Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

«Il était une fois l'islam», de Majid Oukacha, un clou de plus au cercueil de l'islam

Notre chroniqueur Olaf de Paris nous présente le livre de Majid Oukacha, un jeune ex-musulman français qu'il a rencontré.


Malgré ce que l’on peut en voir de prime abord, l’islam vit ses derniers temps. Alors certes, ce n’est pas simple de s’en rendre compte lorsque l’on est confronté à la réalité de l’islamisation, aux incessantes revendications communautaires et aux lâchetés des politiciens. Reconnaissons que de ce côté, les augures sont plutôt sombres ... Mais il ne faudrait pas pour autant ignorer le mouvement en cours, très important, de contestation et de réfutation de l’islam, un mouvement comme on n’en a jamais connu dans l’histoire.

Les fidèles de Poste de Veille ont ainsi été les premiers à pouvoir lire la synthèse des dernières recherches historiques sur les origines de l’islam que j’y avais publiée à l’automne 2014. Ce travail (Le Grand Secret de l’Islam), mené avec le spécialiste Edouard-Marie Gallez, rendait compte de l’œuvre de démolition de tous les fondements historiques du discours musulman par la science moderne. Et de là, il sapait formellement toute prétention de l’islam à une quelconque légitimité. Mais s’il connait depuis une diffusion importante, y compris au sein des pays musulmans, reconnaissons que l’approche historico-critique est bien moins déterminante dans ce mouvement de contestation que la prise de conscience d’un nombre croissant de musulmans des aberrations de l’islam. Le Père Henri Boulad, dans sa dernière visite en France, nous informaitde ce que des millions de musulmans égyptiens apostasient l’islam et se revendiquent désormais athées (on compte aussi de nombreuses conversions au christianisme).

Ce n’est pas un phénomène anodin : l’Egypte est le pays phare de l’Islam, celui de ses plus grands intellectuels, celui de l’université d’Al Azhar, celui qui montre la voie du juste milieu. Ces ex-musulmans égyptiens ont quitté l’islam, écœurés par la religion, par l’épisode des Frères Musulmans mis au pouvoir dans les conditions troubles que l’on sait, écœurés d’avoir vécu l’expérience d’une application pleine et entière de l’islam comme la prône les « frères » (dont la devise est, rappelons le, « Allah est notre but, le Prophète notre chef, le Coran notre constitution, le jihad notre voie, le martyre notre plus grande espérance »).

Dans le même registre, il faut que je vous présente la courageuse initiative de Majid Oukacha. Ce jeune français est né musulman en France. Il a été un bon musulman jusqu’à sa vie d’adulte. Mais son esprit curieux et sa soif de comprendre ont eu raison de sa foi islamique. Voici en effet maintenant dix ans qu’il n’est plus musulman, qu’il a compris que le Coran et les textes fondateurs de l’islam ne pouvaient pas venir de Dieu. Tout est parti d’une innocente remarque que le jeune (et alors musulman) Majid avait énoncée à la table familiale : « si Mahomet n’avait été qu’un gourou, il ne s’y serait pas pris autrement ». Inutile de dire que cela avait jeté un certain froid parmi les convives ... Dans sa candeur, le jeune Majid ne pensait pas à mal, et ne visait certainement pas à attaquer sa propre foi musulmane d’alors. Cette réflexion l’a depuis accompagné au long de sa vie, prenant de plus en plus de relief, de sens, et trouvant toujours plus de justifications dans les textes fondateurs de l’islam eux-mêmes à mesure que Majid les étudiait scrupuleusement. Ayant renoncé à l’islam, il a poursuivi ce colossal travail d’étude du Coran et des hadiths sahih* avec le regard nouveau de l’apostat pour établir que cette religion est bel et bien une création très humaine. Il offre ce travail à tous, et en particulier aux musulmans, sous la forme du livre Il était une foi l’islam, l’histoire de celui qui voulait diviniser pour mieux régner (aux Editions Tatamis), sorti en mai 2015, et qui bat depuis les records de vente.

https://www.youtube.com/watch?v=IRuGUy--NbA

Voilà un livre des plus intéressants pour disséquer l’islam en profondeur, à plusieurs titres :

  • Majid Oukacha a réalisé un travail des plus sérieux et documentés. Il nous propose une étude très complète des aberrations qu’il a pu relever dans l’ensemble du Coran et de la tradition sahih*, textes à l’appui qu’il lit bien sûr en arabe, dans leurs versions originales (mais dont il nous présente les traductions en français). Peu de gens se sont ainsi livrés à une analyse aussi approfondie de l’ensemble des textes vraiment fondateurs de l’islam. Le Coran seul ne suffit pas : il demande, pour être compris dans son contexte, de connaître la vie de Mahomet telle que transmise par les hadiths. Ces hadiths explicitent ainsi le « beau modèle » qu’a été la conduite qu’ils prêtent à Mahomet, « beau modèle » que les musulmans sont sensés suivre dans leur vie. Ainsi, personne ne pourra reprocher à l’auteur de ne pas maîtriser absolument son sujet, d’avoir présenté une caricature de l’islam, de ne pas avoir compris les textes car il ne les lit pas dans la langue de Dieu (l’arabe). Personne ne pourra dire : « ce n’est pas ça le vrai islam ».
  • Majid Oukacha a adopté une démarche originale et très fine pour étudier ces textes. Il ne se positionne pas en apostat haineux et rancunier envers son ancienne religion, mais comme un observateur neutre, qui l’analyse de manière lucide, sans parti pris moral. En effet, il aborde chaque verset, chaque hadith de manière très détachée, sans se positionner dans un référentiel préconçu du bien et du mal. En quelque sorte, il donne toutes leurs chances aux commandements d’Allah pour le convaincre de leur bien fondé. Leurs défauts de logique, leur manque de cohérence, et les ficelles grossières qu’ils utilisent pour donner tous les pouvoirs à Mahomet n’en apparaissent ainsi au grand jour que de manière plus éclatante. Ainsi, personne ne pourra reprocher à l’auteur une démarche islamophobe ou une quelconque haine envers les musulmans : tout son livre procède d’une analyse rationnelle et implacable.
  • Majid Oukacha ne s’est pas cantonné à nous présenter son étude par le menu : il la développe, en analyse les conclusions et sait l’illustrer avec beaucoup d’humour, par exemple avec l’écriture de dialogues entre croyant et non croyant, ou la mise en scène d’un monde musulman idéal où tout serait absolument régi par les commandements d’Allah. Un peu à la manière de l’Utopie de Thomas More, cette mise en scène est particulièrement efficace pour démontrer les aberrations de l’islam. Que se passerait-il par exemple s’il fallait vraiment appliquer le verset 38, sourate 5 qui stipule « Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main » (laquelle ?) à un jeune voleur de pommes selon les cas suivants ?
    1. Il a effectivement volé une pomme mais se repend sincèrement ;
    2. Il a effectivement volé une pomme et assume son geste sans repentir aucun ;
    3. Il n’a pas volé la pomme qui est tombée toute seule par accident dans son chariot de commissions ;
    4. Il n’a pas volé la pomme, quelqu’un l’a délibérément placée dans son chariot de commissions pour lui nuire.

Je vous laisse juges de la pertinence du commandement d’Allah pour instruire le procès du jeune voleur de pommes dans chacun de ces cas ... Majid Oukacha en tire toutes les conclusions qui s’imposent : l’islam n’est qu’une pure création humaine, réalisée dans un but de soumission absolue des croyants et du monde au pouvoir de Mahomet et de ses successeurs. Sans le savoir, il rejoint ainsi les analyses des chercheurs qui travaillent sur les origines historiques réelles de cette religion que je connais bien maintenant. Ainsi, personne ne pourra reprocher à l’auteur de ne pas être allé au fond des choses.

Voilà bien un livre détonant. L’auteur est de plus très sympathique et attachant (j’ai pu le rencontrer). Il signe là le livre de sa vie – vie qu’il a mise au bout de ses idées, apparaissant à visage découvert sous son vrai nom, au point qu’il en est aujourd’hui obligé de vivre en quasi clandestin en France. Sujet de nombreuses menaces, on a vu ses livres être déchirés dans les librairies par des musulmans haineux ... Mais cela ne l’empêche pas de poursuivre le travail par ses interventions bien senties sur les réseaux sociaux et par des vidéos décapantes sur sa chaîne youtube

https://www.youtube.com/watch?v=lLKc8_QnLUI

Je ne peux donc que vous inciter à suivre les activités de l’auteur sur Internet, à lire et faire lire Il était une foi l’islam, le livre de Majid Oukacha, particulièrement aux personnes ignorantes de la réalité de cette religion et de ses textes fondateurs. En les démasquant à sa manière, très efficace, il montre au monde que le temps de l’islam est désormais compté, et que, comme lui, des musulmans de plus en plus nombreux se lèvent pour contester et réfuter l’islam. Un clou de plus au cercueil de l’islam.

Olaf de Paris

Site : http://www.majidoukacha.com/

Chaine youtube : https://www.youtube.com/channel/UCiU8hlLbqdubrjQ7qqXYxEg

Compte Twitter : https://twitter.com/MajidOukacha

Livre : par la librairie Archambault et aussi sur Amazon.fr et Amazon.ca

* Les hadiths reconnus comme fiables et authentiques des recueils de Bukhari et Muslim, soit environ 18 000 hadiths. Parmi l’impressionnante masse des hadiths (plus d’un million et demi !), il faut distinguer entre ceux qui font autorité et les autres. Un système de classement selon la fiabilité de la transmission orale, et donc selon la véracité prétendue de chaque hadith a été développé pour cela par les « savants musulmans ».

Rédigé le 20/10/2015 dans Chronique d'Olaf de Paris, Islam, Paroles de musulmans/ex musulmans | Lien permanent

http://www.postedeveille.ca/2015/10/il-etait-une-fois-lislam-majid-oukacha.html

Commentaires

Published by DAVID - - islam

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog