Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

LES SECRETS DU DEAL IRANIEN RÉVÉLÉS PAR L’IRAN

La lettre signée par les 45 sénateurs républicains d’Amérique cause beaucoup de remous, visant à instruire les dirigeants iraniens des exigences de la Constitution américaine.

Le Secrétaire Kerry révélait sa « perplexité totale » que les sénateurs puissent «contourner » l'administration au courant d'une délicate négociation internationale. Certains appartenant à la gauche américaine avaient traité cet acte de « trahison », oubliant commodément que quelques uns de leur propre parti (dont Kerry, en qualité de sénateur junior) avaient rencontré à maintes reprises des dirigeants étrangers ennemis au mépris d'un président de l'autre parti.

Dans un échange le mercredi à l'audience du Comité sénatorial des affaires étrangères avec le sénateur Marco Rubio, le secrétaire Kerry avait déclaré qu'il avait communiqué aux Saoudiens et à d'autres alliés sunnites, des détails sur les négociations, mais qu'il ne ferait pas faire la même chose pour le Congrès.

Mais le Congrès peut tout simplement écouter le site Web en langue anglaise du ministère iranien des Affaires étrangères pour apprendre les secrets de l'accord que le Secrétaire Kerry refuse de leur révéler.

S’adressant aux sénateurs républicains qui ont signé la lettre, le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif avertissait qu'un « changement d'administration ne dégage aucunement la prochaine administration des obligations internationales prises par son prédécesseur ... »

«Je tiens à éclairer les auteurs que si la prochaine administration révoque toute entente avec le trait de plume, comme ils se vantent de le faire, elle commettra tout simplement une violation flagrante du droit international ».

Zarif poursuit en révéler des détails de l'accord que l'administration Obama a jusqu'ici gardé secret du Congrès.

Sa déclaration soulignait « que si les négociations en cours avec les P5 + 1 plafonnent en un plan global d'action conjoint, l’accord ne sera pas bilatéral entre l'Iran et les États-Unis, mais plutôt il sera conclu avec la participation des cinq autres pays, dont tous les membres permanents du Conseil de sécurité, et devra également être approuvé par une résolution du Conseil de sécurité ».

Permettez-moi de préciser ceci : L'Administration Obama a affirmé au Congrès qu'il ne soumettra pas l'accord nucléaire avec l'Iran à son approbation. Mais maintenant, continua Zarif, il sera présenté à l'Organisation des Nations Unies, afin de former la base d'une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, destinée sans doute pour la levée des sanctions de l'ONU sur l'Iran.

C’était trop même pour le sénateur Bob Corker (R, Tennessee), président du Comité sénatorial des relations étrangères qui avait ostensiblement refusé de se joindre à ses collègues pour parapher la lettre destinée à l'Iran, bien que Mitch McConnell, chef de la majorité et dirigeant républicain du Sénat l’ait fait.

« Il y a maintenant des rapports que votre administration envisage de transmettre un accord, ou des aspects de celui-ci, au Conseil de sécurité des Nations Unies pour un vote », écrivait Corker le jeudi à Obama. «Permettre à l’ONU d’envisager un accord ou des parties de celui-ci, tout en menaçant simultanément de veto à la loi qui permettrait au Congrès de faire la même chose, est un affront direct au peuple américain et cherche à saper le rôle approprié du Congrès », a-t-il ajouté.

Obama pourra-t-il légalement contourner le Congrès et aller directement à l'ONU ? Nul doute là-dessus, tout comme il peut ignorer les multiples lois américaines - et ses propres déclarations - qui l'empêchaient d'accorder une amnistie à des millions d'étrangers en situation irrégulière par décret exécutif.

Mais si les Iraniens pensent vraiment qu'ils peuvent trouver refuge du Congrès à Turtle Bay (siège de l’ONU), l’ancien rédacteur de discours de la Maison Blanche Marc Thiessen suggère qu'ils devraient réfléchir à nouveau.

« La constitution américaine l'emporte sur le droit international. La constitution des États-Unis l’emporte sur l’ONU », déclarait-il à la présentatrice de Fox News Megyn Kelly le jeudi. « La Cour suprême a effectivement statué sur ce point ».

Il devrait être clair à tous ceux qui observent la charade US-Iran ce que Téhéran veut de ces pourparlers : Victoire absolue sur les USA.

Hassan Rohani président iranien «modéré», ancien négociateur du nucléaire avait dit lui-même, lors de l’annonce de l’entente en Novembre 2013 : « Dans l’accord de Genève, les puissances mondiales avaient volontairement cédé à la volonté nationale de l'Iran », tweetait-il victorieusement.

Certains ont mal interprété les déclarations iraniennes sur les «lignes rouges» et sur la rhétorique concernant la sauvegarde des «réalisations scientifiques» signifiant qu’un accord enrobé de sucre permettrait à l'Iran de sauver sa face, tout en imposant des limites significatives sur son programme nucléaire - est tout ce qu'il faut pour la paix à notre époque.

C’est ne pas lire correctement les feuilles de thé à Téhéran.

Le guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei, qui ironiquement ne vivra pas assez pour voir un accord signé, pilotait les négociations derrière la scène. À plusieurs reprises, il avait publiquement orienté ses négociateurs loin de certaines concessions, et avait réussi à mener les USA à céder - pas l'Iran.

Lorsque les négociations avaient commencé, les USA avaient insisté à ce que l'Iran respecte cinq résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et suspend tout enrichissement d'uranium. Maintenant, la discussion porte sur le nombre de centrifugeuse que l’Iran peut activer, et plus important encore, combien de centrifuges d’une nouvelle génération (plus efficaces) l’Iran peut installer.

Thème après thème, ce sont les USA - et non l'Iran - qui ont cédé. Lorsque l'Iran a été pris en flagrant délit de violation des termes de l'accord de Novembre 2013 dans ses deux premiers mois, en enrichissant des lots frais d'uranium à 20%, les USA ont prétendu n’avoir pas constaté ce délit.

Lorsque l'Agence internationale de l'énergie atomique a révélé que l'Iran avait produit des lots frais de 20% d'uranium le 20 janvier 2014, personne ne l'a traité de violation. Par contre ils mettaient en valeur les étapes iraniennes de la conversion d’une partie des 20% de l'uranium en barres de combustible pour une recherche de réacteur.

Toute personne qui a observé les fraudes iraniennes sur son nucléaire et a pris sa retraite au cours des vingt dernières années reconnaît l’échantillon : L'Iran ne cesse de repousser les limites, et quand il se fait attraper, il prend un pas en arrière le temps qu’il faut pour qu’on cesse de le regarder, puis il recommence.

Et nous ne les punissons jamais. Non jamais. Alors à quoi ressemble à votre avis la «victoire» de Téhéran ?

Deux mots : allégement des sanctions.

C’est le deal-maker du régime iranien – Ils ne feront des concessions que pour obtenir quelque chose qu’ils désirent ardemment.

Mais attendez : Même si les Iraniens prétendent que les sanctions sont injustes, et que toutes les sanctions imposées au cours des deux dernières décennies doivent être instantanément retirées pour qu’un accord soit signé, cela ne signifie pas qu'ils se retireront si certaines sanctions restent en place.

« Ils se soucient vraiment des sanctions financières », m'a avoué un homme d’affaire iranien, familier du régime iranien et de sa façon de déplacer ses fonds. « Tant qu'ils peuvent employer et déplacer des dollars, le reste, ils ne s’en soucient pas ».

L'Iran a vécu si longtemps avec des sanctions sur les technologies à double usage et l'achat d'armes qu'ils ont appris à les contourner. « Ils peuvent obtenir tout ce qu'ils veulent », déclarait l'homme d'affaires. « Cela pourrait leur coûter de 5 à 10 pour cent de plus, mais ils estiment que c’est le coût de faire des affaires ».

Soyez donc prêt pour une dernière minute, l’accord « je vous salue Marie » qui lèvera les sanctions financières contre l'Iran en échange de promesses iraniennes à ne pas construire la bombe.

L’énigme en place est : Si un tel accord permettra d'éviter ou même de retarder un holocauste nucléaire au Moyen-Orient.

Kenneth R. Timmerman

Adaptation française

Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2015/03/les-secrets-du-deal-iranien-reveles-par-l-iran.html

Published by DAVID - - IRAN NUCLEAIRE, INTERNATIONAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog