Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

                     A view from the Israeli-occupied Golan Heights in September shows fighting between the Syrian government and Islamist rebels in the Syrian village of Qahtaniah.
A view from the Israeli-occupied Golan Heights in September shows fighting between the Syrian government and Islamist rebels in the Syrian village of Qahtaniah.

L'état islamique a subi de lourdes pertes suite aux frappes aériennes de la coalition durant ces derniers mois. Un peu plus d’un millier de ses combattants a été tué, alors que les forces de peshmergas kurdes réussissent à repousser les djihadistes sur un large front, entre les villes d'Erbil et de Mossoul.

La conquête de la ville symbolique de Kobani (Ayn al-Arab) près de la frontière syro-turque également évincée, le mouvement terroriste compte à présent des pertes plus modestes ou au moins partiellement inversées plus au sud.

Pourtant, en dépit de ces revers, rien n’indique que l'État islamique est en quelque sorte proche de l'effondrement. Et tandis que les bombardiers américains et les combattants kurdes empêchent son avance plus à l'est, de nombreuses indications nous prouvent que les djihadistes continuent à progresser vers une direction ouest et sud ç Damas et au Liban des frontières de leur dite entité, et par la même occasion, en direction d'Israël.

Une compétition largement dissimulée est en cours dans la province de Deraa au sud de la Syrie, entre l'état islamique et les djihadistes rivaux de Jabhat al-Nusra.

Deraa, où la rébellion syrienne naquit en Mars 2011, a été le site de pertes importantes du régime d'Assad au cours de l'année dernière. Nusra s’est imposé comme une force majeure dans la région après que ses combattants aient été défaits par état islamique plus à l'est.

À l’heure actuelle, il semble que l'état islamique cherche aussi à s’implanter dans cette région. Au cours des dernières semaines, des rapports révélent que trois milices rebelles à Deraa ont porté bay'ah (allégeance) à l'état islamique. La plus importante d’entre elles est la Brigade des Martyrs du Yarmouk. Les autres sont Saraya al-Jihad et Tawhid al-Junub. Alors que la Brigade des Martyrs du Yarmouk a depuis nié formellement toute allégeance à l’état islamique, les rapports soulignent l’agitation existant chez le Nusra et les groupes rebelles épaulés par l’Occident dans le sud.

Ils sont conscients du fait que dans des locations plus à l'est, comme Abou Kamal sur la frontière entre la Syrie et l'Irak, l’état islamique s’y est installé au cours de l'année 2014, pas par conquête, mais par recrutement de groupes non-islamiques qui brandissaient l’étendard de l'état islamique dans la région. Une duplication de ce processus par l’état islamique plus au sud est appréhendée par le Nusra.

Cette crainte est aggravée par l'apparition au cours des dernières semaines de combattants affiliés à l'état islamique dans la région de Damas. Dans la ville de Bir al-Qasab, les combattants affiliés avec le mouvement terroriste ont été aux prises avec d'autres rebelles au début de Décembre. L’état islamique s’est engagé dans le réapprovisionnement de ces combattants de son propre territoire plus à l'est. Nusra et d'autres groupes rebelles ont commencé à spéculer sur la possibilité d'une poussée par les djihadistes soit vers Deraa ou l’est du Goutha, mitoyen à Damas.

Enfin, plus à l'ouest, dans les montagnes de Qalamoun, les combattants de l’état islamique et Nusra se sont affrontés au cours des dernières semaines. Les rapports qui ont fait surface révélaient que l’état islamique a commencé à exiger que les autres groupes rebelles dans la région, dont le Nusra, lui prêtent allégeance.

Ceci malgré le fait notable que la zone Qalamoun ait été le théâtre en ces derniers mois d’une rare coopération entre l'état islamique et le Nusra, suite aux communs intérêts d’étendre le conflit jusqu’au Liban.

Les événements dans cette région surviennent au sein des spéculations médiatiques libanaises quant à la possibilité d'une poussée imminente de l’état islamique de Qalamoun vers la ville sunnite d’Arsal par delà la frontière (ou même, dans certaines versions, vers les villes chiites de Baalbek et de Hermel).

Une telle offensive ferait partie de la plus grande campagne contre le régime et le Hezbollah dans ce domaine.

Alors, ou tout cela nous mène ? Tout d'abord, il convient de noter que la présence de Nusra dans la province de Quneitra, immédiatement à côté du plateau du Golan, est le point où les djihadistes syriens se trouvent actuellement le plus proche d’Israël. Et tandis que le Nusra n'est pas encore ciblé par l'Occident, il n’en demeure pas moins antioccidental et anti-juif que ses rivaux de l’état islamique. Le fait qu'il coopère pleinement avec les groupes soutenus par le commandement des opérations militaires à Amman devrait être en soi un sujet de préoccupation pour l'Occident.

Mais Nusra, contrairement à l’état islamique, semble être véritablement engagé dans la lutte contre le régime Assad. Parfois, il est prêt à mettre de côté ses propres ambitions de poursuivre cet objectif général.

Cela signifie, du point de vue d'Israël, que, bien que sa présence près de la frontière est un sujet de préoccupation à long terme, dans l'immédiat les attentions d'Al-Qaïda franchisé sont largement tournées ailleurs. Ces calculs n’ont pas pu être faits en toute sécurité en ce qui concerne l'état islamique, qui en revanche, ne fonctionne que pour son propre bénéfice.

Sa poussée soudaine vers l’Irak en Juin et puis en Août, montre la mesure dans laquelle il est capable de changer brusquement de cap, pour capturer ses adversaires par surprise. À ce jour, le record de l'état islamique contre d'autres groupes rebelles a été l'un de ses succès presque ininterrompus.

À l’heure actuelle, son progrès à l’est, est au contraire interrompu par les USA-Unis et leurs alliés. Mais ni l'US Air Force, ni les combattants kurdes au sol ne sont présents plus au sud et à l'ouest, il y a donc une stratégie logique et claire quant à la direction de l'activité présente de l’état islamique.

Alors que l’état islamique perd du terrain plus à l'est, il cherche à récupérer ses pertes ailleurs. Cette tendance rapproche les djihadistes le plus près des frontières d'Israël et de la Jordanie. Les planificateurs de la défense israélienne n’ont certainement pas omis ce fait, d’où les rapports d'amplification de l’activité militaire, du rassemblement d’unités et du renforcement de la présence militaire sur le plateau du Golan.

L’unique guerre qui sévit actuellement en Syrie, en Irak et au Liban se rapproche de plus en plus d’Israël.

http://www.meforum.org/4940/islamic-state-fighters-are-moving-ever-closer

Jonathan Spyer

Adaptation française

Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2014/12/les-combattants-de-l-etat-islamique-progressent-trop-pres-d-israel.html

Published by DAVID - - ISRAEL, TERRORISME, MONDE ARABO MUSULMAN

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog