Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Un point de non-retour est en passe d'être franchi car, estime Shmuel Trigano en introduction, « un processus rampant de marginalisation des Juifs est potentiellement possible ». Et le philosophe de proposer un exemple terrifiant emprunté à l'Antiquité : « Les Juifs pourraient bien remplir encore aujourd'hui dans la civilisation contemporaine le rôle que le pharmakos remplissait dans la Grèce antique. Le pharmakos, un homme, parfois un couple, était entretenu et honoré par la Cité durant un an pour être ensuite battu et chassé, parfois tué, lors d'une cérémonie rituelle qui expurgeait ainsi la Cité de ses péchés et de son impureté. »

Certes, la situation n'est pas la même dans la vingtaine de pays étudiés. Elle est incontestablement beaucoup plus grave en France et en Belgique où de fortes communautés musulmanes sont implantées et où les actes de violence physique, les injures et les déprédations se comptent par centaines. Pour ce qui est de l'Italie, Sergio I. Minerbi limite son propos à un examen des ouvrages de Sergio Romano, Alberto Asor Rosa et Barbara Spinelli, tous trois représentatifs de l'esprit antisémite qui baigne désormais la péninsule. En Espagne, malgré l'exception que constitue le prix Nobel de littérature Camilo José Cela, un des rares amis d'Israël, et bien que la communauté juive ait adopté un profil bas, des relents de 1492 remontent à la surface. En Allemagne où l'on aurait pu légitimement penser que plus jamais cela n'arriverait, Gilad Margalit note que « les médias permettent aux antisémites de s'exprimer librement ». Ce qui explique les dérives antijuives répétées. En Autriche, le refoulement du souvenir du comportement des institutions et du peuple aux heures sombres du nazisme se traduit par un antisémitisme larvé car « les Autrichiens d'aujourd'hui n'éprouvent aucun sentiment de honte pour ce que leur pays a fait subir aux Juifs ».

Autre pays décevant, la Hollande, dont la réputation de modération supposée était trompeuse. Pour Manfred Gerstenfeld, ce pays où « le gouvernement n'a pas reconnu à ce jour le rôle des autorités hollandaises dans la préparation du massacre des Juifs hollandais par les Allemands » et où, à 74%, les Hollandais ont eu le pourcentage le plus élevé des pays qui, lors du sondage Eurobaromètre de novembre 2003, ont considéré Israël comme un danger pour la paix du monde, est une terre d'hypocrisie. Le mythe du bon Hollandais, fondé sur l'histoire d'Anne Frank, est désormais caduc.

Au Danemark, où vivent près de 200 000 Musulmans, les Socialistes de gauche (VS), ont conclu depuis 1978, un accord de coopération avec le FPLP. Tout un symbole. Quant au journal Politiken, il se déchaîne à longueur de colonnes contre Israël et les Juifs. La Suède, où opère le fameux Ahmed Rami, de Radio Islam, n'est pas en reste. L'ambiance générale peut être résumée par un article stupéfiant de Katarina Mazetti dans Ordfront Magasin où l'on peut lire « Il est peut-être temps d'arrêter de faire des efforts pour envoyer nos jeunes suédois à Auschwitz pour qu'ils apprennent les conséquences du racisme et du nettoyage ethnique. Peut-être devrions-nous plutôt les inviter à se rendre, à l'occasion de Noël, à Bethléem, pour qu'ils puissent voir ce que les petits-enfants des victimes d'Auschwitz font quand ils se consacrent au nettoyage ethnique ». En Grande-Bretagne, les actes antisémites relèvent plutôt, nous disent Paul Iganski et Barry Kosmin, du divertissement de hooligans que du fanatisme. Voire du sport ! En attendant ce sont toujours les mêmes qui trinquent !

Même la pacifique Suisse est désormais atteinte par le virus. Conjugués avec un antiaméricanisme intense, « les sentiments anti-israéliens qui sévissent dans toutes les strates de la société suisse ne sont presque plus accessibles à un quelconque raisonnement rationnel ». Là aussi, c'est le délire collectif qui prévaut.

En Hongrie, où la responsabilité non admise et non assumée du pays à la catastrophe de la Shoah pèse toujours sur le mental de la société, l'orage gronde et la communauté fait le gros dos. En Pologne où les Juifs ont quasiment disparu, les brochures antisémites sont en vente libre dans les kiosques, les librairies, les aéroports, les gares et les églises. « On peut remarquer ironiquement, disent Sergiusz Kowalski et Magdalena Tulli, qu'est ainsi devenu possible non seulement un antisémitisme sans Juifs, mais aussi un antisémitisme sans antisémites ».

En Grèce, Andrew Apostolou décrit un antisémitisme primaire et vulgaire tandis qu'en Russie comme en Ukraine, où Les Protocoles des Sages de Sion sont proposés à la vente dans les boutiques des églises, l'augmentation des violences contre les Juifs est évidente.

Un travail édifiant qu'il faut absolument découvrir dans le détail.

http://www.defenddemocracy.org/media-hit/les-habits-neufs-de-lantisemitisme-en-europe/

Published by DAVID - - ANTISEMITISME, europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog