Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Lorsqu’elles ont allongé leurs vêtements et cerné leur visage d’un foulard, elles ont admis: leurs hommes ont la chair si faible, des pulsions si fortes, elles doivent par ces vêtements les protéger. Nous n’avons pas approuvé, mais nous avons accepté.

C'est le dernier texte de mon pot-pourri de l'été. Rédigé l'année dernière, il me semble qu'il synthétise assez bien les confusions et démissions dans lesquelles nous nous sommes englués.

Lorsque l’étoffe a enserré la tête de fillettes sommées de quitter l’enfance, de devenir de petites femmes s’entraînant à protéger les garçons de leurs charmes, nous nous sommes aveuglés.

Lorsque nous avons appris que leurs porte-voix étaient en si grand nombre Frères musulmans, wahhabites ou pire encore, leurs paroles confites nous ont rassurés. Les fanatiques ont pu prospérer.

Lorsque l’étoffe a caché les visages féminins, nous avons sourcillé. Ils nous ont expliqué: nous ne sommes pas extrémistes, mais interdire ce signe d’extrémisme nous blesserait infiniment. Nous avons n’avons pas résisté.

Ségrégation

Lorsque nous avons vu s’étaler chaque jour la misogynie des mosquées, les hommes dans l’espace privilégié, les conférences et les activités ségréguées, ils nous ont rappelé: la liberté de religion est notre droit. Aucun de leurs pays ne l’a jamais accordée? Leurs textes l’interdisent? Rien ne nous a perturbés. Ils ont triomphé.

Lorsque par dizaines de milliers, ils ont exigé de faire entrer leurs rites, leurs croyances, leur ségrégation à l’école, à l’hôpital, dans l’entreprise, lorsqu’ils nous ont grisés du mot diversité, nous avons reculé.

Lorsque malgré nos concessions, nos démissions, leurs voix ont dénoncé des discriminations, réclamé d’autres concessions, d’autres démissions, nous nous sommes inclinés. Ils n’ont pas été rassasiés.

Fièvre

Lorsque la fièvre des rites les a saisis, nous n’avons pas pensé que nos anciens dévots et nos ex-bigots revenaient sous une autre apparence, avec la même assurance, le même dogmatisme, la même envie de contrôle des croyants. Nous avons ignoré le danger. Nous les avons même parfois admirés.

Les tribunaux de la pensée ont accepté leurs vérités. Les tribunaux de la justice ont accablé ceux qui éventaient leur perfidie. Pour protéger les tartufes, les rets des lois se sont resserrés.

Lorsqu’ont éclaté les émeutes, lorsque les écoles ont brûlé, lorsque les discours de haine et les violences se sont multipliés, l’immense ballet des modérés a excusé: "La discrimination, le chômage, vous comprenez… Vous nous avez mal intégrés!" Il nous fallait expier.

Lorsqu’ils ont crié au manque de respect de leur prophète par tels dessins, telle exposition, telle œuvre culturelle, lorsqu’ils ont proféré des menaces de mort contre leurs auteurs, nous nous sommes défilés. Ils se sentaient si offensés.

Amalgame

Lorsqu’ils ont dit que les mariages forcés, la misogynie, la criminalité, tous les maux que nous voyions n’étaient pas le vrai islam, qu’il fallait cesser de critiquer, nous avons obtempéré.

Lorsqu’au son des versets et au nom de la charia, des adultères étaient fouettées jusqu’à la mort, des gays saisis d’épouvante devant le gibet, des apostats terrorisés par la traque, ils nous ont dit: «pas d’amalgame!» Nous avons abandonné notre défiance. Nous avons admis leur silence. Ils en ont abusé.

Lorsque par dizaines de milliers, des bombes ont foudroyé des vies, ensanglanté des corps au nom de leur religion, ils ont dit encore: «pas d’amalgame». Leurs paroles apaisantes nous ont apaisés. Ils nous ont encore abusés.

Lorsque dans les pays régis par leur religion, les derniers chrétiens étaient meurtris, pourchassés, décapités, nous avons élevé quelques murmures. Mais cette fois nous savions: pas d’amalgame. Leur saisissant silence a couvert les murmures. Nous avons abdiqué.

Mystère

«Pas d’amalgame ?…ont osé quelques voix. Est-ce à dire que vous vous distanciez des préceptes de vos textes qui jettent l’effroi dans les cœurs et transpercent les corps?» Ils n’ont jamais répondu allant répétant que leur islam, le vrai, est autre chose… un mystérieux islam dépourvu de toute haine, de toute incitation à tuer, de tout châtiment inhumain. Nous avons voulu les croire. Nous n’avons pas vérifié, c’était trop compliqué.

Lorsque des milliers de jeunes nés dans l’Occident des Lumières sont allés torturer et massacrer en Syrie, nous avons été choqués. Mais nous n’avons pas fait d’amalgame. Nous avons plaint les familles, écouté les prêcheurs des mosquées. Ils étaient innocents. Internet seul était coupable. Nous les avons dédouanés.

Lorsque leurs prédicateurs leur ont appris à détester l’Occident, à condamner les sociétés qui les accueillaient, les soignaient, les entretenaient, leur accordaient tant de libertés, nous avons approuvé. Notre civilisation était si coupable. Il fallait la changer. Ils allaient s’en charger.

Lorsque nous avons compris le danger, nous avons voulu nous lever. Il n’y avait plus de liberté, plus de droit de dénoncer. La démocratie avait fait place à la diversité des rites, des mœurs, des coutumes. En dans cette nuit obscure du mélange des valeurs, les fanatiques se préparaient.

http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2015/07/30/quand-la-cecite-face-a-l-islam-guerira-269059.html

Published by DAVID - - ISLAM, sharia, segregation, amalgame

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog