Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

MENTEUR, MENTEUR, le monde est en feu !

MENTEUR, MENTEUR, le monde est en feu !

Obama tisse des mensonges alors que les centrifuges iraniennes tournent à toute vitesse

Daniel Greenfield

Adaptation

Thérèse Zrihen-Dvir

Obama aime se déguiser. Parfois, il aime jouer à FDR (Franklin D. Roosevelt), mais son costume préféré est celui de JFK (John F. Kennedy). En prétendant être FDR ou JFK, il tente de convaincre les démocrates qu'il fait partie d'une continuité historique, au lieu d'une aberration horrible, et qu'il est en train de faire exactement ce que FDR ou JFK feraient s’ils étaient vivants aujourd'hui. Ces costumes font d’Obama un américain au lieu d'un anti-américain.

À l’heure actuelle, Obama porte le costume de JFK, jouant au leader qui croit en une « paix réalisable » et «pratique». Son analogie de l'URSS avec l'Iran est à la fois terrible et efficace. La guerre nucléaire n'a pas été évitée en raison du contrôle des armements. L'URSS, comme l'Iran, a triché ouvertement. Mais contrairement à l'Iran, les dirigeants russes ne sont pas assez fous pour mettre le monde en feu. On ne peut pas en dire autant du chef suprême de l'Iran qui hurle « Mort à l'Amérique » et l’affirme. Les traités ne mettent pas fin à la guerre froide. La pression des échecs économiques de l'URSS a causé son effondrement. Si Obama avait maintenu les sanctions en place, le régime iranien se serait également effondré.

En guise, Obama a choisi de sauver le régime iranien avec un apport de 50 à 150 milliards de dollars, tout en crachant sur l'héritage de JFK en renflouant Castro alors que le régime cubain était sur ses genoux. En parlant de contrôle multilatéral des armes et de l'URSS, Obama admet implicitement qu’il ne s’agit pas d’empêcher l'Iran d'obtenir des armes nucléaires, mais d'amorcer des communications avec les mollahs.

Son accusation que les opposants à l'accord sont comme ceux qui veulent « se lancer dans une action militaire contre les Soviétiques » est malhonnête après avoir tout juste admis que même la suppression du programme nucléaire iranien ne mènerait pas à une guerre entre l'Iran et les États-Unis.

Mais tout le discours d'Obama n’est autre qu’une série de mensonges.

Il insiste sur le fait que l'accord sur le nucléaire est « un arrangement détaillé qui interdit de façon permanente l'Iran d'obtenir une arme nucléaire ».

Il n'y a rien de « permanent » à ce sujet. Même Obama a admis que durant l’année 13, « des évasions auraient diminué presque à zéro.» Dans le même discours dans lequel il faisait cette demande, il admet (de façon optimiste) que l'Iran pourrait avoir une arme nucléaire en quinze ans. Ce qui ne signifie pas des moyens permanents. Plus tard, il insiste à nouveau que « l'Iran n’est jamais permis de construire une arme nucléaire» et gonfle sa poitrine en déclarant, « Je le répète : L'interdiction à l'Iran d’avoir une arme nucléaire est permanente ».

C’est impressionnant à un public de maison, bien que complètement dénué de sens.

L'Iran est signataire du TNP et n'a donc jamais été autorisé à construire des armes nucléaires pour commencer. Cela ne l’a pas empêché d'essayer de le faire.

L'accord est aussi inutile que le TNP quand il s’agit d’empêcher l'Iran de devenir une puissance nucléaire.

Obama et Kerry ont tenté de vendre l'affaire en confondant obligations et lois internationales existantes avec un accord exécutoire efficace. Quand Obama déclare que l'Iran n'a pas le droit de construire une arme nucléaire, cela pèse autant que les paroles de Kerry qui dit au PBS que l'Iran « n’est pas autorisé » à utiliser l'allégement des sanctions afin d'aider des terroristes. Les pirates de l'air 9/11 étaient également « interdits » de voler des avions tout droit vers le World Trade Center. Dans ce discours, Obama admet que même si l’Iran n’en est pas « permis », il emploiera l'argent pour financer des terroristes alors qu’il a déjà admis que l'Iran peut passer au nucléaire, même s’il n’en est pas « permis ».

Les deux hommes trompent délibérément un public nullement versé dans les techniques de juriste. Obama a affirmé que l'accord, qui permet à l'Iran de construire son programme nucléaire, « coupe toutes les voies à une bombe atomique à l’Iran ». En réalité, l'accord permet à l'Iran de poursuivre l’enrichissement, d’utiliser des centrifugeuses et de tout faire, à l’exception d’obtenir une autorisation officielle de lancer une bombe atomique sur New York ou Tel Aviv. Il a déjà admis que le moment d'évasion tombe à zéro. S’il n'y a pas de voie à la bombe, il n'y a non plus pas de temps pour une brèche, à l’exception du zéro d'évasion.

Obama insiste que l'accord « contient régime d'inspection et de vérification le plus complet jamais négocié » alors que l'Iran déclarait que même Obama ne sait rien des modalités d'inspection impliquées des sites militaires avec l'AIEA.

En essence, le véritable accord a été confié à l'AIEA sur la base des accords parallèles secrets que ni le Sénat, ni la Maison Blanche ne connaissent. Et le directeur général de l'AIEA se plaint déjà que l'Iran refuse l'accès à des scientifiques nucléaires et des officiers militaires.

Cet accord maintient le programme nucléaire de l'Iran, tout en promettant que cette fois l'AIEA aura plus d'accès pour les inspections qu'auparavant, en supposant que l'Iran ne viole pas cet accord, comme il l’a fait du TNP.

C'est tout.

Obama insiste que si l'Iran se met à défier l'AIEA, comme il l’a fait toutes ces années précédentes, les sanctions « reviendront instantanément ». Il va même plus loin en affirmant que : «Nous n’aurons pas besoin de l'appui des autres membres du Conseil de sécurité des Nations unies ; L'Amérique peut déclencher le snapback individuellement. « L'Amérique ne peut pas aller au Conseil de sécurité. Elle ne peut pas restaurer l'ensemble des sanctions en place maintenant de sa propre initiative. C’est l'un de ces cas où Obama trompe si délibérément le public, devenant carrément criminel.

Et puisque les vents ne soufflent dans sa direction, Obama a recours aux accusations des critiques qu’il accuse d’être des bellicistes qui veulent envahir l'Iran, tout comme ils voulaient envahir l'Irak. Cela inclut son secrétaire d'État, qui a effectué ces négociations, et qui a déclaré, « je suis en faveur du désarmement de Saddam Hussein, et je suis heureux que nous l’ayons fait ».

Obama a mentionné l'Irak douze fois dans son discours. Il a sinistrement averti que « beaucoup de ces mêmes personnes qui avaient plaidé pour la guerre en Irak sont en train de faire la même chose contre l'accord sur le nucléaire iraniens ».

Hillary Clinton et Joe Biden sont-ils inclus ?

Obama parle de mettre fin à «un état d'esprit caractérisé par une préférence pour l'action militaire sur la diplomatie ». Quand il traite George W. Bush de belliciste qui aimait les invasions unilatérales, mentant aux Américains sur le coût de la guerre et imposant sa volonté sur « une partie du monde avec une culture profondément différente », il oublie son invasion illégale de la Libye, l'assassinat de quatre Américains et la montée de l'ISIS en Libye.

Mais Obama est non seulement un menteur, c’est aussi un hypocrite.

« L'accord que nous allons accepter met fin à leur programme nucléaire », a déclaré Obama, lors d'un débat présidentiel avec Romney. Dans ce discours, il se moquait de sa propre promesse de campagne, recadrant l'idée de démanteler le programme nucléaire de l'Iran, comme les critiques l’avaient souligné et qui sont « soit ignorants de la société iranienne, ou tout simplement pas francs avec le peuple américain ».

« Les sanctions à elles seules ne vont pas forcer l'Iran à démanteler complètement tous les vestiges de son infrastructure nucléaire », affirme Obama. Il semble avoir oublié comment il se vantait, «le travail que nous avons fait à l'égard de l'Iran par les sanctions offre désormais à celui-ci un choix. Il peut prendre la route diplomatique et mettre fin à son programme nucléaire ou il devra faire face à un monde uni et un président des États-Unis, moi, qui dit que nous n’allons pas enlever toutes les options de sur la table ». Les uniques options qu’Obama ne supprimera pas de la table sont celles de capituler puis de mentir à leurs propos.

C’est tout à fait le genre de rhétorique qu'il qualifie maintenant d’ignorant, malhonnête et impossible à réaliser. Donc Obama était alors ignorant ou malhonnête ? Ou bien est-il maintenant malhonnête ? Obama insiste à ce que nous fassions le choix entre la diplomatie et la guerre. Comme Churchill le disait à Chamberlain, vous pouvez avoir les deux. «Vous avez le choix entre la guerre et le déshonneur. Vous avez choisi le déshonneur, et vous aurez la guerre. « L’apaisement d'un conquérant agressif n’empêche pas la guerre. Elle est donc inévitable ». Le conciliateur en chef demande au public de ne pas réagir face à « l'aile dure qui scande « Mort à l'Amérique » et qui s’oppose fermement à l'accord. Elle fait cause commune avec le caucus républicain ». Ces « durs » incluent le chef suprême de l'Iran. Celui même qui fait cause commune avec Obama.

Alors qu’Obama ne manque jamais une occasion d’accuser de trahison ses adversaires républicains, quand il ne les accuse pas de bellicisme, c’est lui-même qui est le traître. Il a fait cause commune avec ceux qui chantent, « Mort à l'Amérique ». Et il est parfois difficile de ne pas se demander s’il n’est pas en connivence avec eux.

Tout ce qu’Obama nous offre dans ce discours et dans tous les discours, est une sélection des mêmes arguments malhonnêtes, réfutés même par ses propres alliés au Sénat et dans les médias. Il va béatement répéter les mêmes mensonges à propos du Tiny (minuscule) budget militaire de l'Iran (le secret est qu’il est beaucoup plus grand), à propos de son incapacité «permanente» d’obtenir une bombe (jusqu'à ce qu'il l’obtienne) et les sanctions qu’il pourra remettre en place avec un claquement de doigts, mais disparaîtront au moment où le Congrès repoussera cette affaire.

Il n'y a rien de nouveau ici et il n'y a rien de véridique.

Même si Obama tisse des mensonges, l'Iran continue à faire tourner ses centrifugeuses à toute vitesse. Même quand il promet des inspections rigoureuses, l'Iran couvre ses activités nucléaires à Parchin.

Obama a violé ses propres promesses sur l'Iran. Il se moque des mêmes arguments qu'il a utilisés pour progresser. Il ne cesse de parler d'une option militaire quand il n’est même pas capable de résister à l'Iran qui menace les navires et les hélicoptères américains, et qui prend en charge le Yémen et l'Irak. Et dans le doute, il dénigre Bush sans jamais être honnête au sujet de son héritage personnel terrible, tant en interventions militaires que politiques.

C’est la performance minable d'un homme qui aime se déguiser en FDR et JFK, mais qui, face à l'Iran ne peut même pas se mesurer à Jimmy Carter.

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2015/08/menteur-menteur-le-monde-est-en-feu.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_facebook&utm_campaign=_ob_share_auto

Published by DAVID - - amerique, ISRAEL, IRAN NUCLEAIRE, obama

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog