A tous ceux qui imaginent les palestiniens terrés chez eux dans le dénuement le plus total, ces quelques exemples remettront leurs idées bien en place. Le Roots club…à quelques mètres de la plage de sable fin de Gaza. Ce complexe multi-usage propose entre autres à ses clients un restaurant gastronomique, une luxueuse salle de réception et une piscine olympique. http://m.youtube.com/watch?v=n_puiuvWHQ4

Le Grand Palace…l’hôtel 5 étoiles made in Gaza… Pour qui construisent-ils des hôtels aussi luxueux si la population locale crève la faim? Ou si comme on le lit beaucoup sur les réseaux sociaux, « c’est difficile d’aller à Gaza, les sionistes empêchent les gens d’y entrer »….(http://www.grandpalace.ps/)

Invitez vos contradicteurs à rechercher les hôtels à Gaza sur google image. Ils seront surpris du résultat!

Le mur de séparation: une première?

Israël n’est pas le premier pays à construire une barrière de sécurité mais c’est en revanche sur elle que se focalise l’attention internationale. Son enjeu – éviter des attaques terroristes. – est lui tout simplement passé sous silence.

En effet, aucune critique ne se fait entendre à l’égard d’autres pays ayant construit des murs de séparation afin d’éviter par exemple l’immigration clandestine. C’est le cas par exemple du mur entre le Mexique et les Etats-Unis qui empêche des millions de Mexicains illégaux de pénétrer au pays de l’Oncle Sam pour échapper à leur misère. Construire un mur pour se protéger d’immigrants en détresse est-il plus légitime que le faire pour empêcher l’entrée de kamikazes ?

Pour Israël, le bénéfice de ce mur tant décrié est sans appel : entre 2002 et 2008, le nombre de victimes d’attentats « kamikazes » est tombé de 451 à 7 !

« Que chacun raisonne en son âme et conscience, qu’il se fasse une idée fondée sur ses propres lectures et non d’après les racontars des autres. » Albert Einstein –

Sources : Google, Wikipedia, http://www.express.be,www.desinfos.com

http://www.ashdodcafe.com/2015/12/17/comment-fermer-la-bouche-aux-antisionistes/

http://tendancedesantipodes.blogspot.fr/2015/12/comment-fermer-la-bouche-aux.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog