Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

L’islam expliqué en quelques mots

Source 28 novembre 2015 07:40 par Alain Narinx Catherine Mommaerts

On a rarement autant parlé d’islamisme, de djihad, de niqab ou d’autres concepts liés à l’islam. Attention, toutefois, à éviter amalgames et autres raccourcis trompeurs…

Coran: c’est le livre sacré de l’islam. Pour les musulmans, il contient la parole de Dieu révélée au prophète Mohammed.

Sourates: ce sont les “chapitres” du Coran. Il y a 114 sourates, classées de la plus longue à la plus courte, à l’exception de la première (la “Fatiha”, récitée à chaque prière).

Hadith: un acte ou une parole du Prophète qui sert ainsi d’enseignement pour les croyants.

Charia: généralement traduite comme la “loi islamique”, la charia représente l’ensemble des normes qui s’appliquent aux musulmans et qui sont censées refléter la volonté de Dieu. C’est la première référence juridique dans de nombreux pays musulmans.

Islamisme: le concept, mouvant, renvoie à une lecture fondamentaliste de l’islam et à la volonté d’imposer cette vision dans un projet politique et sociétal, sans qu’il y ait nécessairement recours à la violence. À ne pas confondre avec “islamique”, terme générique qui signifie simplement “ayant trait à l’islam”.

Fatwa: c’est un avis juridique donné par un expert (un ouléma ou un mufti par exemple).

Djihad: la “guerre sainte” (contre les incroyants), selon la traduction généralement utilisée. Mais celle-ci est erronée ou au moins très parcellaire. La première signification du terme est en fait l’autodiscipline, l’effort que le croyant se doit d’effectuer pour se conformer aux prescrits religieux.


Halal: désigne ce qui est licite en regard de la loi islamique. Cela ne concerne donc pas que la nourriture.

Hijab: c’est le simple voile, celui qui ne sert qu’à cacher les cheveux. Il peut être de n’importe quelle couleur. Il se porte et se noue de différentes manières en fonction des pays. Les musulmanes les plus coquettes en font un véritable accessoire de beauté. Porter le hijab suffit dans la plupart des pays musulmans.

Niqab: il s’agit d’un voile noir couvrant les cheveux, mais aussi le visage, à l’exception des yeux.

Abaya: c’est un vêtement ample, généralement noir, porté au-dessus des autres vêtements. Obligatoire en Arabie saoudite, l’abaya ne couvre ni le visage, ni les mains. Elle est souvent portée avec un niqab.

Jilbab: une robe couvrant la tête et tout le corps, mais pas le visage, ni les mains. Elle est notamment portée en Arabie saoudite, lorsque les Saoudiennes n’ont pas opté pour l’abaya.

Tchador: c’est le vêtement traditionnel iranien couvrant la tête et l’ensemble du corps, mais pas le visage ni les mains. Il faut savoir que les Iraniennes ne sont pas obligées de le porter. Le hijab et des vêtements couvrant les hanches au-dessus d’un pantalon suffisent.

Burqa: il s’agit d’un voile intégral couvrant tout le corps y compris les yeux. La burqa, qui est surtout portée en Afghanistan, est généralement bleue. Les talibans l’ont rendue obligatoire pour toutes les femmes.

Ayatollah: c’est le plus haut grade dans la hiérarchie du clergé chiite.

Calife: c’est le titre porté par les successeurs du prophète Mohammed, autrement dit celui qui prend la direction de la communauté musulmane. Il est abandonné depuis longtemps. Le chef de Daesh, Abu Bakr al-Baghdadi, s’est autoproclamé “calife”.

Cheikh: les musulmans donnent ce titre aux sages, aux personnes reconnues comme expertes dans les domaines scientifiques ou religieux.

Imam: c’est un chef religieux. Chez les sunnites, l’imam dirige la prière et peut se comparer à un pasteur. En Belgique, c’est l’Exécutif des musulmans de Belgique qui nomme les imams. Chez les chiites, il s’agit d’un guide spirituel dont l’autorité provient de Dieu lui-même.

Mollah: désigne un érudit musulman, essentiellement dans les régions chiites, en Iran et en Afghanistan. Equivaut à l’ouléma chez les sunnites.

Mufti: autorité religieuse qui interprète les lois musulmanes et rend les sentences lorsqu’elles sont violées. C’est lui qui émet les fatwas.

Ouléma: c’est un théologien musulman, généralement sunnite, expert du Coran et de la “sunna” (loi de Dieu).

Sunnisme: courant de l’islam s’appuyant sur la sunna (tradition islamique). Quasi 90% des musulmans de la planète pratiquent l’islam sunnite. Ils considèrent le Coran comme une œuvre divine. Les sunnites estiment, contrairement aux chiites, qu’Abou Bakr, fidèle compagnon du prophète Mohammed, était son successeur le plus légitime.

Salafisme: courant minoritaire de l’islam sunnite prônant une pratique rigoriste de l’islam et rejetant toute influence occidentale.

Takfirisme: expression violente du salafisme. Il s’agit ici de pratiquer le djihad, dans sa version guerrière, contre les non-musulmans, mais aussi contre les musulmans non-pratiquants (ou dont la pratique religieuse ne serait pas jugée suffisamment puriste). Le mouvement a gagné en importance dans les années 1980, pendant la guerre d’Afghanistan, puis sous l’occupation américaine de l’Irak. Les djihadistes de l’Etat islamique en sont l’émanation la plus récente.

Soufisme: c’est l’islam dans son expression la plus spirituelle et ésotérique. Les soufistes prônent la quête de Dieu au plus profond de soi. Les derviches tourneurs, célèbres pour leur danse sacrée, sont une confrérie soufie. Le soufisme est également présent dans le chiisme, mais dans une moindre mesure.

Wahabbisme: idéologie fondamentaliste se comparant au salafisme. La famille royale saoudienne a fondé l’Arabie saoudite sur ses préceptes et en a fait la religion d’Etat. C’est cette version intégriste de l’islam que des imams saoudiens ont tenté d’imposer depuis les années 1980 dans certaines mosquées de Belgique.

Chiisme: courant de l’islam né d’un désaccord concernant la succession de Mohammed après sa mort, en l’an 632 de notre ère. Les chiites estiment que le successeur du prophète était son gendre Ali, et non pas Abou Bakr, premier calife reconnu par les sunnites. Les chiites vivent notamment en Iran et en Irak, où ils sont majoritaires, mais aussi au Pakistan, au Liban, en Afghanistan, etc. Contrairement aux sunnites, les chiites ont un clergé très organisé et hiérarchisé.

Alaouisme: doctrine minoritaire, souvent présentée comme variante de l’islam chiite. Présente surtout dans le nord de la Syrie, elle prône une pratique plus souple de la religion. Elle n’est pratiquée que par une minorité des Syriens (10%), en ce compris le président syrien Bachar el-Assad.

Ismaélisme: autre doctrine minoritaire appartenant au courant chiite. Les ismaélites reconnaissent Ismaïl ben Jafar comme étant le septième imam chiite, contrairement aux autres chiites. Ils considèrent également que quatre des imams l’ayant précédé ont vécu cachés pour échapper à la persécution dont ils faisaient l’objet. Ils croient notamment en la réincarnation.

Druzes: ils pratiquent une religion dérivée de l’ismaélisme et puisent leurs croyances dans plusieurs autres religions, notamment extrême-orientales. Ils ne reconnaissent pas le caractère sacré du Coran. Les Druzes représentent une force politique incontournable au Liban. Neuf sièges du Parlement leur sont réservés en vertu de la répartition des sièges parlementaires entre représentants politiques des communautés musulmanes et chrétiennes.

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2015/11/28/lislam-explique-en-quelques-mots/

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog