Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

En se vantant de permettre des espoirs nucléaires sanglants à l'Iran, l'administration Obama inaugure l'âge de Renfield et Dracula; Obama pense que l'Iran peut sauver les Intérêts américains au Moyen-Orient: il a tort !

Être président des États-Unis est souvent décrit comme la tâche la plus puissante dans le monde non pas parce que le président peut refaire l'Amérique d'un trait de plume (il ne peut pas), ou parce que les États-Unis sont la nation la plus puissante du monde (bien que cela aide), mais en raison de la puissance inégalée, il donne à l'exécutif de tracer le parcours de l'Amérique dans le monde. À l'intérieur, le président ne peut pas être capable de faire beaucoup pour les routes, les taxes, ou même la livraison du courrier. À l'étranger, il peut démarrer et arrêter les guerres, faire de ses ennemis des amis (et vice versa), et par ailleurs de déterminer le ton et souvent la direction de l'ensemble de la planète ou du moins de la partie de la planète qui répond aux indices Americains - économiques, diplomatiques, et militaires. Qui est une bonne raison que même les présidents qui viennent au bureau proclamer leur désintérêt pour la politique étrangère - comme Bill Clinton, George W. Bush, et Barack Obama, souvent finissent leur deuxième mandat dans le bureau en s'axant sur la zone une politique qu'ils peuvent réellement contrôler.

Avec le Sénat tombé dans les mains des Républicains, l'administration Obama va naturellement se tourner davantage son attention à vers la politique étrangère. Donc, qu'est-il prévu? La première et la plus simple prédiction que tout nombre d'experts ont en tête est que l'administration va contourner le Congrès et pousser vers un accord permanent avec l'Iran sur son programme d'armes nucléaires lorsque le délai arrivera.

Tout traité avec l'Iran, l'administration semble y croire maintenant, c'est mieux que pas d'accord du tout. En fait, comme nous l'avons appris la semaine dernière, l'administration a déjà aidé l'Iran à passer la ligne de finition nucléaire-et elle s'en vante. Perdue dans tout le brouhaha autour des dires d'un fonctionnaire anonyme de l'administration Obama à un journaliste (Jeffrey Goldberg) que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu " est une poule mouillée ", par exemple, ou le commentaire d'un autre fonctionnaire anonyme au même journaleuxr qui chante qu'il est maintenant trop tard pour Israël d'arrêter la République islamique d'obtenir une arme nucléaire, grâce à la propre campagne de tromperie délibérée de la Maison Blanche.

La Maison Blanche a dupé Netanyahu en lui faisant croire que l'option militaire était un sujet sérieux, a dit l'aide de M. Obama. Et maintenant, a-t-il poursuivi, le Premier ministre israélien n'a pas d'autres options que de se lamenter et se plaindre. " Il y a deux, ou trois ans, il y avait une possibilité," a-t-il expliqué à Goldberg. Le fonctionnaire a continué-écarté le leader israélien," était une combinaison de notre pression et de sa propre réticence à faire quelque chose de spectaculaire. Maintenant, c'est trop tard. "

Le président a longtemps insisté pour que sa politique n'était pas de contenir ou de dissuader un Iran nucléarisé, mais d'empêcher le régime des mollahs d'acquérir la bombe. Selon le responsable de l'administration cité par Goldberg, cette posture était tout simplement un mensonge. Maintenant Israël va devoir apprendre à vivre avec une bombe nucléaire iranienne parce que, comme Obama le voit, c'est dans l'intérêt américain.

Et il ya plus. La raison pour laquelle la Maison Blanche veut que l'Iran ait une bombe, car c'est la voie la plus rapide à ce qu'il veut vraiment, qu'il y est avec Téhéran une instauration régionale plus vaste. Comme Obama l'a expliqué, l'Iran est un acteur rationnel qui poursuit ses intérêts. Si vous vous battez avec la République islamique, elle va juste être plus en colère et plus dangereuse, il est donc préférable d'essayer d'obtenir qu'elle soit du bon côté. Un monde où les Etats-Unis et l'Iran sont des amis et des alliés sera un endroit plus sûr, plus pacifique. Obama et ses conseillers semblent y croire.

Une autre façon de comprendre la prochaine nouvelle ère dans les relations américano-iraniennes est aussi l'âge de Renfield. Comme les fans d'horreur s'en souviendront, Renfield est un personnage de Bram Stoker dans son roman Dracula. Il n'est pas un vrai vampire, mais un fou dont les appétits pour - la vermine et la proximité de puissance sont alimentés par le maître dont le mal qu'il permet. Renfield, observe le Dr Seward, le superviseur de l'asile, " il a certaines qualités très largement développées, l'égoïsme, le secret, et le but. " Dans l'âge de Renfield, les gens s'alignent sur l'obscurité, car elle a l'apparence de la force. Dans une ère du leadership robuste américain, les responsables de l'administration chargés de parler aux alliés presse louent les alliés et maudissent les adversaires ouvertement; quand ils critiquent les amis, c'est fait en privé et sans invectives. Dans l'âge de Renfield, les parasites sans visage lancent des insultes à leurs alliés de l'ombre.

Dans l'âge de Renfield, la plupart des partenaires régionaux de l'Amérique ont plus peur de la République islamique c'est ce qui la rend plus attrayante à la Maison Blanche. Oui, l'Iran est une puissance expansionniste qui menace de guerre totale ses voisins. Mais cela signifie simplement juste queTéhéran est un exécuteur régional idéal. L'Arabie Saoudite peut à peine gérer ses propres citoyens - qui s'en vont faire le djihad en Syrie, jamais elle ne contrôle les millions d'Arabes sunnites des autres pays. Et Israël commande la fidélité de seulement 6 millions de Juifs. En revanche, l'Iran affirme maintenant le contrôle de facto de quatre capitales arabes - du Liban, de la Syrie, de l'Irak et du Yémen. Pour Obama, un président qui croit qu'il a été élu pour obtenir que les États-Unis sortent du Moyen-Orient, c'est une évidence, les Iraniens peuvent faire avancer les choses dans la région précisément parce qu'ils sont vicieux. Comme Renfield dit du comte, " il a commencé à me promettre des choses, non pas en paroles, mais dans les faits."

Quant à Bibi, il a été pris comme, un héros comique, sérieux, dur comme dans un remake de série-B dont la petite amie est occupée avec Dracula. Bibi s'est fait joué par toute une équipe de Renfields, garant de la bonne foi d'Obama au sujet de la sécurité d'Israél, des décideurs comme Rahm Emanuel et Robert Wexler à d'anciens ambassadeurs en Israël comme Daniel Kurtzer et Martin Indyk . Maintenant que le pot-aux-roses, a été découvert vous penseriez que certains d'entre eux pourraient s'offusquer que leur honneur personnel a été compromis par la Maison Blanche qui se vante d'avoir aidé un adversaire américain et découragé allié américain de longue date . Vous pensez que certains d'entre eux pourraient être ennuyés qu'ils ont donné leur parole sur le soutien de Barack Obama à Israël-—maintenant qu'il s'avère qu'Obama bluffait et délibérément montait la tension sur les Israéliens. Mais faire une trop grand affaire de la personne d'Obama jouant le Renfield au Dracula régional - la République islamique parce qu'il a fait des garants de tous ceux qui aussi ont cru en lui . Washington est plein de Renfields.

Par conséquent, la prochaine étape logique pour ceux qui affirment que M. Obama frapperait pour protéger Israël, c'est de rationaliser que la non-frappe était effectivement dans l'intérêt d'Israël: Tout ce qu'Obama a fait a été d'oter les clés des F-15. Car si Netanyahu avait pris les choses en mains, une frappe israélienne sur les installations nucléaires iraniennes aurait déclenché une vague de terrorisme contre les sites israéliens et juifs à travers le monde. En outre, il aurait irrité les puissances européennes qui bientôt investisseront des milliards dans les secteurs du pétrole et de l'automobile de l'Iran.

Les Européens ne sont pas les seuls qui vont se gaver des restes de table d'un accord nucléaire qui signifie qu'il y aura suffisament pour se nourrir pour tous les Renfields du monde. Pour Obama il y a un voyage probable à Téhéran pour célébrer la réalisation de sa réconciliation historique-avec la République islamique après 35 ans d'inutiles et coûteuses inimitiés. Pour les diplomates et les responsables politiques, il y aura des réunions passionnantes avec leurs homologues iraniens inconnus. C'était un grand malentendu, et maintenant les vieilles blessures - le renversement de Mossadegh, la prise de contrôle de l'ambassade américaine seront- guéris. Qui à la fin, outre les maniaques, seront vraiment opposés aux avantages de la paix?

Il y a toujours eu des Renfields, ceux qui voient les ténèbres comme une force. Les universitaires et les journalistes qui ont idéalisé l'Union soviétique, même après les crimes de Staline aient été rendus public. Les racistes et antisémites dont la haine et la peur sont sublimées par le Nazismee ou le K.K.Klan. Les groupies du Hezbollah et du Hamas qui affluent vers Beyrouth et Gaza pour absorber le charisme sombre de la résistance. La République islamique a toujours eu son propre Renfields....,

Ce qui est nouveau, c'est qu'un establishement entièrement voué à toute la politique étrangère, soit dirigée par la Maison Blanche, a embrassé les charmes de la machine. Des bureaucrates qui commandent le viol, la torture et l'assassinat des dissidents iraniens, les responsables du CGR de niveau intermédiaire qui gèrent les opérations terroristes à l'étranger, les relations avec le Hezbollah et le Hamas: ils sont prêts pour leur heure de gloire. Hé, vous avez vu le Diane Sawyer la pièce sur ce Qassem Suleimani montée sur son iPad? Bientôt, une invitation à dîner à la villa de Téhéran de Javad Zarif deviendra le spectacle le plus couru dans le service diplomatique: le plus savoureux, c'est le tendre cuissot d'agneau et le riz à l'aneth c'est à mourir!

En l'honneur de la nouvelle ère de la politique américaine au Moyen-Orient, je propose un toast à Renfield-dont les talents sont l'égoïsme et le secret, l'homme du moment. Levez vos verres très haut, messieurs. Seulement ne demandez pas ce qu'il y a dans le verre.

Par Lee SMITH

http://tabletmag.com/jewish-news-and-politics/186811/obama-deal-iran

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

http://malaassot.over-blog.com/2014/12/moyen-orient-maintenant-qu-il-a-perdu-le-senat-il-est-temps-pour-obama-de-sceller-son-pacte-avec-le-diable.html

Published by DAVID - - INTERNATIONAL, ISRAEL, IRAN NUCLEAIRE

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog