Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Guerre Passive-Agressive d'Obama contre Israël

Plus d'éclairage politique de la Maison Blanche.

L'hostilité d'Obama à Israël joue habituellement dans une bonne routine de bon-flic /mauvais-flic. Comme le boss dans un parti politique qui veut toujours les votes juifs, il ne livre pas de discours anti-israéliens belliqueux depuis les balcons. Au contraire, il laisse cela au "mauvais flic" comme Hillary Clinton, qui a décrit son rôle comme "l'aboyeur désigné" à Netanyahu de retour dans son Secrétariat d'Etat, et le rôle de Joe Biden.

Alors que Netanyahu et Obama ont eu une autre session fade à la Maison Blanche dont le seul but était de montrer qu'ils peuvent s'asseoir ensemble dans la même pièce sans crier l'un sur l'autre, les attaques passives-agressives d'Obama Inc. ne s'arrêtent pas.

Biden est l'homme-à-tout-faire d'Obama pour le démarrage d'incidents avec Israël, même à l'époque d'Hillary. Peu de choses ont changé même maintenant la visite de Netanyahu a été précédée par un discours de Biden pérorant -" Il n'y a aucune excuse, il ne devrait y avoir aucune tolérance pour tout membre ou employé de l'administration israélienne se référant au président de Etats-Unis en termes péjoratifs. Période, période, période,période! "

Ce sont quatre périodes. Si vous comptez.

Le «membre» de l'administration israélienne en question était Ron Baratz, qui avait critiqué la Maison Blanche avec tant de " tolérance et de compréhension envers l'antisémitisme islamique " " qu'ils sont même prêts à leur donner des armes nucléaires."

Baratz, un ancien membre du renseignement de l'armée de l'air israélienne avec un doctorat en philosophie, avait fait ces commentaires sur Facebook bien avant que Netanyahu ne lui offre un poste de directeur des médias. Malgré cela, M. Netanyahu a présenté ses excuses pour les commentaires. La Maison Blanche a exigé et obtenu des excuses de Baratz.

Le Secrétaire d'Etat John Kerry, dont Baratz avait une fois dit qu'il avait "l'âge mental d'un enfant de 12 ans", a bien confirmé son évaluation, en demandant à Netanyahu et reçu l'assurance que le Premier ministre israélien reverrait la nomination d'un homme qui l'avait insulté.

Pendant ce temps, le porte-parole du département d'Etat a élevé le dialogue en rétorquant que les "injures" sont pour des "enfants de la maternelle". Il est étonnant qu'il n'ait pas su tenir sa langue et scandé: "Un point c'est tout."

Et puis vint Biden, qui remplit la tâche allouée à Hillary celle d'aboyeur, en beuglant, " Il n'y a aucune justification pour une voix officielle israélienne de rabaisser le Secrétaire d'Etat."

Ce cirque évident montre que Obama n'avait aucune intention de se rabibocher avec Netanyahu. Au lieu de cela la Maison Blanche a travaillé dur à la fabrication d'une autre crise concernant des commentaires sur Facebook de l'an dernier.

Obama avait démoli Netanyahu en direct. Un responsable de l'administration avait appelé le Premier ministre israélien "chickens....t"(poule mouillée). Alors que la Maison Blanche avait fébrilement espionné Israël de peur que l'Etat juif ne puisse détruire les armes nucléaires de l'Iran, il a semé des histoires dans les médias, pleurniché qu'Israël espionnait ses négociations secrètes avec l'Iran et que le Premier Ministre les avait tenu au courant le Congrès à ce sujet. Son dernier semi médiatique contient, des informations plus confidentielles sur les plans d'attaque d'Israël contre l'Iran plus que de pleurnicheries sur l'espionnage israélien.

Comme les campus guerriers de justice sociale qui l'imitent, les salaires d'Obama fait une guerre passive-agressive à Israël dans laquelle il s'arrange pour être la victime d'une nouvelle agression israélienne imaginaire.

C'est un éclairage politique par lequel les derniers commentaires sur Facebook d'un simple citoyen israélien sont une crise, mais le comportement beaucoup plus scandaleux et menaçant d'Obama Inc. est lui, complètement discret.

Robert Malley,l'homme du Hamas qu'Obama a choisi, mais qui sert maintenant de directeur principal du Conseil de sécurité nationale pour le Moyen-Orient, et qui a annoncé qu'aucune solution négociée au conflit entre Israël et l'OLP ne devrait être trouvée maintenant. Mais l'administration saura plutôt maintenir la pression sur Israël au nom de l'OLP de toute façon.

Malley avait préconisé à plusieurs reprises au nom du Hamas et de l'OLP. Il a également attaqué personnellement Netanyahu. Mais contrairement à Baratz, il n'est pas un problème.

Selon Malley, " La principale chose que le président voudrait entendre de Netanyahu c'est que sans négociations de paix comment veut-il aller de l'avant pour empêcher une solution à un seul Etat, stabiliser la situation sur le terrain et pour signaler enfin qu'il est attaché à la solution à deux Etats. "

Mahmoud Abbas, était le patron de l'OLP qui avait rejeté les négociations et Oslo. Selon les gens d'Abbas, Kerry l'avait exhorté à ne pas rencontrer Netanyahu. Mais personne ne demande à Abbas comment il veut aller de l'avant avec pas de négociations. Au lieu de cela Malley émet demandes de Netanyahu au nom d'Obama pour définir comment il va "stabiliser la situation", tandis que les laquais Abbas exhortent terroristes musulmans à poignarder des Juifs dans la rue.

Israël avait auparavant prévu de faire des concessions dans le cadre des négociations de paix. Sous Obama, il était prévu de faire des concessions comme condition préalable à des négociations de paix. Maintenant il n'y a plus de négociations, mais à la place Malley et Obama demandent qu'Israël fasse des concessions qui " laisseraient la porte ouverte pour une solution à deux Etats." Une solution à deux Etats que le Hamas et l'OLP ne veulent pas réellement.

.../...

Ceci est l'offre d'Obama à Israël. C'est une offre que l'Etat juif n'a pas le droit de refuser. C'est aussi une offre que vous ne voulez pas entendre dire parmi des plaisanteries dénuées de sens offertes à la Maison Blanche.

Alors que Biden a braillé à propos de Baratz, le Hamas d'Obama serpente au Conseil national de sécurité sifflant qu'Israël doit faire davantage de concessions en échange de rien ... ou faire face à une "solution à un seul Etat". Pendant ce temps, les terroristes qui tuent des rabbins et attaquent des femmes juives enceintes touchent des salaires à vie pour leur brutalité payés par l'aide étrangère américaine qui continue de subventionner l'état de terreur de l'OLP.

Voilà comment Obama joue son jeu passif-agressif. Restent les électeurs juifs du Parti Démocrate rassurés que Barack Obama ait réglé ses différends sur sa fin (alors même que les médias fonctionnent avec des histoires hystériques, attaquent Netanyahu au cours de la dernière crise fabriquée, dans ce cas causé par les commentaires Facebook de l'an dernier) tandis que l'administration resserre la vis du terrorisme .

Obama ne fait plus pression sur Israël pour faire des concessions à l'OLP en échange de la paix. La paix est sur la table. Il fait pression sur Israël pour le plaisir de faire pression sur Israël. Si cela continue, il déclarera un soutien pour une déclaration de structure de l'Etat-OLP unilatérale afin de "préserver une solution à deux Etats" et "aidera" à Israël.

Les politiques radicales anti-israéliennes de l'administration sont toujours présentées comme une aide pour Israël. La Gauche anti-sioniste la plus répandue se présente maintenant comme Sioniste, que ce soit à la Maison Blanche ou à J Street, que ce soit Glen Weyl et Steven Levitsky qui appellent au boycott d'Israël comme «sionistes» ou Obama introduisant un homme pris pour ses associations du Hamas et qui émet plus de menaces et d'exigences à l'Etat juif.

La visite de Netanyahu est encore un autre épisode d'éclairage politique dans la guerre passive-agressive d'Obama contre l'Etat juif.

Obama veut composer des basses tensions avec Israël. Voilà pourquoi son vice-président et ses collaborateurs ont décidé de jeter un anathème sur les commentaires Facebook de l'an dernier. Il veut aider Israël à lutter contre le terrorisme, c'est pourquoi il continue de subventionner illégalement l'OLP pour ses meurtres d'Israéliens et d'Américains. Il veut la paix, c'est pourquoi il a amené un sympathisant du Hamas pour menacer Israël de destruction au travers d'une solution à un seul Etat.

Par Daniel Greenfield

http://www.frontpagemag.com/fpm/260728/obamas-passive-aggressive-war-israel-daniel-greenfield

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

http://malaassot.over-blog.com/2015/11/guerre-passive-agressive-d-obama-contre-israel.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics

Published by DAVID - - ISRAEL, amerique, obama, olp

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog