Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

«Nous sommes tous l'organisation de l'État islamique»

Ce texte est une réfutation convainquante de l'argument souvent entendu selon lequel le terrorisme n'a «rien à voir avec l'islam», ou ne représente pas le «vrai islam».

Nadim Koteich, un musulman chiite vivant à Beyrouth, est un expert du Moyen-Orient.

(Now) Les condamnations ne suffisent plus. D’ailleurs, elles n’ont jamais été suffisantes, et elles n’ont jamais eu de poids sauf comme point de départ vers des étapes plus avancées.

Les condamnations ne suffisent plus, surtout quand elles sont suivies de propos stupides indiquant qu'un crime tel que le massacre de Charlie Hebdo ne représente pas le «vrai islam». Dans un effort pour absoudre l'islam de toute responsabilité pour d'autres crimes, certains ont ajouté que l'État islamique (EI), Jabhat al-Nusra, Asa'ib Ahl al-Haqq, le Hezbollah, Boko Haram, al-Shabab en Somalie, les talibans et des centaines d'autres groupes armés ne représentent pas non plus le vrai islam.

Quel est donc ce vrai islam que ceux qui condamnent les crimes commis au nom de l'islam entendent nous gratifier? Au-delà des condamnations, comment les partisans du vrai islam ont-ils confronté les criminels depuis la défaite du Mutazilisme – la défaite du rationalisme dans l’islam – il y a 1100 ans ?

Se contenter de condamner n’est pas suffisant. Les musulmans du camp sunnite de l'islam contemporain qui ont perpétré le massacre Charlie Hebdo, le massacre de l'école pakistanaise, les massacres de l’État islamique en Syrie et en Irak, les attentats 11 Septembre et d'autres atrocités appartiennent tous au vrai islam. La même chose s’applique aux musulmans du camp chiite de l'islam contemporain qui ont enlevé et tué des journalistes étrangers à Beyrouth, et émis et renouvelé la fatwa disant que le sang de l'écrivain britannique Salman Rushdie pouvait être répandu. Ils représentent une partie centrale du vrai islam et de ses nombreuses écoles de jurisprudence.

Les écritures islamiques importent peu, qu’il s’agisse d’un texte coranique ou jurisprudentiel, ou d'un texte relatant les paroles du prophète Mahomet ; les assassins ne tuent pas pour rien, ils tuent au nom de livres, de fatwas, de sourates et de traditions séculaires. Toutes ces choses constituent des parties inséparables de l'islam véritable. Ils resteront musulmans tant qu'ils prononcent la shahada (profession de foi islamique) et aussi longtemps que l'institution religieuse n’osera pas moderniser les critères pour être un musulman.

Ces tueurs sont nous. Ils sont notre religion dans sa forme la plus extrême. Ils sont dans les limites de notre véritable islam, et ils ne dérogent pas aux Écritures. Quand l’Occident déclare d’une seule voix «Nous sommes Charlie», nous devrions déclarer : «Nous sommes l’EI».

En tant que musulmans, que devrions-nous faire du verset as-Sayf, le cinquième verset de la sourate at-Tawbah (le Désaveu ou le Repentir), l'un des derniers chapitres du coran révélé au prophète dans la ville de Médine, et donc d'une importance capitale en ce qui concerne la structure des jugements islamiques et le système des relations avec autrui ? Le verset dit:

«Après que les mois sacrés expirent, tuez les idolâtres où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la prière islamique et acquittent l’aumône, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.»

Ayant cela à l'esprit, cette sourate n’a-t-elle pas contribué à l’édification de la gloire militaire de l'islam? L'islam n’est-il pas devenu un vaste empire de puissance, de domination, de haute renommée, d'argent et de pouvoir? Cette sourate n’était-elle pas la boussole centrale qui a dirigé les guerres des musulmans, depuis la préparation de la conquête de la Mecque jusqu’au pamphlet jihadiste «Le Devoir négligé» de Muhammad Abd-al-Salam Faraj, l'un des textes de la littérature jihadiste parmi les plus dangereux jamais écrits ? Pour ceux qui ne connaissent pas Faraj, il était l'émir du groupe Al-Jihad qui a assassiné Anouar el-Sadate au nom du même vrai islam.

Quel genre de jugement peut-il y avoir contre les «idolâtres» au 21ème siècle, et que devons-nous faire de l’ordre de les tuer «où que [nous] les trouvions», maintenant que nous avons le droit international et l'État-nation? Où les musulmans d’aujourd’hui tracent-ils la ligne entre la jurisprudence islamique et le droit?

En tant que musulmans, que devons-nous faire du verset 29 de la sourate at-Tawbah, consacrée à notre relation avec les chrétiens et les juifs? Le texte se lit comme suit:

«Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés.»

Ces versets appartiennent-ils aux prétendus versets du pardon dont les musulmans font l’éloge en tant que preuve de la bienveillance de l'islam dans des conférences marquées par la flatterie et la tromperie sociale? Sont-ils vraiment tout ce qu’il nous reste de l’islam dans sa dernière incarnation?

Quel est le verdict sur les fatwas du Cheikh Ibn Taymiyya qui influencent encore la jurisprudence du jihad huit siècles après sa mort, des Frères musulmans jusqu’à l’EI? Quelle est sa position dans le monde musulman d’aujourd’hui, compte tenu de ce qu'il représente dans l’histoire de la jurisprudence islamique? Qui tracera la ligne entre la jurisprudence du jihad en tant que l’une des sciences islamiques, et la jurisprudence criminelle qui a été pratiquée à Paris, d'autant plus que ces deux jurisprudences sont issues du même texte original?

Il a été très révélateur que tout de suite après l'annonce du massacre à Charlie Hebdo, les gens ont pensé aux extrémistes islamistes, malgré le fait que la satire de la revue française n'a pas épargné le judaïsme, le christianisme, ni l'establishment politique français. C’est parce que la relation de l'islam avec le monde d’aujourd’hui est en crise ; tout groupe qui traverse une telle crise est toujours le premier suspect. En fait, l'islam dans son ensemble est accusé à l'avance, et pas seulement sa frange extrémiste. Les textes originaux qui forment une partie inséparable de l'islam véritable et inspirent les crimes continus commis en son nom sont aussi coupables. Ceci sera vrai tant qu'il n'y aura pas d'autorité centrale pour réorganiser la relation entre le texte islamique, en tant que document historique, et les exigences de notre époque, de la même manière que le coran s’est lui-même adapté avec la révélation graduelle des sourates, de nouveaux versets remplaçant les plus anciens.

En vérité, les actes des tueurs de Paris n'ont fait que renforcer les images des dessinateurs de Charlie Hebdo. La seule différence entre les actions des dessinateurs et celles des tueurs, c’est que les personnes qui lisent les caricatures sont bien moins nombreuses que celles qui ont suivi le drame international provoqué par le massacre. Rien ne peut insulter l'islam et les musulmans autant que de tels crimes, et pourtant nous acceptons encore de prétendre qu’ils ne représentent pas le véritable islam, sans fournir une description claire de ce qu'est le vrai Islam, en commençant par nos écoles religieuses, dont certaines sont des fabriques de crime, et nos constitutions équipées avec les mines de la jurisprudence islamique et de la charia.

Rien n’insulte plus l'islam que le massacre de Charlie Hebdo, qui dit, à partir du coeur du véritable islam lui-même: Ceux d'entre nous qui vénèrent le plus le prophète sont nos plus grands criminels.

http://www.postedeveille.ca/2015/01/nous-sommes-tous-l-ei.html

Source : We are all ISIS, par Nadim Koteich, Now, 13 janvier 2015. Traduction par Poste de veille

Rédigé le 14/01/2015 dans Islam, Paroles de musulmans/ex musulmans | Lien permanent

| |

Published by DAVID - - TERRORISME, ISLAM, MONDE ARABO MUSULMAN

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog