Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

La terreur : un des principes premiers de l’islam.
Le musulman n’est pas habilité à utiliser son libre-arbitre, conditionné dès son enfance à réagir comme on le lui a imposé. Un assujettissement et un endoctrinement qui commencent très tôt, par l’apprentissage par cœur des sourates. Même pour ceux dont l’arabe n’est pas la langue et qui ne comprennent donc pas ce qu’ils lisent.
L’endoctrinement est partout identique et porte toujours sur les mêmes sujets : le culte de la mort et de la violence, la terreur et le terrorisme. Des thèmes qui tiennent une place prépondérante dans l’islam. Dès lors, il n’est pas étonnant de constater que les autres communautés humaines perçoivent l’islam comme un dogme violent et intolérant.

Dès lors, il n’est pas étonnant de constater que les autres communautés humaines perçoivent l’islam comme un dogme intolérant.

1) Les grands principes de l’endoctrinement

Plutôt que de relater le bourrage de crâne que j’ai subi dans ma toute première jeunesse, je préfère reproduire ci-après des extraits de l’intervention d’Ayaan Hirsi Ali à l’Université de Yale (Connecticut), en précisant que les processus qu’elle décrit sont en usage dans l’ensemble du monde musulman :

« Je vais vous dire pourquoi l’expérience que j’ai vécu est pertinente. J’ai appris de mes premiers enseignants que pour être un musulman on doit prononcer la profession de foi et respecter les cinq piliers de l’islam.
Il a prêché, comme tous les autres imams, sans cesse sur l’enfer. [...] Il nous a encouragé à être implacable dans l’application des lois islamiques, [...], à couper tous liens avec ceux qui refusent d’obéir, même les liens familiaux les plus forts [...]. Il nous a encouragé à convertir les non-musulmans [...]. Il nous a demandé de mener le djihad et devenir martyrs, car la meilleure chose qui puisse nous arriver est de mourir en combattant pour Allah. Il nous enjoignait d’œuvrer pour l’instauration de la charia dans notre société et au-delà [...] de nous méfier des chrétiens [...] et nous engage à tout faire pour détruire les juifs, tous les juifs, pas seulement ceux d’Israël. De pendre les homosexuels, de cantonner la femme à celle que lui a réservé Allah dans le coran [...]. »

On est bien loin de l’"expertise" faite par Dounia Bouzar qui tente de faire croire que cette pratique n’est pas généralisée mais simplement le fait de quelques groupes radicaux ultra-minoritaires. La vision idyllique que certains — dont Dounia Bouzar — veulent nous imposer oublie juste un léger détail : le contenu violent, guerrier, raciste, misogyne, homophobe, etc., qu’on trouve dans le coran et la sunna. Et qui est confirmé par toutes les exégèses officielles qui en ont été faites par les plus grands ulémas.

2) Terroriser pour dominer

Mahomet a compris très tôt que la terreur est une arme prépondérante qui peut à elle seule donner la victoire. Pour cette raison, il l’a utilisée tout d’abord en dépeignant Allah dans le coran comme un Juge ultime dont un des rôles principaux consiste à punir de manière à "jeter l’effroi dans les cœurs".
La plus efficace de toutes les armes capables de faire progresser l’islam est la terreur. Dès 622, il l’a érigée en principe qu’il a associé à la violence et il en a fait sa stratégie. C’est par la terreur et la violence qu’il a conquis la Mecque, c’est aussi par la terreur et la violence qu’il a chassé les juifs de Yathrib (Médine) et de Khaybar, c’est par la terreur et la violence qu’il s’est enrichi et qu’il a enrichi ses compagnons lors de ses nombreuses razzias. C’est de cette manière que s’est développé l’islam des premières années de l’hégire : par la terreur et la violence et aussi par le brigandage, le banditisme et le pillage.
Cette stratégie a parfaitement bien fonctionné et elle a été reprise par ses successeurs, elle fonctionne encore parfaitement aujourd’hui.

Ce qu’en dit Hélios d’Alexandrie :

« L’arbre de la terreur et de la tyrannie a été planté il y a quatorze siècles, depuis, l’humanité n’a cessé de récolter ses fruits empoisonnés. Les musulmans sont prisonniers du coran et de la violence dont il est rempli ; ils ne peuvent embrasser sincèrement la paix, la tolérance et le bon voisinage sans renier, en tout ou en partie, leur croyance ; s’ils lui restent fidèles, deux choix s’offrent à eux : se soumettre en silence aux extrémistes ou se joindre résolument à eux. »

3) Terroriser les kuffar[mécréants]]

Inspirer la terreur chez les kuffar, les faire douter et les plonger dans la crainte et dans l’effroi. La phraséologie islamique n’est pas avare d’expressions telles que « Nous allons jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants ».

« Nous allons jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants [...]. » (coran 3:151)

« Et ton Seigneur révéla aux Anges : "Je suis avec vous : affermissez donc les croyants. Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts » (coran 8:12).

« Donc, si tu les maîtrises à la guerre, inflige-leur un châtiment exemplaire de telle sorte que ceux qui sont derrière eux soient effarouchés. Afin qu’ils se souviennent » (coran 8:57).

« Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d’effrayer l’ennemi d’Allah et le vôtre, [...] » (coran 8:60).

« Ceux qui ne croyaient pas et obstruaient le sentier d’Allah, Nous leur ajouterons châtiment sur châtiment, pour la corruption qu’ils semaient » (coran 16:88).


A propos de ce verset, Hakim al-Nishaburi en a donné l’explication dans al-Mustadrak ala al-Sahihayn : "ce double supplice est constitué de scorpions dont les incisives sont aussi longues que les palmiers". »

« Et Il a fait descendre de leurs forteresses ceux des gens du Livre qui les avaient soutenus [les coalisés], et Il a jeté l’effroi dans leurs cœurs ; un groupe d’entre eux vous tuiez, et un groupe vous faisiez prisonniers » (coran 33:26).

« C’est Lui qui a expulsé de leurs maisons, ceux parmi les gens du Livre qui ne croyaient pas, lors du premier exode. Vous ne pensiez pas qu’ils partiraient, et ils pensaient qu’en vérité leurs forteresses les défendraient contre Allah. Mais Allah est venu à eux par où ils ne s’attendaient point, et a lancé la terreur dans leurs cœurs [...] » (coran 59:2).

« S’ils sont chassés, ils ne partiront pas avec eux ; et s’ils sont attaqués, ils ne les secourront pas ; [...]. Vous jetez dans leurs cœurs plus de terreur qu’Allah. C’est qu’ils sont des gens qui ne comprennent pas » (coran 59:12-13).

« Quand l’apôtre en eut fini avec Khaybar, Allah frappa de terreur les cœurs des hommes de Fadak, dès qu’ils surent ce que l’apôtre avait fait aux hommes de Khaybar. [...] » (ibn Hisham, Conduite de l’envoyé d’Allah, 776).

« Les infidèles, rentrés dans leur camp, voulurent y passer la nuit pour recommencer le combat le lendemain. Au moment de la prière de l’après-midi, Allah envoya du ciel des anges pour remplir de terreur les cœurs des infidèles » (at-Tabari, Histoire des Prophètes et des Rois, III-204).

« Ensuite, ils lui [le poète Ka’b ibn al-Ashraf] tranchèrent la tête et l’emportèrent. Quand ils ont atteint Baqi al-Gharqad, ils ont prononcé leur tekbir. L’apôtre d’Allah passait la nuit à faire ses prières. Quand il entendit leur tekbir, il dit aussi le sien. Il sut alors qu’ils l’avaient tué. Dès qu’ils arrivèrent auprès de l’apôtre d’Allah, il leur dit : - Que vos figures soient favorisées ! - La tienne aussi ! Ô apôtre d’Allah !
Ils posèrent sa tête devant lui. Il loua Allah pour ce meurtre. Au matin, il dit : Tuez chaque juif que vous rencontrerez. Les juifs eurent peur, et plus aucun n’osa sortir ou parler. Ils avaient peur parce qu’ils pouvaient être attaqués brusquement tout comme ibn al Ashraf l’avait été » (ibn Sad, Tabaqat II-37-39 ).

Dans une fatwa sur le djihad, cheikh Salman bin Fahd bin Abdullah Al-Ouda, membre éminent de l’Union Internationale des Savants musulmans, a émis cet avis qui donne une légitimité aux auteurs d’attentats-suicide...

« [...] la bonne réponse à cette question (qu’un seul homme peut s’avancer devant un nombre considérable de mécréants) est qu’il y 4 bonnes raisons :
1) la demande du martyr,
2) présence de dégâts chez l’ennemi,
3) ça encourage les musulmans,
4) ça affaiblit les âmes ennemies[...] »

... en précisant que le candidat à l’attaque-suicide doit être placé :

« sous le contrôle de gens qui ont de l’expérience comme nous l’avons cité, pour s’assurer qu’il y aura des morts et des blessés, ou qu’il y aura de gros dégâts, ou que la terreur soit répandue chez les ennemis. »

4) Terroriser aussi les musulmans

Les punitions les plus épouvantables sont promises aux musulmans qui oseraient dévier de la « voie droite ». Pour l’islam, mieux vaut sévir que guérir. Il est donc primordial d’instiller la terreur chez les musulmans par les actions ou suggestions les plus violentes qui soient, afin de marquer les subconscients et de dissuader de tout acte ou de toute pensée mécréante ou qui engendrerait la fitna (sédition). Pour l’islamologue-islamophile Gilles Keppel, la fitna est « la hantise de tous les musulmans ». Le mot renvoie également au fait d’être brûlé dans l’enfer :

« Goûtez à votre épreuve [fitnatakum] ; voici ce que vous cherchiez à hâter » (coran 51:14).

Cette méthode s’accompagne toujours de la volonté de maintenir les foules dans l’ignorance et sous un régime de terreur : les meilleurs moyens qu’aient trouvés les élites musulmanes pour éviter l’éveil des consciences qui signerait la fin de l’islam.

« Certes, ceux qui ne croient pas à Nos Versets, (le Coran) Nous les brûlerons bientôt dans le Feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d’autres peaux en échange afin qu’ils goûtent au châtiment. Allah est certes Puissant et Sage ! » (coran 4:56).

« Seuls croient en Nos versets ceux qui, lorsqu’on les leur rappelle, tombent prosternés et, par des louanges à leur Seigneur, célèbrent Sa gloire et ne s’enflent pas d’orgueil. Ils s’arrachent de leurs lits pour invoquer leur Seigneur, par crainte et espoir ; et ils font largesse de ce que Nous Leur attribuons » (coran 32:15 et 32:16).

5) Les atrocités de l’enfer

La hantise des soumis, une hantise liée non seulement aux textes eux-mêmes, mais aussi aux croyances populaires, plus ou moins "orthodoxes". Pour exemple, on peut évoquer la frayeur qui s’empare des Kabyles à l’évocation de A’azrayen - Azraël.

Là encore, pour ce qui concerne la stricte orthodoxie, il s’agit de terroriser les soumis et de les conditionner à l’obéissance aveugle. Pour mieux marquer les esprits, l’enfer est mentionné dans le coran sous neuf noms différents (jahannamah, hawiyah, al-jahim, sidjjine, an-nar, al-houtamah, saqar, a s-sa’ir, a s-samoum) et les imams lui ont trouvé d’autres noms, parmi lesquels "ladthaa" ou "hatamah".

« [...] L’Enfer sera leur demeure : chaque fois que son feu s’affaiblit, Nous leur accroîtrons la flamme ardente » (coran 17:97).

« Le feu brûlera leurs visages et ils auront les lèvres crispées » (23:104).

« Et quiconque viendra avec le mal... alors ils seront culbutés le visage dans le Feu. N’êtes-vous pas uniquement rétribués selon ce que vous œuvriez ? » (coran 27:90).

« Le messager d’Allah a dit : En enfer, il y a des vipères immenses de la taille des nuques des chamelles du Khurasan. Lorsque l’une d’elle pique quelqu’un, il en ressent la douleur pendant 40 ans […] » (ibn Hanbal, dans at-Takhwif min an-Nar).

6) Les atrocités du jugement dernier

Inspirer la terreur à tous les hommes, soumis ou kouffar, et faire comprendre aux musulmans que cette terreur sera amplifiée après leur mort de manière démesurée. Dans quel but ? Il semble que ce soit, comme toujours, pour maintenir l’unité de la oumma et éviter son éclatement et son éparpillement, qui signifierait la fin de ce dogme. Le message est clair : il n’y a qu’un « chemin droit » qui soit agréé par Allah et toute déviance sera très sévèrement punie.

Pour les musulmans, le jour de la résurrection est un jour d’une importance capitale : « la terreur qui y régnera sera sans aucune mesure et les hommes en ce jour verront ce qu’ils n’avaient jamais vu auparavant ».

« Ô hommes ! Craignez votre Seigneur. Le séisme [qui précédera] l’Heure est une chose terrible. Le jour où vous le verrez, toute nourrice oubliera ce qu’elle allaitait, et toute femelle enceinte avortera de ce qu’elle portait. Et tu verras les gens ivres, alors qu’ils ne le sont pas. Mais le châtiment d’Allah est dur » (coran 22:1 et 2).

« Et avertis-les du jour qui approche, quand les cœurs remonteront aux gorges, terrifiés. Les injustes n’auront ni ami zélé, ni intercesseur écouté » (coran 40:18).

« Quand on sonnera du Clairon, alors, ce jour-là sera un jour difficile » (coran 74 : 8 et 9).

« Ceux-là ne pensent-ils pas qu’ils seront ressuscités, en un jour terrible, le jour où les gens se tiendront debout devant le Seigneur de l’Univers ? » (coran 83:4 à 6).

7) Autres méthodes

Utiliser des thèmes qui marquent les esprits : les anges exterminateurs, les djinns, les diables, et toutes les puissances démoniaques. L’islam exploite ces personnages comme arme de dissuasion auprès des "soumis". On comprend toute l’épouvante qu’ils leur inspirent en voyant comment ils sont dépeints par les ulémas. Exemples :

Munkar et Nakir, qui interrogent les morts sitôt ensevelis : en cas de mauvaise réponse, le châtiment n’attend pas le jugement dernier.

Azraël, ange de la mort, aux 4 visages et au 4000 ailes, le corps recouvert d’autant d’yeux et de bouches qu’il y a de vivants. Lorsqu’Allah créa la mort, tout les anges s’évanouirent à sa vue et restèrent ainsi pendant 1000 ans. Seul Azraël résista, c’est ainsi qu’il devint Maître de la mort. Si grand que si toute l’eau des mers, des océans et des fleuves lui est versée sur la tête, il n’en tomberait pas une goutte au sol. Un pied au 7e ciel, l’autre sur le pont reliant le paradis et l’enfer.

Israfil, le sonneur de trompe : lorsqu’il jouera de son instrument, en ce jour où « tremblera le tremblement », tous les morts depuis Adem ressusciteront, on les tirera par les os du coccyx : hommes, femmes, animaux, djinns, anges et démons. Il ne manquera personne et tous resteront là, dans l’attente (la "station") destinée à les terrifier, avant le verdict final. Israfil a 4 ailes, il est couvert de poils, on ne peut compter ses innombrables bouches. Il a les pieds sous le 7e sol et la tête au 7e ciel, à hauteur des colonnes supportant le trône d’Allah.

On constate que les terroristes d’aujourd’hui ont totalement raison de se réclamer de Mahomet, le "beau modèle", "l’être le plus parfait de la création" et, surtout, celui qui restera le tout premier terroriste musulman.

Nota : les citations coraniques (loin d’être exhaustives) ne sont pas mentionnées dans l’ordre chronologique de leur "révélation".

Aqveyli N-Jerjer

A lire : l’islam dogme intolérant

VIDEO A VISIONNER/
https://www.youtube.com/watch?v=RcWjbZmBIBo

http://www.kabyles.net/islam-et-terreur,12603

Vos commentaires

Published by DAVID - - ISLAM, TERRORISME, MONDE ARABO MUSULMAN

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog