Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Les femmes du Califat doivent porter une voile à double épaisseur et des gants

(Guardian) Les femmes vivant dans les régions sous le contrôle de l'État islamique en Irak et en Syrie sont confrontées à des restrictions de plus en plus sévères sur leurs déplacements et leur habillement, lesquelles sont rigoureusement appliquées par la police religieuse de l’EI appelée Hisbah.

Les femmes sont obligées d'être accompagnées en tout temps d’un tuteur de sexe masculin («mahram») et doivent porter un voile à doubler épaisseur, une abaya (voile de type saoudien) ample, ainsi que des gants.

Les tuteurs sont passibles de sanctions si les femmes ne respectent pas le code vestimentaire prescrit.

Les femmes ont reçu l'ordre de porter une abaya à double épaisseur pour cacher leurs yeux, et une ample robe que l’État islamique a conçue après avoir réalisé que des abayas pouvaient révéler la silhouette.

Au début, beaucoup de femmes se sont opposées à ces ordres, mais elles s’y sont conformées après avoir réalisé qu’elles risquaient d’être battues, humiliées, et mises à l’amende, et que leurs maris pouvaient être punis. Les hommes forcent désormais leurs épouses et leurs filles à rester à la maison pour éviter des confrontations avec la Hishba, qui émet des ordres via Internet ou en publiant dans les magasins des déclarations écrites qui mettent en garde contre les violations des règles islamiques dans la ville.

«Ils ont forcé les femmes de tous âges à porter le voile, même si la majorité des femmes de Mossoul portait le hijab», a déclaré Maha Saleh, 36 ans, pédiatre. «La Hisbah frappait les femmes sur la tête avec un bâton si elles ne portaient pas de voile.»

«Au début, des femmes médecins ont refusé de porter le voile et ont entamé une grève en restant à la maison. La Hisbah s’est rendue à leurs maisons dans des ambulances et les ont ramenées de force à l'hôpital. Une de mes collègues était seule dans sa clinique à l'hôpital et a cru que c’était correct de retirer son voile. Tout d'un coup, deux Hisbah ont fait irruption dans la pièce, lui reprochant de ne pas porter le voile, et l’ont avertie de ne pas recommencer».

Les femmes sont également forcées de porter uniquement du noir, y compris les gants et les chaussures.

La Hisbah patrouille les villes contrôlées par l’État islamique pour s’assurer que les femmes et les hommes se comportent conformément aux règles islamiques. S’ils voient une femme dans la rue sans le voile réglementaire ou des gants, ils lui offrent parfois une «tenue islamique» avec une paire de gants et l’avisent de ne plus sortir sans les porter, ou bien ils l’amènent au quartier général de la Hisbah et la gardent jusqu'à l’arrivée de son tuteur. Le tuteur peut être condamné à une amende ou à des coups de fouet.

Les enfants ne sont pas exemptés des codes vestimentaires stricts.

Des bus sont arrêtés pour contrôler les passagers. Si une femme est trouvée sans la tenue réglementaire ou son tuteur, tous les passagers sont obligés de débarquer et le bus n’est pas autorisé à repartir. «Si la Hisbah repère une femme sans tuteur dans un bus, tous les passagers sont évacués et renvoyés parce que le chauffeur l’a acceptée à bord», a déclaré Maher.

A Mossoul, une femme célibataire n’est pas autorisée à être le dernier passager dans un bus, seule avec le chauffeur. Ces femmes doivent descendre avant d’être arrivées à destination, s’il n’y a pas d'autres passagers.

Les hôpitaux de Raqqa n’ont presque pas de femmes médecins, selon les résidents. Les quelques infirmières n’ont pas le droit de soulever leurs voiles ou de porter quoi que ce soit sauf la tenue islamique. Toutes les femmes se rendant chez le médecin doivent être accompagnées de leur tuteur, qui doit attendre à l'extérieur de la clinique. Si la Hisbah découvre un homme à l'intérieur d'une clinique, il sera arrêté. Une femme peut être examinée par un médecin de sexe masculin, mais elle n’est pas autorisée à soulever son voile lors de l'examen.

L’État islamique a récemment ordonné la fermeture de tous les salons de beauté à Mossoul. Samah Nasir, 43 ans, avait son propre salon de coiffure depuis plus de neuf ans - la seule source de revenus pour ses trois enfants, car son mari est malade et incapable de travailler.

http://www.postedeveille.ca/2015/02/les-femmes-du-califat-voile-gants.html

Lire aussi :

L'État islamique publie un Manifeste sur le rôle des femmes

Une brigade féminine impose la charia aux femmes de la capitale du Califat

Les femmes kurdes et les femmes des jihadistes de l'État islamique

| |

Published by DAVID - - ISLAM

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog