Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Nabuchodonosor s'empare de Jérusalem


Le 16 mars de l'an 597 avant JC, Jérusalem tombe aux mains de Nabuchodonosor.
Le puissant roi de Babylone reçoit la soumission du royaume de Juda. Celui-ci est l'ultime survivance du royaume d'Israël fondé quatre siècles plus tôt par Saül, David et Salomon, et dont la population a déjà eu à souffrir des Assyriens.
Nabuchodonosor déporte la famille royale et l'élite juive dans son pays, entre le Tigre et l'Euphrate (l'Irak actuel).
Dix ans plus tard, suite à une ultime révolte, toute la population de Jérusalem est envoyée en Mésopotamie et le prestigieux Temple de Salomon est détruit. C'est la première diaspora.
Ezéchiel console les Juifs en exil à Babylone, miniature médiévaleLes prophètes hébreux de l'époque, tels Jérémie et Ézéchiel, voient dans ces malheurs une punition infligée au peuple hébreu pour avoir désobéi à Dieu.
À Babylone, cependant, les Juifs vont affermir leur religion et regagner en prospérité ce qu'ils ont perdu en liberté.
Cinquante ans plus tard, lorsque Cyrus, roi de Perse, conquerra la Babylonie, une partie des Hébreux retournera en Palestine pour bâtir un deuxième Temple, tout en demeurant sous la tutelle des Perses.
Avec la chute de Jérusalem, c'en est fini de l'indépendance d'Israël pour... 2500 ans, jusqu'à la résurrection de l'État hébreu au XXe siècle de notre ère (mise à part une brève période d'indépendance sous les Maccabées ou Asmonéens).

site herodote

LA GUERRE DES JUIFS

1- [1] La guerre que les Juifs engagèrent contre les Romains est la plus considérable, non seulement de ce siècle, mais, peu s'en faut, de toutes celles qui, au rapport de la tradition, ont surgi soit entre cités. soit entre nations. Cependant parmi ceux qui en ont écrit l'histoire, les uns, n'ayant pas assisté aux événements, ont rassemblé par oui dire des renseignements fortuits et contradictoires, qu'ils ont mis en œuvre a la façon des sophistes; les autres, témoins des faits, les ont altérés par flatterie envers les Romains ou par haine envers les Juifs, et leurs ouvrages contiennent ici un réquisitoire, là un panégyrique, jamais un récit historique exact. C'est pour cela que je me suis proposé de raconter en grec cette histoire, à l'usage de ceux qui vivent sous la domination romaine. traduisant l'ouvrage que j'ai composé auparavant dans ma langue maternelle[2] à l'usage des Barbares de l'intérieur. Mon nom est Josèphe, fils de Matthias, Hébreu de nation[3], originaire de Jérusalem, prêtre : aux débuts j'ai moi-même pris part à la guerre contre les Romains ; les événements ultérieurs, j'y ai assisté par contrainte.
2. [4] Quand se produisit[4] 3 le grand mouvement dont je viens de parler, les affaires des Romains étaient malades : chez les Juifs, le parti révolutionnaire profita de ces temps troublés pour se soulever[5], jouissant alors de la plénitude de ses forces et de ses ressources ; tel était l'excès des désordres, que les uns conçurent l'espoir de conquérir l'Orient, les autres la crainte d’en être dépouillés. En effet, les Juifs espérèrent que tous ceux de leur race, habitant au delà de l'Euphrate, se révolteraient avec eux : d'autre part, les Romains étaient inquiets de l'attitude des Gaulois, leurs voisins ; la Germanie[6] demeurait point en repos. Après la mort de Néron, la confusion régnait partout, beaucoup, alléchés par les circonstances, aspiraient au principat ; la soldatesque, séduite par l'espoir du butin, ne rêvait que de changements. - J'ai donc pensé que, s'agissant d'événements si considérables, il était absurde de laisser la vérité s'égarer. Alors que les Parthes, les Babyloniens, les Arabes les plus éloignés, nos compatriotes habitant au delà de l'Euphrate, les Adiabéniens savent exactement, grâce à mes recherches, l'origine de la guerre, les péripéties les douloureuses qui en marquèrent le cours, enfin le dénouement, il ne faut pas que, en revanche, les Grecs et ceux des Romains qui n'ont pas pris part à la campagne continuent à ignorer tout cela parce qu'ils n'ont rencontré que flatteries ou fictions.

flavius Joseph

Le monde ne supporte pas l'idée d'une souveraineté juive à Jérusalem

Le silence assourdissant de la communauté internationale après l’attentat du tramway de Jérusalem qui a fait deux morts - dont un bébé de trois mois - tranche de manière criante avec les réactions irrationnelles entendues à peine quelques jours plus tard suite à l’annonce de projets de construction dans la même ville.
C’est en profondeur qu’il faut chercher ce qui pousse les Etats-Unis et l’Union Européenne à protester de manière aussi énergique et automatique à chaque fois que les Juifs annoncent qu’ils veulent construire des maisons dans leur capitale historique, alors que ces mêmes pays sont restés silencieux lorsque deux êtres innocents étaient volontairement fauchés par un terroriste imbibé de haine antisémite.
Si Washington et les capitales européennes condamnaient chaque construction dans des territoires disputés dans le monde entier, on pourrait, à la rigueur, croire en leur bonne foi.
Mais il faudrait pour cela créer dans tous ces pays des Ministères "des-condamnations-de-constructions-en-zones-disputées", avec des fonctionnaires à plein temps!
Mais en l’occurrence, la mauvaise foi, l’hypocrisie et la méchanceté suent par tous les pores. Même le Conseil de Sécurité se réunit en urgence spécialement pour cela alors que les pays arabes au Proche-Orient sont à feu et à sang. Il n’existe aucun cas similaire au monde. Et c’est précisément l’Etat juif qui est visé. Hasard, hasard…
L’Occident vieillissant perd peu à peu ses repères et ses valeurs. Et malgré tous les problèmes auxquels il est confronté, il estime qu’il a tout de même assez de temps libre pour suivre au microscope la politique cadastrale du petit Etat d’Israël.

i24news

Une perspective juive sur Jérusalem

La terre d'Israël a une importance énorme pour la plupart des Juifs. Les Juifs prient en direction de Jérusalem, comme les musulmans prient vers la Mecque. Ainsi, les synagogues sont construites pour faire face à Jérusalem.
Selon la Bible, le centre du culte juif a toujours été Jérusalem, depuis que le roi David a déplacé l'Arche d'alliance. Selon la tradition, c'est le lieu des Temples dont le premier a été construit par le roi Salomon, au 10e siècle avant notre ère. Après la destruction du Second Temple et de Jérusalem par les romains, en 70 de notre ère, la période de la Diaspora a commencé. Pendant près de deux mille ans, les Juifs ne pouvaient s'installer à Jérusalem que pour de courtes périodes de temps. La Cité de la Paix est devenue le lieu de longues guerres et de sièges. Du point de vue juif, cette longue période de turbulences s'est terminée avec la réunification de Jérusalem en 1967.

mjlf


LA PRIERE JUIVE

Le juif prie trois fois par jour en rappel des trois sacrifices offerts au Temple de Jérusalem: le matin, l'après-midi et le soir. La prière du matin est dédiée à Abraham, celle de l'après-midi à Isaac et celle du soir à Jacob. Pour ces prières, il porte le kippa (calotte) par respect pour Dieu, et un châle de prière, le talit. Un groupe de prière est composé d'au moins dix hommes (quorum) et peut se réunir partout pour prier.
Les juifs se tournent physiquement et spirituellement vers le Temple de Jérusalem pour prier, Jérusalem représentant la porte des cieux. La prière doit être récitée debout, ou assis, jamais à genoux ou prosternés. Pendant leur prière, les juifs se balancent d'avant en arrière, mouvement ayant pour but de se détacher des préoccupations terrestres.

Jérusalem est juive

Il faut cesser de convoyer cette fable de Jérusalem sainte pour l’Islam. Le Coran ne cite pas une seule fois le nom de cette ville. Elle n’a jamais été une capitale même régionale pour les arabes pendant son occupation par les usurpateurs hachémites. Ce n’est pas vers elle que se tournent les musulmans dans leurs prières et même quand ils sont sur notre Mont du Temple, ils se tournent vers La Mecque.
Nous avons trop longtemps laissé courir ces déclarations antisémites d’Arafat, de Hanye et de Abou Mazen selon lesquelles notre Temple n’aurait jamais existé et que cet endroit est sacré pour les musulmans. Cela ne les a d’ailleurs pas empêché de tuer l’émir Abdallah à la sortie de la mosquée qui occupe notre lieu saint ni de tirer à partir de ces mosquées pendant la Guerre des six Jours. Les mensonges éhontés des dirigeants arabes concernant leur lien avec Jérusalem n’ont que trop duré et ne doivent plus pouvoir être proférés. Leur prétendu attachement à Jérusalem est né à partir de notre retour et de la libération de notre capitale.
Jérusalem a un propriétaire légitime et un seul. Tout autre prétendant n’est qu’un squatter temporaire.
Le nom de Jérusalem apparait des centaines de fois dans la Bible. Elle est la ville de nos Rois et de nos Prophètes. Nous la citons dans toutes nos prières et demandons sa reconstruction. Elle est présente dans nos mariages et l’époux brise un verre en souvenir de la destruction du Temple. C’est ainsi que chaque nouveau foyer de notre peuple s’inscrit dans le souvenir de Jérusalem. C’est vers elle que sont tournées les arches saintes de toutes nos synagogues dans chaque pays à travers le globe. Depuis l’exil forcé, nous répétons « l’an prochain à Jérusalem » et espérons que ce sera « cette année ».

jacques Kupfer

Published by DAVID - - ISRAEL

commentaires

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog