Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Favre versus Strohbach

Favre versus Strohbach

Pour lutter contre les ennemis de la démocratie, mieux vaut rester à couvert. Pour venir en aide à une élève qui prend mal durant le ramadan, mieux vaut avoir un imam sous la main. Et pour se rappeler le nom des 2000 morts de Gaza, il faut lire Hani Ramadan.

Elisabeth Lévy détourne ainsi une phrase attribuée à Voltaire:

« Je ne partage pas vos idées et je me battrai pour que vous ne puissiez pas les défendre. »

Elle illustre magnifiquement ce que les adversaires de l’islam, de ses leaders et de ses idiots utiles constatent chaque jour.

Les réactions de demandes d’interdiction de l’Association suisse vigilance islam (ASVI) à l’annonce de sa création l’ont montré elles aussi : pour afficher ces idées, il vaut mieux avoir procédé à une étude de gestion des risques. Celle qu’a faite notre groupe de pionniers -une quinzaine- a abouti à ce constat lumineux : j’étais seule à pouvoir apparaitre publiquement pour représenter cette association, sans crainte de dommages.

Il faut dire que j’avais déjà réglé la facture. La parution de mon premier livre en 2009, Islamophobie ou légitime défiance ?, m’a valu deux ans de cauchemar professionnel qui se sont soldés par un départ prématuré (mais heureux) de mon job. Elle a conduit au naufrage de trois amitiés qui duraient depuis plus de 30 ans. Un certain vide social s’est créé, heureusement comblé par de nouvelles relations et amitiés.

Vu les premières réactions des adversaires de l’expression critique, le désir d’anonymat de mes camarades de lutte est plus que justifié. Certains craignent le lynchage public. D’autres des représailles professionnelles (licenciement, harcèlement de collègues, perte de clients) ou des déchirements au sein de leur famille et de leur entourage. Mais tous se sentent frustrés de ne pas pouvoir mener au grand jour ce combat et montrer que l’ASVI ne se réduit pas à sa présidente. Ce n’est d’ailleurs pas moi qui ai eu cette idée, et durant une petite année, ce sont 12, puis progressivement 16 personnes qui ont participé à des séances animées. C’est un travail collectif et qui se poursuit comme tel.

Le premier concert des épurateurs de la pensée libre donne donc mille fois raison aux anonymes. Les accusations (nouvelle peste brune, allusion aux wagons emmenant les juifs, "racisme crasse") expriment avec une touchante unanimité des réflexes staliniens. J’imagine Grégoire Barbey et ses courtisans, dont plusieurs politiciens, ne pas manquer à leur devoir civique: une personne qui exprimerait des idées aussi monstrueuses que celles de l’ASVI -tel fonctionnaire, tel collègue, tel intervenant dans la presse- devrait impérativement être dénoncé. (voir en note ses buts )

Ah les lâches !

C’est ce qui explique aussi que des personnes nous ont contactés en disant vouloir faire un don plutôt qu’adhérer afin de ne pas avoir à indiquer leur nom. Et combien aimeraient nous contacter, et n’osent tout simplement pas ?

Pourtant, nos maitres-censeurs osent parler de militants « qui n'ont même pas le courage de dire publiquement qu'ils font partie d'un mouvement!!! », qui sont membres d’une « société secrète », des « lâches ». Ces commissaires politiques qui se parent des poils des bisounours et lancent des accusations démentes contre l’ASVI, quel risque prennent-ils ?

Cette réalité nous a conduits à faire en sorte que le nom de nos membres ne sorte jamais de nos rangs. Seules trois personnes les connaissent parmi nous et ils sont stockés sur un support ne pouvant pas être piraté. Mais tout de même… dans quelle société vivons-nous ?

Un procédé me surprend toujours (incurable naïveté) chez mes contradicteurs : travestir mes convictions, les affirmer totalement opposées à ce que j’énonce pour les réduire en miettes. Ou plutôt pour s’exonérer de toute argumentation.

Il est vrai que reconnaitre la sincérité des motifs qui animent ceux qu’ils aiment appeler « islamophobes » obligerait ces vertueux à activer quelques neurones. Trop dur… Et trop risqué ? L’indigence de leurs connaissances sur l’islam et ses prosélytes le laisse penser.

J’ai vécu récemment l’exemple parfait de l’ouverture au débat et de la fermeture totale.

Alexis Favre dans Le Temps se distingue en me reconnaissant le crédit de la sincérité. Il ne conteste pas ce qui me motive: la défense de la démocratie et de l’égalité.

Le problème pour lui est que je pense faux. C’est son droit. Mais nul n’est parfait (en journalisme aussi) : il ne peut résister à biaiser un tantinet l’article: il me taxe d’« islamophobe au sens strict », une affirmation qui ignore délibérément la langue française. Une phobie relève de la psychiatrie, alors que mes convictions relèvent de 30 ans d’observation du réel.

Malgré tout, et c’est rarissime, un tel article globalement fidèle à mes propos, et une telle attitude rendent le débat possible. D’ailleurs, nous l’avons eu.

Inversement, invoquer ma « haine » des musulmans comme motivation unique et argument ultime permet de rejeter sans examen l’ensemble de l’approche.

C’est le cas de Vincent Strohbach qui poste régulièrement des commentaires sur mon blog afin de rétablir LA vérité face à la haineuse. Emporté par sa logique, il va jusqu’à écrire: «Sur ce, je vous laisse vous occuper de votre association, il doit bien y avoir quelques ratonnades à organiser, non ?? »

La violence de ma réaction l’a étonné et il s’est excusé de ses propos dans un message personnel. Mais précise-t-il: «… je ne saisis toujours pas la finalité de votre combat ». Évidemment, puisque selon lui ma seule motivation est la haine des musulmans, il est surprenant que je ne veuille pas en jeter quelques-uns dans le Rhône! Vincent comme tant d’autres ne la saisiront jamais, ma finalité, notre finalité, puisqu’ils la nient!

Dans la même veine, pour Ariane Beldi, illustre inconnue et qui devrait le rester, j’exprime avec cette association « le racisme le plus crasse ». Comment donc la Tribune de Genève, se demande-t-elle, a-t-elle pu employer durant onze ans cette vile espèce ? Elle soupçonne même un grand mensonge. En effet, malgré ses recherches sur le net, elle ne « trouve pas trace de (mon) activité de journaliste ». Eh oui, Jeunesse, internet n’a pas toujours existé. Lorsque j’étais à la Tribune, dans les années 80-début 90, il était encore en gestation. Mais je suis sure qu’en cherchant bien, vous trouverez quelques survivants de ces temps obscurs pour témoigner de ma présence.

Mais comme le dit Thomas Paine, « argumenter avec une personne qui a renoncé à utiliser sa raison, c'est comme administrer un médicament à un mort ».

Pour les téméraires

J’ai invité les lecteurs dans de précédents papiers à adhérer à l’ASVI sans préciser les modalités pratiques : m’envoyer un message avec leur nom et adresse (si c’est possible !) afin de que nous puissions leur faire parvenir un bulletin d’adhésion et un autre de versement. Je n’ai pas non plus mentionné le montant de la cotisation annuelle : 40 francs, 25 pour les personnes âgées et les chômeurs. ( mireille.vallette@bluewin.ch)

Nous avons 70 adhérents à l’heure actuelle, c’est un bon début, mais loin d'être suffisant. Qu’on se le dise !

Le site sera mis en ligne vers la fin juillet, vous serez informés.

*L’ASVI entend selon ses statuts : défendre la démocratie et ses valeurs, protéger la Suisse de l’islamisation, s’opposer aux actions qui remettent en question le caractère séculier de notre société et défendre la liberté d’expression concernant toutes les doctrines et religions, dont l’islam. Ceci par des moyens exclusivement démocratiques.

POST SCRIPTUM

Des musulmans de plus en plus bondieusards

Fin juin, une élève d’une classe de Lausanne s’est sentie mal lors d’une activité de plein air avec ses camarades. Malgré l’évidente origine du malaise, elle a refusé de boire afin de respecter l’impitoyable ramadan. Contactée, sa mère a confirmé l’interdiction d’Allah. Un imam appelé à la rescousse a convaincu la fillette. Comme le rappelle un membre du Service santé, la Protection de la jeunesse est compétente « pour prendre toute mesure permettant de protéger un mineur, y compris contre l’avis de ses parents. » La mesure prise a été l’appel de l’imam devenu pour l’occasion auxiliaire de santé. On rêve !

Obliger des jeunes à faire le ramadan, soit les priver durant dix ou douze heures de liquide est de la pure et simple maltraitance. Que fait la Protection de la jeunesse ?

Mais le pire est la réaction des imams et autres représentants des dévots. Hafid Ouardiri déclare : « Cette mère est une ignorante ! Le ramadan se fait à partir de la puberté. Et rien n’y oblige… » Je suis toujours frappée que ces musulmans obsédés par la pudeur n’hésitent pas à faire savoir que tel jeune homme ou telle jeune fille a atteint… ou pas, la puberté. Voire de le proclamer ! Quant au fait de déclarer que « rien n’y oblige », c’est reconnaissons-le une grande ouverture vu que ce jeûne est ordonné à moult reprises par le parfait et saint Coran.

Le président de la Fondation islamique de Vevey est plus orthodoxe: interrompre oui, mais il faudra rattraper ce jeûne plus tard… Qu'elle soit pubère ou non? On ne sait s’il disposait de l’information.

Mais les propos les plus stupéfiants sortent la bouche du « musulman vaudois » dont la modération est louée sans relâche par les médias. Pour éviter ces fâcheux accidents, Pascal Gemperli président de l’Union vaudoise des associations musulmanes recommande aux parents d'entrainer leur progéniture en la faisant jeûner quelques jours. A la puberté, elle supportera ainsi beaucoup mieux l’incontournable contrainte. Notons que ces trainings d'enfants connaissent un succès croissant dans les communautés européennes.

Comme dirait Guy Sitbon, « à Kaboul comme à Lausanne, on est chaque jour un peu plus bondieusard ». La bigoterie atteint des sommets. Or, elle se traduit en l’occurrence par une pure et simple violence à l’égard des croyants, ce que rappelle entre autres l’ami des musulmans Abdennour Bidar.

Les religieux adorent faire croire qu’en islam, le lien est direct entre le fidèle et Dieu, mais passent leur temps à imposer des règles despotiques. Les écoles françaises de la diversité où la traque aux transgresseurs du ramadan bat son plein chaque année nous montrent dans quelles dérives les musulmans, et nous avec, glissons.

Cette pratique médicalement absurde et indiscutablement nocive n’est pas encadrée. Il faudra un accident, de préférence avec mort, pour qu’on s’en inquiète.

Hani Ramadan: du génocide au djihad

Le récent post de Hani Ramadan dans la Tribune de Genève s’intitule « Gaza, une liste bien dérangeante ». Il a remarqué comme nous que pour une fois, la parole des contestataires du rapport de l’ONU a eu une modeste place, inhabituelle, dans les médias. Et il s’étouffe: « que la presse et les médias se fassent l’écho de ceux qui remettent en cause la condamnation évidente de l’État d’Israël pour ses crimes de guerre, voilà qui ne démontre qu’une chose: la force des lobbies sionistes. »

Et pour rappeler la vraie réalité, il copie le nom des 2000 Palestiniens victimes du « génocide ».

Aurait-il l’obligeance de nous fournir la liste un tantinet dérangeante des dizaines de milliers de victimes de ses Frères qui proclamaient comme lui avant de se faire exploser: «… nous devons aimer la mort comme eux aiment la vie. La mort dans la voie de Dieu est notre désir suprême »?

Je lui ai demandé cette liste dans un commentaire, mais celui-ci s’est bêtement égaré dans la grande toile. Une autre fois peut-être ?

Ceci est -en principe- mon dernier texte avant la rentrée. Je vous rappelle, si ce blog vous intéresse, qu'il est toujours possible de vous abonner à ma newsletter afin d'être avisé qu'un nouveau papier a été posté.

http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2015/07/11/l-anonymat-force-des-combattants-de-l-obscurantisme-islamiqu-268694.html

Published by DAVID - - ISLAM, suisse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog