Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

À l’occasion de son 40ème anniversaire, nous présentons le discours historique du 10 Novembre 1975 prononcé juste après que l’ONU a déclaré que «le sionisme est une forme de racisme.” La résolution a été abrogée en 1991, mais son esprit vit tragiquement sous la forme de l’obsession permanente de l’ONU pour la condamnation d’Israël.

________

Discours à l’Assemblée générale des Nations Unies, par l’ambassadeur américain auprès de l’ONU Daniel Patrick Moynihan, le 10 Novembre 1975. Source: US Congressional Record.

Il semble s’être développé à l’ONU une pratique où un certain nombre de pays s’unissent dans le but de faire quelque chose de scandaleux, et par la suite, la chose scandaleuse ayant été faite, de se dire indignés par ceux qui ont la témérité de la signaler, puis de se déclarer ensuite innocents de tout acte répréhensible, et victimes des conséquences provoquées par les actes “insupportables” de ceux qui ont dénoncé le scandale en premier lieu. Par déférence à ces étranges sensibilités, les États-Unis ont choisi de ne pas s’exprimer avant ce vote : nous nous exprimons après le vote, et sur un ton des plus préoccupés.

Les États-Unis se lèvent et déclarent devant l’Assemblée générale des Nations Unies, et devant le monde, qu’ils ne reconnaissent pas, ne respecteront pas, et n’acquiesceront jamais à cette décision infâme.

Il n’y a pas trois semaines, le représentant des États-Unis auprès du Comité social, humanitaire et culturel a plaidé en termes mesurés et pesés pour que les Nations Unies ne fassent pas cette chose. C’était, avait-il dit, «obscène». Ça l’est encore plus aujourd’hui, pour la furtivité avec laquelle cette obscénité est d’abord apparue entre nous, puis a été remplacée par un étalage sans honte.

Nous aurons largement le temps de contempler le mal que cet acte aura fait à l’Organisation des Nations Unies. Les historiens feront ça pour nous, et il suffit pour le moment de noter le fait répréhensible. Un mal diabolique s’est déchaîné sur le monde. L’abomination de l’antisémitisme – comme Andreï Sakharov, le prix Nobel de la paix de cette année l’a observé à Moscou il ya quelques jours – l’abomination de l’antisémitisme a reçu l’apparence d’une sanction internationale. L’Assemblée générale a offert aujourd’hui une amnistie symbolique – et plus encore – aux meurtriers des six millions de juifs européens. Il est assez diabolique en soi, et de loin bien plus inquiétant, de constater ce qui s’impose à nous – de constater que s’il n’y avait pas d’Assemblée générale, cela ne serait jamais arrivé.

Comme ce jour vivra dans l’infamie, il appartient à ceux qui cherchaient à l’éviter de déclarer leurs pensées afin que les historiens sachent que nous nous sommes battus ici, que nous n’étions pas en petit nombre – pas cette fois – et bien que nous ayons perdu, nous nous sommes battus en pleine connaissance de ce qui serait perdu.

Qu’aucun des historiens de l’événement, qu’aucun de ceux qui y ont participé, ne supposent que nous avons combattu seulement en tant que gouvernements, chancelleries, et sur une question bien loin des préoccupations de nos peuples respectifs. D’autres parleront pour leurs nations : je vais parler pour la mienne.

Dans toute notre histoire d’après-guerre, il n’y a pas eu d’autre question qui a fait naître une telle unanimité parmi l’opinion américaine. Le président des États-Unis a depuis le premier jour été explicite : Cela ne doit pas arriver. Le Congrès des États-Unis a, à l’unanimité du Sénat et par 436 des 437 représentants à la Chambre, déclaré son opposition absolue.

Juste après les juifs américains, les mouvements syndicaux américains ont été les premiers à l’avant-scène pour dénoncer cette infâme entreprise. Ensuite, une après l’autre, les grandes institutions privées américaines ont prononcé l’anathème de cette chose diabolique – et plus particulièrement les Eglises chrétiennes. Se souvenant que l’Organisation des Nations Unies est née pour lutter contre le genre d’abominations que nous commettons aujourd’hui – l’alliance de temps de guerre des Nations Unies date de 1942 – l’association des Nations unies des États-Unis a pour la première fois de son histoire fait directement appel à chacun des 141 autres délégations à New York pour qu’ils ne fassent pas cette chose indicible.

La proposition qui doit être sanctionnée par une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies est que «le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale.” Maintenant, ceci est un mensonge. Mais comme c’est un mensonge que les Nations Unies ont déclaré être une vérité, la vérité réelle doit être réaffirmé.

La première remarque à faire est que l’Organisation des Nations Unies a déclaré le sionisme comme étant raciste – sans avoir jamais défini le racisme. “D’abord la sentence – le verdict ensuite,” comme disait la Reine de Cœur. Mais ce n’est pas le pays des merveilles mais le monde réel, où il ya des vraies conséquences à la folie et à la vénalité.

Vendredi, le Président de l’Assemblée générale, parlant au nom du Luxembourg, a prévenu non seulement du trouble qui suivra l’adoption de cette résolution, mais de son irresponsabilité essentielle – du fait, at-il noté, que les membres ont des idées entièrement différentes de ce qu’ils condamnent. “Il me semble qu’avant qu’un organisme comme celui-ci prenne une décision, ils devraient se mettre très clairement d’accord sur ce qu’ils sont en train d’approuver ou de condamner, et cela prend plus de temps.”

Au cas où je ne sois pas clair, l’Organisation des Nations Unies a plusieurs défini la ”discrimination raciale.” Les définitions ont été vagues, mais reconnaissables. C’est le «racisme», qui est incomparablement l’accusation la plus grave – la discrimination raciale est une pratique ; le racisme est une doctrine – qui n’a jamais été définie. En fait, le terme n’est apparu que récemment dans les documents de l’Assemblée générale des Nations Unies. La seule fois où nous savons que sa signification a été discutée a été lors de la 1644e réunion de la Troisième Commission, le 16 Décembre 1968, en relation avec le rapport du Secrétaire général sur l’état de la Convention internationale concernant l’élimination de toutes les discriminations raciales. A cette occasion, – afin de vous donner une certaine idée de la précision intellectuelle avec laquelle le sujet a été traité – la question a été posée de savoir quel devrait être le positionnement relatif à des termes comme «racisme» et «nazisme» dans un certain nombre de “paragraphes de préambule”. “Le distingué délégué de Tunisie avait fait valoir que le «racisme» devait être mentionné en premier parce que «le nazisme n’était rien de plus qu’une forme de racisme.” Pas du tout, dit le non moins distingué délégué de l’URSS. Car, expliquait-il, “le nazisme contenait les principaux éléments du racisme dans son champ d’application et devrait être mentionné en premier.” Cela voulait dire que le racisme n’était rien d’autre qu’une forme de nazisme.

La discussion traîna en longueur et de façon peu concluante, et nous sommes restés avec rien pour nous guider, même pour cette simple discussion sur l’ordre du mot «racisme» dans le paragraphe de préambule, sans même aborder le sens des mots.

Pourtant, on ne peut que méditer sur l’état dans lequel nous nous sommes mis dans le contexte de la déclaration soviétique, à cette occasion pas si lointaine. Si, comme le distingué délégué l’a déclaré, le racisme est une forme de nazisme – et si, comme cette résolution le déclare, le sionisme est une forme de racisme – et bien nous nous sommes placé, une étape après l’autre, dans la position de proclamer – l’Organisation des Nations Unies a solennellement proclamé – que le sionisme est une forme de nazisme.

Ce que nous avons ici est un mensonge – un mensonge politique d’une variété bien connue du XXe siècle, et qui dépasse à peine les annales du mensonge et de l’indignation. Le mensonge est que le sionisme est une forme de racisme. La vérité claire et écrasante est qu’il ne l’est pas.

Le mot «racisme» est une création de la langue anglaise, et relativement nouvelle. On ne le trouve pas, par exemple, dans le dictionnaire Oxford (il apparaît en 1982 dans le supplément du Oxford). Le terme dérive de doctrines relativement nouvelles – toutes discréditées – concernant la population humaine, du fait qu’il existe des différences biologiques significatives entre les groupes clairement identifiables, et que ces différences établissent, en fait, différents niveaux d’humanité. Le racisme, tel que défini dans le troisième Nouveau Dictionnaire international Webster, est “l’hypothèse que. . . les traits et les capacités sont déterminés par la race biologique et que les races diffèrent de façon décisive les uns des autres.” Elles impliquent en outre “la croyance en la supériorité inhérente d’une race particulière et de son droit de dominer les autres.”

Ce sens est clair. Il est également clair que cette hypothèse, cette croyance, a toujours été totalement étrangère au mouvement politique et religieux connu sous le nom de sionisme. En tant que mouvement strictement politique, le sionisme n’a été créé qu’en 1897, bien qu’il y ait une réalité clairement légitime par laquelle ses origines sont en réalité antiques. Par exemple, de nombreuses branches du christianisme ont toujours considéré que du point de vue des prophètes bibliques, Israël renaîtrait un jour. Mais le mouvement moderne sioniste a surgi en Europe dans le contexte d’une recrudescence générale de conscience nationale, et une aspiration qui a habité la plupart des autres peuples d’Europe centrale et orientale après 1848, et qui s’est ensuite étendue à l’ensemble de l’Afrique et de l’Asie. C’était, pour les personnes de religion juive, une forme juive de ce qu’on appelle aujourd’hui un mouvement de libération nationale.

Probablement qu’une majorité de ces personnes qui sont devenues sionistes actifs et ont cherché à émigrer en Palestine sont nés aux confins de la Russie tsariste, et il était naturel, pour le Premier ministre soviétique Andrei Gromyko, de déplorer, comme il l’a fait en 1948 lors de la réunion du 299e Conseil de sécurité, l’acte par les voisins d’Israël d’”envoyer de troupes en Palestine pour mener des opérations militaires visant” – pour reprendre les mots de M. Gromyko -. à la répression du mouvement de libération nationale [juif] en Palestine.”

Maintenant, le caractère singulier – si je ne me trompe pas, la nature unique – de ce mouvement de libération nationale qui contraste avec les mouvements qui l’ont précédé, ceux de cette époque, et ceux qui sont venus depuis, est qu’il a défini ses membres en termes non pas de naissance, mais de croyance. Cela revient à dire que ça n’a pas été un mouvement irlandais pour libérer l’Irlande, ou polonais pour libérer la Pologne, ni un mouvement des Algériens pour libérer l’Algérie, ni des Hindous pour libérer l’Inde. Ce ne fut pas un mouvement de personnes liées par l’appartenance historique à un genre génétique du genre qui nous permet de parler vaguement mais pas absurdement, disons, du peuple chinois, ni des divers groupes qui occupent le même territoire qui nous permet de parler du peuple américain sans faire d’indignité à la vérité. Au contraire, les sionistes se définissaient eux-mêmes simplement comme juifs, et était juif toute personne née d’une mère juive ou – et ceci est un fait absolument crucial – toute personne convertie au judaïsme. Ce qui veut dire, en termes de Convention internationale pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, adoptée par la 20e Assemblée générale, tout le monde – indépendamment de «sa race, sa couleur, son ascendance ou son origine ethnique ou nationale … ..”

L’Etat d’Israël, qui a été la création du mouvement sioniste, s’il a été extraordinaire en quelque chose, c’est bien dans la variété du «stock de races» par lequel il a été créé avec des juifs d’Orient et d’Occident. La plupart de ces personnes pouvaient être considérées comme “nées” juive, tout comme la plupart des presbytériens et la plupart des hindous sont «nés» à leur foi, mais il ya beaucoup de Juifs qui sont convertis, simplement. Avec une cohérence sur le sujet qui témoigne certainement de l’importance de cette question pour cette religion et cette culture politique, les tribunaux israéliens ont jugé qu’un juif qui se convertit à une autre religion n’est plus juif. En même temps, la population d’Israël comprend également un grand nombre de non-juifs, parmi eux des Arabes musulmans et chrétiens et des chrétiens d’autres origines nationales. Beaucoup de ces personnes sont des citoyens d’Israël, et ceux qui ne le sont pas peuvent le devenir selon des procédures juridiques très proches de celles d’un pays d’Europe occidentale.

Maintenant, je voudrais être sûr que l’on comprenne que je suis ici pour défendre un point, et un point seulement, qui est que quoique le sionisme puisse être, il n’est pas et ne peut pas être “une forme de racisme.”

En toute logique, l’État d’Israël pourrait être, ou pourrait devenir, beaucoup de choses, en théorie, y compris beaucoup de choses indésirables, mais il ne pourrait pas être, et ne pourrait pas devenir raciste, à moins qu’il cesse d’être sioniste.

En effet, l’idée que les Juifs sont une «race» a été inventé non par les juifs mais pas par ceux qui haïssaient les juifs. L’idée de juifs en tant que race a été inventée par les antisémites du XIXe siècle tels que Houston Steward Chamberlain et Edouard Drumont, qui ont vu que dans une époque de plus en plus laïque, ce qui veut dire une époque faite pour moins de distinctions entre les personnes, les vieilles bases religieuses pour l’antisémitisme perdaient de la vigueur. De nouvelles justifications étaient nécessaires pour exclure et persécuter les juifs, et ainsi, la nouvelle idée des juifs comme une race – plutôt que comme une religion – est né. C’était une idée méprisable au début, et aucune personne civilisée ne voulu y être associée. De penser que c’est une idée désormais adoptée par les Nations Unies reflète ce que la civilisation est devenue.

C’est précisément un sujet de préoccupation pour la civilisation, pour les valeurs civilisées qui sont ou devraient être précieuses pour l’humanité toute entière, qui nous éveille présentement à cette passion particulière. Ce qui est en jeu ici est non seulement l’honneur et la légitimité de l’Etat d’Israël – bien que défier la légitimité de n’importe quel pays membre doit toujours susciter la vigilance de tous les membres de l’Organisation des Nations Unies. Une question encore plus importante est en cause, et c’est l’intégrité de l’ensemble des préceptes moraux et juridiques connus sous l’appellation droits de l’homme.

Le terrible mensonge qui a été énoncé ici aujourd’hui aura des conséquences terribles. Non seulement les gens commenceront à dire, en fait ils ont déjà commencé à le dire – que l’Organisation des Nations Unies est un endroit où des mensonges sont racontés, mais un préjudice beaucoup plus grave et peut-être irréparable sera porté à la cause des droits de l’homme eux-même. Le préjudice sera d’abord qu’il va priver le racisme du sens précis et répugnant qu’il détient encore de façon précaire aujourd’hui. Que les gens du monde vont-ils penser du racisme et de la nécessité de lutter contre lui, quand on leur dit que c’est une idée si large qu’elle inclut le mouvement de libération national juif ?

Comme le mensonge se répand, il fera du mal d’une deuxième façon. De nombreux membres de l’Organisation des Nations Unies doivent leur indépendance en grande partie à la notion de droits de l’homme, qui, en se propageant de la sphère domestique à la sphère internationale, a exercé son influence sur les anciennes puissances coloniales. Nous arrivons maintenant à un moment où cette indépendance est susceptible d’être menacée à nouveau.

Il y aura de nouvelles forces, certains d’entre elles s’élèvent aujourd’hui, de nouveaux prophètes et de nouveaux despotes, qui justifieront leurs actes avec la seule aide de ces distorsions de mots que nous avons sanctionnées ici aujourd’hui.

Aujourd’hui, nous avons arraché son sens au mot «racisme». Demain, des termes comme «auto-détermination nationale” et “l’honneur national” seront pervertis de la même manière pour servir des objectifs de conquête et d’exploitation. Et quand ces revendications commencent à se faire le jour – comme elles ont déjà commencé à le faire – ce sont les petites nations du monde dont l’intégrité souffrira. Et comment les petites nations du monde se défendront-elles, pour quelles raisons les autres seront-elles motivées pour les défendre et les protéger, lorsqu’on ne croit plus au langage des droits de l’homme, le seul langage par lequel le petit peut être défendu, et qu’il n’a plus de pouvoir ?

Ce danger existe, puis il en existe un autre qui est le plus grave de tous. Et c’est que les dégâts que nous faisons maintenant à l’idée des droits de l’homme et à la langue des droits de l’homme pourraient bien être irréversibles.

L’idée de droits de l’homme tels que nous les connaissons aujourd’hui n’est pas une idée qui a toujours existé dans les affaires humaines, c’est une idée qui est apparue à un moment précis dans le monde, et dans des circonstances très particulières. Elle est apparue quand les philosophes européens du XVIIe siècle ont commencé à affirmer que l’homme était un être dont l’existence était indépendante de celle de l’État, et qu’il ne devait rejoindre une communauté politique que s’il ne perdait pas par cette association plus que ce qu’il y gagnait.

De cette philosophie politique très spécifique a découlé l’idée des droits politiques, des revendications que l’individu pourrait justement avoir contre l’Etat ; et c’était parce que l’individu était considéré comme tellement séparé de l’Etat qu’il pouvait lui faire des demandes légitimes.

Telle était la philosophie à partir de laquelle l’idée de droits nationaux et internationaux surgit. Mais aujourd’hui, la plupart du monde ne croit pas en cette philosophie. La plupart du monde croit en des nouveaux modes de pensée politique, des philosophies qui n’acceptent pas l’individu comme distinct et préalable à l’État, à des philosophies qui par conséquent ne fournissent aucune justification à l’idée des droits de l’homme, et des philosophies qui n’ont pas de mots pour expliquer leurs valeurs. Si nous détruisons les mots qui nous ont été donnés par les siècles passés, nous n’auront pas de mots pour les remplacer, car la philosophie d’aujourd’hui n’a pas de tels mots.

Mais il y a ceux d’entre nous qui n’ont pas abandonné ces mots anciens, pourtant si nouveaux pour une grande partie du monde.

Ne les abandonnons pas maintenant, pas ici, nulle part, jamais.

Les Etats-Unis d’Amérique déclarent qu’ils ne reconnaissent pas, ne respecteront pas, n’acquiesceront jamais à cet acte infâme.

__________________

Pour l’histoire de ce discours, voir le best seller “Moynihan’s Moment” par l’historien de l’Université McGill, Gil Troy.

https://www.youtube.com/watch?v=4rg1Lzgvwd4

http://www.unwatch.org/8516-2/

Published by DAVID - - onu, ANTISEMITISME, ISRAEL, sionisme

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog