Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

Le professeur qatari Abd Al-Hamid Al-Ansari analyse les racines idéologiques du terrorisme : Quelque chose ne va pas dans notre ordre culturel

Dans une interview diffusée sur Rotana Khalijiyya le 3 juin 2016, Pr Abd Al-Hamid Al-Ansari, ancien doyen de droit islamique à l’Université du Qatar, s’est penché sur le phénomène du terrorisme et la façon de le gérer. Le terrorisme, a-t-il estimé, se base sur une idéologie, non sur la détresse financière ou sur des circonstances économique difficiles ; « il commence par semer la haine et l’extrémisme » et par « ce discours sur une nation constamment menacée d’attaque ». Selon Pr Al-Ansari, la première étape pour gérer ce phénomène est d’« en finir avec la culture du déni », de « reconnaître que quelque chose ne va pas dans notre ordre culturel » et de « s’ouvrir à d’autres cultures ». Extraits :

Journaliste : Commençons par la question du terrorisme : avons-nous affaire à une crise idéologique ou économique ?

Abd Al-Hamid Al-Ansari : Le terrorisme est enraciné dans l’idéologie. Comme il est dit dans [la constitution] de l’UNESCO, les guerres et la paix se construisent « dans l’esprit des hommes », et se traduisent en comportements seulement après. Le terrorisme se base sur une idéologie extrémiste, qui s’empare du contrôle des esprits sensibles à ce type d’idéologie. Si le terrorisme était effectivement lié au chômage et à l’économie, sujet à une interprétation matérialiste de l’histoire…

Eh bien, beaucoup de nations souffrent énormément, sans pour autant avoir produit du terrorisme. La détresse financière peut provoquer des rébellions, des crimes. Peut-être vous rappelez-vous du film de Farid Shawki I Have Been Made a Murderer [On a fait de moi un assassin]. Il est possible que lorsqu’une personne est persécutée ou qu’elle ne peut trouver de travail, elle se tourne vers le crime et vole, mais seule la religion et la conviction idéologique pourraient la pousser à se faire exploser. Il n’est pas facile pour un être humain de quitter cette vie. On parle de détresse économique…

Journaliste : Cela revient souvent dans les sondages occidentaux.

Abd Al-Hamid Al-Ansari : C’est parce qu’ils ne croient pas aux motivations religieuses et spirituelles. C’est parce qu’ils ne croient pas aux motivations religieuses et spirituelles. Ils adhèrent à des normes matérialistes. Qu’est-ce qui a conduit cette personne à se faire exploser ? demandent-ils. Il doit y avoir des circonstances économiques. Mais une personne peut émigrer pour améliorer sa situation économique. Certains pourraient se retourner contre le régime pour améliorer leur situation économique. Mais de là à se faire sauter ?! Au contraire, les criminels aiment la bonne vie.

[...]

Le terroriste, d’autre part, se moque de la vie pour commencer. Au nom d’une autre vie, qu’il croit meilleure, plus belle. Ainsi, cela repose sur la religion, sur l’idéologie. On parle de circonstances économiques , d’injustice. Mais l’injustice n’incite pas une personne à se faire exploser. Pour transformer une personne en bombe humaine, vous devez… Il faut un mélange idéologique… Un mélange idéologique que vous plantez dans son esprit et qui s’empare de son âme.

[...]

Le terrorisme commence par la dissémination de la haine, la dissémination de l’extrémisme.

Journaliste : C’est la première étape.

Abd Al-Hamid Al-Ansari : La première étape consiste à semer la haine, en disant que l’autre n’est pas digne de vivre, que l’autre est un infidèle, que l’autre est un ennemi qui veut m’attaquer, que l’autre est un laïc, qu’il essaie de changer notre identité, d’envahir [notre monde] et d’occidentaliser nos femmes, que l’autre veut tendre des pièges à l’islam. Ils nous dépeignent toujours comme des cibles, comme si nous avions des ennemis qui nous guettent. Ce discours sur une nation constamment sous attaque est le point d’ancrage de la haine. C’est ainsi que vous instillez la haine dans l’âme d’un enfant, qui deviendra plus tard un extrémiste.

[...]

La première étape dans le traitement de toute maladie est d’identifier le mal.

Journaliste : Exact.

Abd Al-Hamid Al-Ansari : Nous devons abandonner la culture du déni et arrêter de dire : « Ce n’est pas quelque chose qu’un musulman ferait. » Un musulman le ferait, et même plus. Pourquoi dire qu’il ne le ferait pas ? « C’est le fait des juifs. » « C’est le fait du Mossad ou de la CIA ». Chers amis, ce sont nos propres enfants qui font cela. Ils se sont retournés contre nous. Nous n’avons pas su comment les élever et les éduquer correctement, et ils se sont retournés contre nous. La première étape consiste à reconnaître que quelque chose ne va pas dans notre ordre culturel.

La deuxième étape consiste à réexaminer ce qui ne va pas. Nous devons l’analyser. Nous devons pointer du doigt ce qui instille la haine, l’extrémisme et le takfir, puis le retirer des programmes scolaires, des mosquées et des médias. Nous devrions nous ouvrir à d’autres cultures. Pourquoi ne pourrions-nous pas être comme les autres nations ? Comment se fait-il qu’ils éduquent correctement leurs enfants, découvrent et inventent de nouvelles choses ? Comment se fait-il que seuls nos enfants se tournent vers la destruction au lieu de la construction ?

La notion de djihad doit être réexaminée. Qu’est-ce que le djihad d’un étudiant ? Mon djihad ? Votre djihad ? Donc, il ne doit pas être nécessairement militaire… Le djihad militaire est aujourd’hui limité aux membres de l’armée. Aujourd’hui, nous avons un Etat, une constitution et une citoyenneté. Pourquoi payons-nous des salaires aux soldats ? Je ne dois pas mener de djihad [militaire]. Mon djihad réside dans l’éducation. Le djihad du juriste réside dans la dawa. Votre djihad réside dans les médias. Le djihad des étudiants consiste à acquérir des connaissances pour servir de leur pays. Le djihad ne se limite pas à l’activité militaire. C’est une croyance erronée… En effet, vous ne pouvez pas enseigner le djihad comme il était enseigné à l’avènement de l’islam. Nous n’avions pas tout cela à l’époque. Il y avait des ennemis, et il fallait un appel général aux armes pour créer l’Etat islamique et le défendre. Maintenant c’est fini. Il y a plus d’un milliard de musulmans, et plus de cinquante pays musulmans. Ils ont des armées, avec des armes. Laissez-leur s’occuper de la défense. Le djihad militaire est leur devoir.

[...]

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV

http://www.memri.fr/2016/06/22/le-professeur-qatari-abd-al-hamid-al-ansari-analyse-les-racines-ideologiques-du-terrorisme-quelque-chose-ne-va-pas-dans-notre-ordre-culturel/

Voir les commentaires

Published by DAVID - - TERRORISME, MONDE ARABO MUSULMAN, ISLAM

C'est vrai, Herzog est un traitre :"Israël": Herzog a passé un accord secret pour diviser Jérusalem avec un retour aux lignes de 1967

Le chef de l'opposition Yitzhak Herzog a convenu de concessions de grande envergure à la veille de l'élection 2015, a révélé dimanche la chaine israélienne Aroutz 10, cité par i24.

Herzog, qui, avant l'élection a été considéré comme un candidat pour le Premier ministre, a signé une lettre secrète d'approbation avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qui accepte un certain nombre de requêtes de longue date.

Parmi les sujets traités dans la lettre, figurent la division de la ville sainte de Jérusalem, la disposition future de la Cisjordanie, et le "droit de retour" pour les Palestiniens qui ont été chassés de leur pays en 1948.

Selon l'accord, Herzog a reconnu toute la Cisjordanie, et a accepté la partition de Jérusalem, et l'abandon de portions de la capitale à un nouvel Etat palestinien.

En outre, Herzog a décidé d'accepter des "réfugiés" palestiniens en « Israël » dans le cadre d'un "droit de retour".

Quelques détails techniques ont été inclus dans le document, y compris un arrangement unique pour Jérusalem, qui deviendrait la capitale partagée des deux états et sous souveraineté partagée, mais serait gérée par une seule municipalité.

La Vieille ville serait également divisée comme le mentionne la lettre entre Herzog-Abbas, le Mur occidental gardé sous contrôle de l’occupation israélienne, tandis que la mosquée d’AlAqsa serait placée sous contrôle international.

Abbas a en outre accepté une présence israélienne "symbolique" dans la région de la vallée du Jourdain.

L'accord a également traité des opérations anti-occupation après l'établissement d'un Etat palestinien. Selon le document, une sécurité commune rassemblant les forces d’occupation israéliennes, palestiniennes et jordaniennes seraient chargées de la lutte contre ces opérations.

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2016/06/si-c-est-vrai-herzog-est-un-traitre-israel-herzog-a-passe-un-accord-secret-pour-diviser-alquds-occupee-avec-precaution.html

Voir les commentaires

Published by DAVID - - ISRAEL

Déclaration intégrale de Larossi Abballa, suite à l’assassinat de deux officiers de police dans les Yvelines, commis au nom de l’Etat islamique

Le 15 juin 2016, l’Etat islamique a diffusé une vidéo de Larossi Abballa, citoyen français de 25 ans qui avait, le jour précédent, poignardé un officier de police en civil et sa compagne, également officier de police, dans sa résidence de Magnanville. [1] Dans la vidéo en français, Abballa fait vœu d’allégeance à l’Etat islamique et à son chef Abou Bakr Al-Baghdadi, et déclare avoir agi pour répondre à l’appel du porte-parole Abou Muhammad Al-Adnani à soutenir l’Etat islamique en Occident et à attaquer des non-musulmans dans leurs pays. [2] Dans cette vidéo de onze minutes, Larossi, texte à l’appui, appelle à attaquer les policiers et surveillants pénitenciers, les députés et maires, les rappeurs et les journalistes, fournissant une liste de personnes à abattre. Il promet aussi que l’Euro 2016 sera « un cimetière ». Ci-dessous la transcription intégrale de la déclaration de Larossi Abballa :

Les abonnés au JTTM peuvent écrire à contact@memri.fr pour obtenir la vidéo.

Larossi Abballa : Premièrement, je prête mon allégeance à l’Emir des croyants Abou Bakr Al-Baghdadi Al-Qureshi.

Mes premières paroles s’adressent à la communauté musulmane, à la oumma islamiya [nation musulmane]. Ô ma oumma, que t’est-il arrivé ? Comment en es-tu arrivée là ? Quel châtiment s’est abattu sur toi ? Tu gouvernais le monde et tu te retrouves gouvernée. Tu appliquais les lois d’Allah sur terre, et dorénavant on applique les lois du taghut [3] à ton égard. Pourquoi ? Tu t’es écartée de la voie d’Allah et de son Prophète, donc le châtiment d’Allah s’est abattu sur ta nuque. Le Prophète, salut et prière sur lui, a dit qu’une nation n’abandonne pas le djihad dans le sentier d’Allah sans être humiliée, [hadith] rapporté par Abou Daoud [4]. Il dit aussi : cette religion continuera d’exister et un groupe de ma communauté continuera de combattre pour sa protection jusqu’à l’arrivé de l’heure, [hadith] rapporté par Al-Bukhari et Muslim [5]. Ce récit mentionne le combat armé, al-qital, comme caractéristique de ce groupe. Allah a dit : « Si vous ne vous élancez pas au combat, Il vous châtiera d’un châtiment douloureux et il vous remplacera par un autre peuple » (Coran 9:39). Voilà les raisons de votre chute. Pourquoi détestez-vous la mort alors qu’elle est une délivrance pour le croyant ?

Les Romains ont le dessus sur nous. Y a-t-il pire que cela, ô nation de Muhammad ? Une question s’impose à vous, ô musulmans : à notre époque, quelle est la meilleure voie à suivre ? Celle d’apprendre la science sans la mettre en pratique, ou celle d’élever la parole en prenant les armes ? Regardez la situation de la nation islamique, et pose-toi la question ci-dessus, et tu sauras quelle voie emprunter. Nous sommes arrivés à une époque ou les tueurs de prophètes, qu’Allah les maudisse, nous souhaitent bon Ramadan. Quelle humiliation.

« Attaquez les surveillants pénitenciers »

Un message à mes frères emprisonnés en France et ailleurs : soyez fermes, patients et persévérants, sachez qu’Allah vous a mis à l’abri de beaucoup de maux. Il vous a mis à l’écart pour vous garder auprès de Lui. Donc patience. Soyez fermes dans votre culte. Vous aussi, mes chers frères, attaquez les surveillants pénitenciers. Leur sang n’est-il pas licite ? Ô que si ! Et même s’ils s’appellent Muhammad ou Aïcha, tuez-les. Ils sont les bras exécutifs du taghut.

Maintenant je m’adresse aux musulmans de France, ceux qu’Allah a privilégiés en leur accordant la bonne compréhension des textes, et le souci du musulman. Attaquez ces mécréants par vos moyens. Faites trembler la France et leurs âmes, soyez la cause pour qu’Allah redonne suprématie à sa religion. Devenez des Saladin [6], des Tariq Ibn Ziyad [7], devenez Al-Mu’tasim ; ils ont tout donné et sacrifié pour Allah. Ô vous qui avez tout à gagner, élancez-vous et répondez à l’appel de votre émir, Muhammad Al-Adnani [porte-parole de l'EI]. Imagine-toi, ô musulman : il te suffit de t’élancer, de mourir, et te voilà au Paradis. Avec ton Prophète, avec Abu Bakr, avec Othman, avec Ali [8], avec Al-Muthanna [9], avec le chef des martyrs Hamza [10], avec Al-Halil, l’ami intime d’Allah Ibrahim, que le salut et la paix soit sur lui, avec Moise. Gloire à Allah, quelle immense faveur : il n’y a à ce moment-là plus de soucis, plus d’épreuves, seulement une jouissance qui n’aura pas de fin. Donc élancez-vous. Sachez que vous êtes une minorité sur la bonne voie, oui, vous êtes une minorité sur la bonne voie.

Les mourjis [11] ne manquent pas, les soufis [courant mystique de l'islam] ne manquent pas, gloire à Allah, vous êtes l’écume de la mer. Allah a dit, si tu suivais la majorité des gens qui sont sur la terre, ils t’égareront du sentier d’Allah. A travers ce verset, Allah nous dit qu’il n’y aura qu’une minorité qui sera sur le bon chemin, remerciez-Le, prosternez-vous devant Sa grandeur, oui, Allah vous a choisis, vous, aux dépens de milliards et de milliards de personnes.

Les pseudo-salafis sont plus nombreux que nous ; ils pensent suivre les salafs [Compagnons du Prophète] mais les salafs se désavoueraient d’eux, ignorants qu’ils sont. Ils sont à l’image des juifs : ils emmagasinent la science mais ne la mettent pas en pratique.

Donc élancez-vous et ne pensez pas à vos proches, ni à vos femmes ni à votre argent, ne pensez ni à vos proches ni à vos enfants ni à vos femmes. Gloire à Allah, même si Allah nous accorde mille ans, cent mille ans sur terre, c’est insignifiant face à l’Au-delà, l’Au-delà est infini. Ou t’as le Paradis, ou t’as l’Enfer pour l’éternité.

Allah a dit, sourate 9 verset 24 : « Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, vos clans, les biens que vous gagnez, le négoce dont vous craignez le déclin et les demeures qui vous sont agréables, vous sont plus chers qu’Allah, Son Messager, et la lutte dans le sentier d’Allah, alors attendez qu’Allah fasse venir son ordre. Et Allah ne guide pas les gens pervers. » Gloire à Allah. Dans ce verset, Allah a cité tout ce qui pouvait être un frein ; on n’a aucune excuse. Actuellement, Allah distingue et dévoile les gens. Donc profitez-en pour savoir qui est votre allié, et surtout qui est votre ennemi. Allah a dit : « Combattez les têtes de la mécréance » (Coran 9:12).

Appel à attaquer policiers, journalistes, rappeurs, députés et maires : liste de noms

Je vous appelle à privilégier les policiers. Louange à Allah, je viens de tuer un policier, et je viens de tuer sa femme. Je vous appelle à privilégier les policiers, les surveillants pénitenciers, les journalistes, en particulier, oui, oui oui oui, écoutez-moi et mettez bien ça en œuvre : attaquez les journalistes. En particulier Gilles Kepel, Léa Salamé, Bernard de la Villardière – oui, ce taghut, cet ennemi d’Allah, tuez-le, suivez le jusqu’à chez lui, tuez-le. Ruth Elkrief, Audrey Pulvar, et l’apostat hypocrite Mohamed Sifaoui. Je ne vais pas tous les citer, Allah ne m’a pas inspiré tous leurs noms. Par Allah, tuez-les. Tuez-les, tuez-les, tuez-les, gloire à Allah. Ils ont vendu la religion, ils ont trahi Allah et son Prophète, donc tuez-les, ainsi que les députés ou maires de vos villes. C’est super simple : il suffit de les attendre devant leurs locaux, ne leur donnez pas de répit. Sachez, ô policiers, ô journalistes, que vous n’allez plus goûter au repos. On vous attendra devant vos demeures : telle est votre rétribution.

Je vous appelle à cibler aussi les rappeurs, car ils sont les allies de Satan. [Le rappeur] Kaaris, qu’Allah le maudisse, s’est moqué de son Seigneur. Mettez-lui une balle entre les deux yeux. De même que Booba, tuez-les lors d’un de ces concerts. Ils égarent les gens, ils méritent d’être envoyés en Enfer. Ô vous rappeurs, repentez-vous d’un repentir sincère, car on viendra vous chercher comme je suis venu chercher ce policier chez lui.

« On vous réserve d’autres surprises pour l’Euro, je ne vous en dis pas plus. L’Euro sera un cimetière »

Je m’adresse également aux autorités mécréantes françaises. Voici l’aboutissement de votre travail. Vous nous avez fermé les portes de la hijra [immigration en terre d'islam, c.-à-d. ici de l'EI], vous nous avez fermé les portes vers les terres du califat [12], et bien nous ouvrons les portes du djihad sur votre territoire. Pensiez-vous que nous allions rester là attentifs [sic] ? Et bien mettez-vous le doigt dans l’œil. On vous réserve d’autres surprises pour l’Euro, je ne vous en dis pas plus. L’Euro sera un cimetière. Nous aussi Hollande – oui, je n’ai pas oublié ta phrase – nous aussi, Hollande, nous serons impitoyables. Et j’ai été impitoyable avec ce policier et sa femme.

Et j’aimerais finir par ces paroles : le croyant est le miroir du croyant. Et le croyant est le frère du croyant ; il le met à l’abri des malheurs ; il le protège derrière son dos. Ô vous pseudo-salafis, vous faites tout le contraire. Vous nous exposez au malheur, en nous livrant aux mécréants, pensant que c’est un acte d’adoration, alors que c’est un acte clair d’apostasie. Ô vous imams égareurs, oui, vous les imams égareurs, Rachid Abou Houdeyfa [13] et sa clique.

Le djihad de nos jours est fard’ayn, c’est-à-dire une obligation individuelle ; les terres musulmanes sont occupées. Le fait de récupérer une terre envahie par l’ennemi est cela [obligatoire]. Les terres musulmanes sont occupées et il est obligatoire pour chaque musulman de récupérer ces terres. Et sans imam. Oui, longtemps, gloire à Allah, vous nous avez cachés, vous avez essayé de nous retenir avec ce faux argument, c’est-à-dire [l'argument de la nécessité de] l’imam. Le cheikh Abdul Rahman Ibn Hassan [14] a répondu à un opposant au djihad en lui disant : « D’après quel livre ou preuve le djihad n’est une obligation qu’avec le suivi d’un imam ? Ceci est une innovation dans la religion, et un écartement du chemin des croyants ». Puis il rajouta : « Il y a de nombreuses preuves du Coran, de la Sunna et la Sira [biographie du prophète Mahomet] qui contredisent ce que tu as écrit, c’est-à-dire le fait qu’il faut un imam [pour rendre le djihad obligatoire]. Quant aux avis des savants, et aux preuves et aux textes, ils ne peuvent échapper même à un imbécile. Adbul Rahman Ibn Hassan, celui qui a énoncé ces paroles, était le petit fils et élève du cheikh Mohammad Ibn Abdul Wahhab [fondateur du wahhâbisme].

« Ô vous Français, sachez que notre religion s’établira en dépit de la version de certains d’entre vous »

Ibn Hazm [15] a dit : « On combat avec l’imam, de même, une personne peut attaquer les mécréants, tout seul [sans ordre de l'imam] s’il en est capable ». Source : Al-Muhalla, 5:929. Le cheikh Ibn Qudamah a dit, non, le Prophète, que le salut et la paix soit sur lui, a dit : Cette religion continuera d’exister, et un groupe de ma communauté continuera de combattre pour sa protection jusqu’à l’arrivée de l’heure. Ne vous suffit-il pas de savoir que 66 se sont réunis pour combattre l’Etat [islamique] ? Vous vous imaginez ? 66 pays n’arrivent pas à mettre fin aux agissements de 55 000 hommes. Gloire à Allah. Vos cœurs sont inattentifs à ce point ? Que vous faut-il de plus ? Pourquoi vous ne leur accordez pas le bon soupçon ? Et pourquoi vous ne faites pas vos recherches pour voir s’ils sont vraiment dans le faux, comme certains le prétendent ? Allah a dit : « Combien de fois une troupe peu nombreuse a, par la grâce d’Allah, vaincu une troupe très nombreuse, et Allah est avec les endurants ». Ô vous Français, sachez que notre religion s’établira en dépit de la version de certains d’entre vous.

Je vais finir par m’adresser à ma famille, qu’Allah vous préserve et vous rapproche de Lui. Je vais faire arrêter vos cœurs, mais sachez que c’est pour une noble mission. Vous n’avez jamais voulu comprendre mon cheminement, me prenant parfois pour un fou, mais tel est le chemin des prophètes. Eduquez vos enfants dans l’obéissance d’Allah, et vous comme vos enfants, apprenez le tawhid [l'unicité d'Allah]. La fin est proche.

Voilà, ô nation de Muhammad, actuellement la police est autour de moi. Je leur réserve des surprises. Invoquez Allah en ma faveur. Et puis, Si telle est la volonté d’Allah, Allah vers qui l’on se tourne pour de l’aide, ceux qui sont en contact avec des frères de l’Etat [islamique], tout en étant en sécurité, dites-leur, gloire à Allah : on a répondu favorablement au cheikh Al-Adnani. Donc voilà mes frères, invoquez en ma faveur, invoquez pour qu’Allah me donne le martyre, invoquez Allah pour qu’Allah me raffermisse, invoquez pour moi, invoquez pour moi, invoquez pour moi.

[1] Voir le rapport du MEMRI JTTM sur le sujet : ISIS Claims Responsibility For The Murder Of Two Police Officers In Paris Suburb, 14 juin 2016.

[2] Voir le rapport du MEMRI JTTM sur le sujet : ISIS Spokesman Al-’Adnani Urges ‘Caliphate Soldiers,’ ISIS Supporters To Target Civilians In Europe, U.S. During Ramadan, 21 mai 2016.

[3] Taghut : une fausse déité ou une idole. Les salafistes djihadistes emploient ce terme pour désigner leurs ennemis, notamment les dirigeants qui ne suivent pas les lois de la charia.

[4] Abu Daoud (mort en 889) a compilé l’un des six plus importants compendiums de hadiths (traditions islamiques).

[5] Muhammad Al-Bukhari (mort en 870) et Muslim bin Al-Hajjaj (mort en 875), ont compilé les compendiums de hadiths considérés comme les plus importants et les plus fiables dans l’islam sunnite.

[6] Saladin (mort en 1193) : sultan musulman qui a vaincu les croisés.

[7] Tariq bin Ziad : le commandant qui a mené la conquête de la Péninsule ibérique au VIIIème siècle.

[8] Abu Bakr, Othman and Ali : trois des quatre premiers califes.

[9] Al-Muthanna : commandant des opérations militaires contre les Perses aux premiers temps de l’islam.

[10] Hamza bin ‘Abd Al-Muttalib : Compagnon du prophète Mahomet qui a perdu la vie dans la Bataille d’Uhud.

[11] Les murjites étaient les membres d’une école de pensée islamique des premiers temps de l’islam, qui refusait de désigner comme apostats d’autres musulmans. Les djihadistes salafistes utilisent aujourd’hui ce terme avec une connotation péjorative, pour désigner les salafistes qu’ils considèrent comme modérés.

[12] Allusion au discours d’Al-Adnani.

[13] Rachid Abou Hudeyfah : imam salafiste de la ville de Brest.

[14] Abd Al-Rahman Ibn Hassan Aal Al-Sheikh (mort en 1869) : petit fils et disciple du fondateur de l’école wahhabite, Muhammad Ibn Abdel Wahhab, grand savant wahhabite.

[15] Abu Muhammad Ibn Hazm (mort en 1064) : savant andalous, expert en théologie et de la loi islamique.

http://www.memri.fr/2016/06/15/declaration-integrale-de-larossi-abballa-auteur-de-lassassinat-de-deux-officiers-de-police-dans-les-yvelines-au-nom-de-letat-islamique/

Voir les commentaires

Published by DAVID - - TERRORISME, ISLAM, islamisme, FRANCE, daesh

Le pays homophobes dans le monde: prédominance des pays musulmans.

Le pays homophobes dans le monde: prédominance des pays musulmans.

Tuerie d'Orlando: ce n'est (encore et toujours) pas ça, l'islam?

Précipitation générale de tous les bien-pensants occidentaux pour nous seriner une fois de plus que l'islam n'est pas homophobe. Tout comme il n'est pas misogyne, antisémite, raciste, violent, sanguinaire? Encore une fois, tout contredit ces bons dhimmis, comme d'habitude. En premier, les législations adoptées par les pays musulmans et qui se sont toutes plus ou moins inspirées de la charia.

La charia sanctionne sévèrement les actes homosexuels avec pour sanction maximale la peine de mort. C'est ainsi que la plupart des pays musulmans membres de l'OCI ont criminalisé l'homosexualité dans leurs législation. Ceux qui ne l'ont pas fait de manière formelle discriminent cependant les homosexuels dans les faits et les persécutent sous divers prétextes ou subterfuges. La législation anti-homosexuels s'avère être plus dure dans les pays où l'application de la charia (la loi islamique issue de l'application du coran), est le plus fidèlement suivie.

Hadith rapporté par abou Daoud dans ses "sounan", n° 4462 et authentifié par Cheikh Albani:

D'après Ibn Abbas, le prophète a dit: «Celui que vous trouvez qui pratique l'acte du peuple de Lot, alors tuez celui qui pratique l'acte et celui sur qui il est pratiqué»

Hadith repris par ibn Maja dans son "sahih":

Si vous trouvez des gens qui agissent à la manière du peuple de Lot, tuez l’actif et le passif.

***********************************

Petit tour d'horizon des législations homophobes dans les pays à majorité musulmane.

Afrique

- Algérie: amende, 2 ans de prison ou exécutions d'autodéfense (crimes d'honneur).

- Comores: 5 ans de prison.

- Égypte: amende, 17 ans de prison ou exécutions d'autodéfense (crimes d'honneur).

- Libye: amende, 3 à 5 ans de prison. "Toute personne qui commet des actes obscènes avec d’autres personnes sera punie d’une peine d’emprisonnement d’un maximum de 5 ans".

- Maroc: 3 ans de prison. "L’homosexualité est punie par 6 mois à 3 ans d’emprisonnement et d’une amende allant de 120 à 1000 dirhams".

- Mauritanie: peine de mort. La charia s'applique en Mauritanie. "Tout adulte musulman pris en flagrant délit d'acte contre nature avec un membre du même sexe est puni de mort par lapidation publique.
Dans le cas de deux femmes, elles risquent entre trois mois et deux ans de prison et une amende".

- Nigeria: 14 ans de prison, peine de mort dans les 12 États du Nord ayant adopté la charia.

- Sénégal: de 1 an à 5 ans de prison.

- Soudan: peine de mort (à la troisième "infraction" pour les hommes et à la quatrième pour les femmes). "Tout homme qui insère son pénis ou son équivalent dans l’anus d’une femme ou d’un homme ou permis un autre homme d’insérer son pénis ou son équivalent dans son anus est dit d’avoir commis la sodomie. Quiconque commet la sodomie sera puni de cent coups de fouet et il sera également passible d’un emprisonnement de cinq ans. Si le délinquant est condamné pour la seconde fois il sera puni par cent coups de fouet et une peine d’emprisonnement qui ne peut excéder cinq ans. Si le délinquant est condamné pour la troisième fois il sera puni de mort ou d’emprisonnement à vie".


- Tunisie: amende, 3 ans de prison.


Asie


- Afghanistan: peine de mort. "Un long emprisonnement est prévu pour une personne qui commet l’adultère ou la pédérastie, cette dernière pouvant être interprétée comme comprenant la sodomie, en tenant compte du fait que ces peines sont encore valables si les personnes concernées sont des adultes. La peine maximale augmente si la victime a moins de 18 ans, si l'accusé est en position d'autorité sur la victime, si l'accusé a répété ce crime à de multiples reprises ou si le crime transmet une maladie".

- Arabie saoudite: peine de mort. Les tribunaux appliquent la charia selon laquelle la sodomie est un crime. Pour un homme marié, la charia prévoit la mort par lapidation. La même peine est prévue pour le non-musulman coupable de sodomie avec un musulman. Pour un célibataire, la flagellation publique ainsi qu’un exil d’un an sont prévus.

Un homosexuel saoudien avait été condamné à recevoir 450 coups de fouet en place publique, assortis de trois ans d’emprisonnement, juste pour avoir partagé des messages sur twitter.

- Bahreïn: système juridique également sous influence de la charia. La peine maximale est de 10 ans de prison si la victime est âgée de 16 ans ou plus.

- Bangladesh: peine de 10 ans de prison ou prison à vie.

- Brunei: amende, 10 ans de prison, peine de mort par lapidation.

- Émirats arabes unis: peine de mort. Code pénal fédéral: "la peine capitale pour toute personne qui oblige par la force une femme à la copulation charnelle ou un homme à la sodomie".

- Indonésie: les provinces musulmanes d'Aceh et de Sumatra punissent les relations homosexuelles de 100 coups de fouet et jusqu'à 100 mois d'emprisonnement.

- Iran: peine de mort. Les relations homosexuelles même entre deux adultes consentants et en privé sont considérées comme un crime.

- Koweït: 7 à 10 ans de prison. Les rapports sexuels entre hommes de moins de 21 ans sont punies de 10 ans d’emprisonnement. Les rapports sexuels entre hommes de plus de 21 ans sont punies de 7 ans d’emprisonnement.

- Malaisie: amendes, coups de fouet et peines jusqu'à 20 ans de prison.


- Oman: amende, 3 ans de prison. "Toute personne qui commet des actes sexuels avec une personne du même sexe sera poursuivie, même si aucune plainte n’est déposée, pour commission d’acte d’homosexualité masculine ou féminine. Si cet acte occasionne un trouble public, la personne sera punie d’une peine d’emprisonnement de 6 mois à 3 ans".

- Gaza: 10 ans de prison.

- Pakistan: 2 ans de prison à prison à vie. "Quiconque entretient volontairement des relations charnelles contre nature avec un homme, une femme ou un animal, doit être puni d’un emprisonnement à vie ou par un emprisonnement qui ne devra pas être inférieur à 2 ans ni supérieur à 10 ans, et sera aussi passible d’une amende".

- Qatar: peine minimale de 7 ans de prison ou peine de mort. La charia est en vigueur au Qatar mais ne s’applique qu’aux musulmans. Le délit de “zina” (rapports sexuels illégitimes, y compris actes homosexuels) punit de mort tout acte sexuel fait en dehors du mariage par une personne mariée.

- Yémen: 100 coups de fouet, entre 1 et 7 ans de prison, peine de mort. "L’homosexualité entre hommes est définie comme la pénétration dans l’anus. Les hommes non mariés doivent être punis avec 100 coups de fouet ou d’une peine comprise entre 1 et 7 ans d’emprisonnement, les hommes mariés à la peine de mort par lapidation".

http://apostat-kabyle.blogspot.fr/2016/06/tuerie-dorlando-ce-nest-pas-ca-lislam.html

Voir les commentaires

Published by DAVID - - TERRORISME, ISLAM, islamisme, amerique

La Turquie convertit la Sainte-Sophie, un musée depuis 1935, en mosquée

La basilique Sainte-Sophie à Istanbul, un bijou d'architecture byzantine, est devenue une mosquée en ces premiers jours de Ramadan. Le Coran y est lu chaque jour. Cette décision vient cinq jours après que l’Allemagne a reconnu le génocide arménien.

Depuis le 6 juin et jusqu’au 5 juillet, le Coran est lu chaque jour dans la basilique Sainte-Sophie à Istanbul. La chaîne de télévision religieuse d’Etat diffuse cette cérémonie en direct. Selon les représentants du gouvernement turc, cette mesure est une réponse à la reconnaissance du génocide arménien par l’Allemagne.

Encore le 2 juin, un député du parti turc au pouvoir, le Parti de la justice et du développement, Chamil Tayyar, a écrit sur Twitter : «Les Etats-Unis aident le Parti travailliste kurde et l’Allemagne se raccroche aux mensonges sur le génocide, il n’y a plus d’amitié. En retour, Sainte-Sophie doit être ouverte aux prières».

Lire aussi

Génocide arménien : Erdogan menace de ne plus collaborer avec l'Europe sur la crise des migrants

Cette mesure a provoqué une avalanche de critiques de la part de la Grèce. «La décision de lire le Coran dans Sainte-Sophie la transforme de nouveau en mosquée», estime le grand parti grec «Nouvelle démocratie», qui qualifie cette mesure de «provocation montrant un manque de respect envers les chrétiens orthodoxes».

Le ministère grec des Affaires étrangères a pour sa part condamné cette décision et a fait remarquer que «les rites musulmans acharnés limitants au fanatisme dans un monument du patrimoine culturel mondial sont une démonstration d’un manque de respect et de connexion avec la réalité».

Le 2 juin, le Bundestag avait adopté la résolution intitulée «Souvenir et commémoration du génocide des Arméniens et d'autres minorités chrétiennes il y a 101 ans» à la quasi-unanimité des députés présents, ce qu’a mis en rage les autorités turques. Le président turc Recep Tayyip Erdogan personnellement s’est prononcé sévèrement contre les députés qui ont voté pour la reconnaissance.

https://francais.rt.com/international/21769-erdogan-venge-reconnaissance-genocide-armenien

Voir les commentaires

Published by DAVID - - TURQUIE, erdogan, ramadan, mosquee

Jean-Marc Ayrault parle à la presse après la conférence sur le conflit israélo-palestinien, à Paris, le 3 juin. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Jean-Marc Ayrault parle à la presse après la conférence sur le conflit israélo-palestinien, à Paris, le 3 juin. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Netanyahu se voit contraint de déclarer répétitivement qu’il est pour la solution à deux états. Sachez bien qu’il ne ment pas. Netanyahu reconnait la nécessité de la création d’un état palestinien où il pourra caser les arabo-palestiniens vivant au sein d’Israël et opérer des échanges de territoires. Ces arabo-palestiniens - civils israéliens- demeurent absolument dévoués à la création d’un état palestinien qui à la longue et par le truchement de la démographie, de la terreur et de l’érosion, viendrait à bout du petit état juif. Il sait aussi que la tactique de la création d’un état palestinien limitrophe à Israël mettrait l’existence des juifs en danger dans leur pays… Mais alors, pourquoi déclare-t-il si souvent qu’il est pour un état palestinien ?

Tout d’abord, il veut écarter ceux qui se déclarent alliés et amis d’Israël, comme Obama et son administration, l’Union Européenne antisémite et tant d’autres qui s’accrochent à cette barque coulante qui s’appelle Palestine. Il attend patiemment le départ d’Obama de la Maison Blanche, les élections en France, un éclaircissement de la situation en Syrie, le départ du Dahesh de la région et la direction des vents en Europe qui lutte contre le terrorisme de maison et une invasion ininterrompue islamique.

Il faut observer scrupuleusement lequel des principaux antagonistes -chiites et sunnites- sortirait vainqueur de leur conflit de longue date. Le Moyen-Orient est en pleine évolution et révolution… et un changement géographique peut tout balancer et tout remettre en question. La situation ressemble à un baril de poudre qui n’attend qu’un écervelé vienne allumer la mèche. Se ruer vers la création d’un état palestinien là où l’Occident l’exige serait un véritable suicide.

L’Égypte est aux abois et l’Arabie saoudite à la recherche d’un allié de taille qui se mesurerait à un Iran bientôt nucléaire. La Palestine est réellement le dernier de leurs soucis. Netanyahu le sait, les occidentaux aussi. Mais ces derniers ont besoin de détourner l’attention de leurs problèmes et les virer vers le Moyen-Orient. Leur tentative pathétique d’un sommet pour résoudre le conflit palestinien a tous les ingrédients d’une diversion qui n'amasse pas beaucoup d’acheteurs.

L’Europe est en pleine voie d’islamisation, et cela aussi est un fait que nul ne peut ignorer d’avantage.

La tactique de Netanyahu est intelligente, mais risquée aussi, vu les forces maléfiques qui se déversent dans sa région, dont l’Iran et son proxy, le Hezbollah.

La solution à deux états – comme suggérée auparavant a très peu de chance de voir le jour. Un état palestinien pourrait à la rigueur être crée quelque part dans le Sinaï, calé entre deux frontières : Celle d’Israël et l’autre de l’Égypte. Nulle autre solution ne peut être envisagée sans représenter un véritable danger pour l’état juif.

Il faut donner du temps au temps et analyser avec froideur les démarches nécessaires à prendre en concordance avec la direction des enjeux. Une chose est certaine, tous les joueurs sur cet échiquier sont parfaitement conscients de leur rôle et n’ont nulle intention de reculer.

Copyright © 2016 Thérèse Zrihen-Dvir.

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2016/06/israel-et-la-solution-a-deux-etats-par-therese-zrihen-dvir.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics

Voir les commentaires

Published by DAVID - - ISRAEL, FRANCE

Swedicide, le suicide de la Suède

Swedicide, le suicide de la Suède

Lettre désespérée des écoliers suédois à leur directrice: "Nous avons peur".

Article paru dans le magazine en ligne Fri Tider le 12 mars 2016 (traduction Google).

Lettre désespérée des écoliers suédois à leur directrice, après avoir été battus à l'école par des enfants musulmans. Une agressivité "normale" pour ces derniers, élevés au biberon de la violence: l'islam n'enseigne pas les rapports basés sur l'égalité et le dialogue, mais sur la force brute et la hiérarchisation des humains: le fort domine le faible et le fort doit être le musulman, car Allah l'a voulu ainsi:

"Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d'entre eux sont des pervers" (coran, 3:110).

De plus en plus de parents n'envoient plus leurs enfants à l'école centrale de Kristianstad [1] et les gardent à la maison, après que des enfants avaient été maltraités dans cette école par les élèves immigrants nouvellement arrivés.

Des enfants qui sont battus à coups de pied, qui sont étranglés et qui subissent d'autres traitements dégradants, c'est maintenant devenu la vie quotidienne à l'école centrale de Kristianstad. L'école a reçu un grand nombre de nouveaux élèves lors du récent chaos de demandeurs d'asile, et a ouvert deux classes préparatoires pour les immigrants nouvellement arrivés.

Et ce sont les enfants immigrants nouvellement arrivés qui créent les problèmes.

- Mes enfants sont restés à la maison depuis mercredi, ils ne se sentent pas en sécurité et je n'ai pas voulu les forcer", dit Malin [prénom assez répandu en Suède], qui est la mère inquiète de deux garçons qui vont à cette école.

La directrice et les enseignants ont exhorté les enfants suédois de "s'éloigner" en cas de combat ou de conflits avec les enfants immigrants, une recette qui ne fonctionne pas.

- "Quand ils changent d'endroit, ils sont encore persécutés par ces gangs qui les insultent et qui utilisent un langage très violent envers les enfants de deuxième et troisième année", dit Malin, qui ajoute:

- "Lorsqu'un des garçons avait dit qu'il ne voulait pas jouer au football parce que les immigrés trichent, deux d'entre eux l'ont agressé. Le garçon étant complètement couvert de sang avant que des adultes n'aient pu intervenir".

Pas seul

Malin n'est pas la seule des parents à laisser ses enfants à la maison parce que leurs enfants ne se sentent pas en sécurité à l' école. Madeleine est une autre mère qui a aussi deux garçons en première et deuxième année à l'école. Ils restent à la maison parce qu'eux aussi ont peur d'aller à l' école.

- "Comme leur meilleur ami avait été étranglé jeudi, mes enfants sont restés à la maison le vendredi. Ils avaient la peur au ventre, et mon plus jeune garçon, qui a sept ans et qui est en première année, est tombé. Ses genoux sont meurtris" dit-elle.

La directrice: "Essayez de comprendre"

Les attentes de Malin et de Madeleine sont simples, elles ne veulent pas de chasse aux sorcières à l'école, la seule chose qu'elles veulent est que tout se passe bien de nouveau. De plus, elles sont loin d'être les seules à se sentir concernées par ces problèmes. Vendredi, les parents de sept familles ont rencontré la directrice, Annika Persson, pour parler de ces problèmes de violence chez les enfants d'immigrants.

Dans un premier temps, la directrice avait refusé de parler, même aux parents des élèves concernés, mais quelques temps après, elle a cédé et organisé une réunion. Madeleine avait apporté une lettre que ses deux fils ont écrit à l'intention de la directrice.

- "Lors de la réunion, la directrice nous a dit que l'on doit avoir une compréhension pour ces enfants brutaux car ils ont fui la guerre, ils sont peut-être nés dans des camps de réfugiés et peuvent ont-ils des antécédents traumatiques", dit Madeleine. Elle poursuit:

- "J'ai alors demandé à la directrice de me dire comment expliquer cela à mes enfants: qu'il est normal d'être étranglés ou battus, ou que d'autres enfants leur disent «rentre chez toi, enc... de ton père» et de se sentir désolé pour eux, car ils viennent de la guerre? Je ne sais pas comment expliquer cela à mes enfants".

Suédois minoritaires

À la réunion d'hier, à laquelle un conseiller avait assisté, les parents ont été informés que 90 à 95% pour cent des élèves de l'école étaient maintenant des enfants d'origine étrangère.

- "Nos enfants sont devenus minoritaires, a dit la directrice, voila pourquoi on se retrouve avec un tel désordre", dit Malin.

- "Elle ne veut pas admettre que ce sont les enfants étrangers qui sont le problème, mais qu'il y a un manque de communication entre les enfants et qu'il existe des différences culturelles et des difficultés linguistiques, on ne peut pas se comprendre les uns les autres, et ensuite ils utilisent les poings pour se faire entendre" [2].

Enfreindre la loi

Madeleine ne sait pas ce qu'elle devrait faire lundi, si ses enfants vont continuer à rester à la maison ou aller à l'école malgré la menace de davantage de violence.

- "J'ai peur. Je ne peux pas rester à la maison, je dois travailler, donc je ne sais pas comment ce sera lundi", dit-elle, ajoutant:

- Je vais voir si mon père peut rester avec les enfants lundi".

Malin a toutefois commencé à rechercher une nouvelle école pour ses garçons, chose difficile car toutes les écoles sont surchargées.

- "Lors de la réunion, j'ai dit à la directrice que je ne me sens pas bien à ce sujet, et je ne sais pas si je serai capable d'envoyer mes enfants à l'école lundi. Elle me répondit que je dois envoyer mes enfants à l'école! J'enfreindrai la loi si je les garde à la maison. Mais hier, nous avons visité une nouvelle école".

La directrice n'a pas voulu faire de commentaire

Lorsque Fria Tider a appelé Annika Persson samedi pour lui demander un commentaire sur la violence contre les enfants suédois à l'école, elle n'a pas voulu donner de réponse. Elle a demandé qu'on la rappelle lundi.

___________________________________

[1] Kristianstad est une petite ville du sud de la Suède, peuplée de 35.000 habitants. Tout comme en Allemagne et en France, les pouvoirs publics suédois envoient directement les migrants dans les petites villes des zones rurales, en espérant que là, l'aspect invasif "se verra moins" et aura donc moins d'impact et ainsi moins d'influence négative sur l'opinion publique. C'est le signe, de la part des dirigeants, d'une volonté délibérée de tricher, de duper le peuple et de prendre les électeurs pour des imbéciles. Et peut-être aussi peur de voir grossir les troupes d'Allah dans les no-go-zones des banlieues. Ce qui implique que ces mêmes dirigeants sont bien conscients de la véritable menace contre l'Occident que représentent l'islam et les musulmans, mais qu'ils ne font rien pour contrer cette menace, quitte à provoquer la disparition de leur culture et de leur civilisation. Pour des raisons qui restent pour moi incompréhensibles.

[2] Toujours le déni de vérité de la part des bien-pensants. Et toujours à absoudre l'islam de ses délits et de ses crimes. À le dédouaner de ce qui est sa vraie nature: violence sous toute ses formes, terreur, sang et conquête.

Publié par apostat-kabyle

http://apostat-kabyle.blogspot.fr/2016/06/chroniques-de-leurope-musulmane-lettre.html

Voir les commentaires

Published by DAVID - - musulmans, ISLAM, suede, europe

Du ''Statut des Juifs" au statut de l'État d'Israël

L'initiative de paix française, la mal nommée, est un coup de poignard dans le dos d'Israël, emballé dans une rhétorique post moderniste

*********

Nous vivons une étrange époque sous la dominance d'une nouvelle idéologie que j'ai identifiée dans un de mes livres (1) comme le "postmodernisme". Son premier effet est de travestir la réalité objective. Le cas le plus spectaculaire et le plus récent est sans nul doute le récit qui accompagne ce que les médias appellent "la vague migratoire". En d'autres temps, cet événement aurait été défini comme une invasion - ce qui est bien le cas quand des millions de gens que vous n'avez pas invités forcent vos frontières avec violence. Dans le récit postmoderniste, il n'y a pas là d'événement politique ni sécuritaire mais un drame "humanitaire" et ses acteurs sont des "victimes" (sous entendez que ceux qui n'acceptent pas cette version sont des "bourreaux").

Nous avons expérimenté l'ampleur d'une semblable opération de falsification de la réalité, tout au long de ces 15 dernières années avec le discours palestiniste qui transforma très explicitement les victimes objectives en meurtriers putatifs, condamnés à la réprobation universelle (cf., en France, la politique de langage de l'AFP).

La conférence qui va se tenir à Paris sous l'égide de la France est une sorte de remake du Statut des juifs de Vichy, de sinistre mémoire. Il ne s'applique pas, cette fois-ci, à des individus ,citoyens parmi d'autres, mais à un peuple tout entier, celui-là même que la France vichyste et le nazisme ont d'abord mis au banc de la société, du droit, de l'humanité pour le vouer ensuite à la destruction.

Cette opération de mise au ban d'Israël se fait, là aussi, dans le langage postmoderniste sous le signe de "la paix", un acte moral, juridique, consensuel, pacifique, au bénéfice d'un "peuple (bien évidemment) martyr", les Palestiniens, fantômes européens des Juifs rescapés des camps de la mort, et contre un Israël (bien évidemment) "fasciste". La "France des droits de l'homme" socialiste dans toute sa suffisance! Hier, elle se précipitait à Téhéran pour des contrats juteux, accueillait le dictateur de Cuba et décorait son client d'armes, l'Arabie Saoudite...

Trente pays, les grandes puissances sont convoqués à ce tribunal inique. Les Palestiniens dictent en sous-main à la France les conditions d'un jugement déjà prononcé. Le principal intéressé, l'État juif, n'est pas invité. Les clauses de ce nouveau Canossa lui seront imposées. Ultérieurement, par le Conseil de sécurité, après le dernier coup bas d'Obama, avant son départ. Elles engagent Israël dans une impasse qui pourrait être l'antichambre de sa destruction.

Car les clauses de ce deal sont suicidaires pour Israël et profitent à des organisations palestiniennes irrédentistes, suprématistes et intégristes qui démontrent chaque jour qu'elles n'ont aucune volonté de paix ni de reconnaissance.

Que vise la France sinon mettre Israël au ban des Nations Unies et de la supposée "communauté internationale"? Le soumettre à des sanctions, au boycott, l'étrangler pour le mener à résipiscence (en d'autres termes renoncer à sa souveraineté) s'il ne se soumet à ce directoire du mensonge. Après que l'Iran impérialiste et réprouvé ait été adoubé par ces mêmes puissances, Israël occupera-t-il la place de la réprobation? C'était donc cela les termes de l'échange?

Cet état de fait n'est pas sans retentir sur la condition des Juifs de France. Il y a en effet dans le nouvel antisémitisme, le bien nommé islamo-gauchisme, une imbrication du national et de l'international qui fait que l'enjeu intérieur français (l'électorat musulman et le statut de l'islam) se joue dans la politique internationale de la France et vice versa (la "politique arabe" de la France et la condition juive en France).

Un tel développement ne peut avoir pour effet que l'aggravation de la chute de prestige des Juifs français et l'affaiblissement de leur légitimité. La question se pose d'ailleurs pour eux mêmes: après Vichy ils ne sont revenus dans la citoyenneté française - dont ils avaient été dépouillés en masse - que parce que désormais le destin collectif des Juifs que la France vichyste avait ciblé pouvait être assumé légitimement. Ce n'est plus le cas. Si ce n'est sous tutelle... Comme un ghetto.

par Shmuel Trigano Tribune sur Radio J, du 3 juin 2016.

Note

1 - Cf. La nouvelle idéologie dominante. Le postmodernisme, Editions Hermann. Prix des Impertinents du Figaro, 2013.

http://fim13.blogspot.fr/2016/06/du-statut-des-juifs-au-statut-de-letat.html

Voir les commentaires

Published by DAVID - - ISRAEL, FRANCE, ANTISEMITISME

Le "lobby" antisémite se déchaîne

Le film Ils sont partout d'Yvan Attal visait à dénoncer l'antisémitisme latent de la société française. Le déversement de haine qui accompagne sa sortie fournit la cruelle démonstration que la thèse du film est vérifiée. Depuis plusieurs jours en effet, chaque apparition du cinéaste donne lieu à une poussée de haine sur les réseaux sociaux. Samedi soir, la tweetline de l'émission "On n'est pas couché" n'avait rien à envier aux colonnes infernales de Je suis partout, de La Gerbe ou de Gringoire.

Cet antisémitisme a plusieurs visages.

Il y a tout d'abord l'antisémitisme ordinaire, banalisé, presque tombé dans le langage courant, avec des expressions consternantes du type : "Ne fais pas ton sale juif". C'est celui qui manie les clichés et les préjugés : le juif, essentialisé, est nécessairement riche ; les médias sont évidemment à sa botte ; il est nécessairement un agent d'intérêts étrangers, ceux d'Israël. A être ordinaire, il n'en est pas moins parfois criminel. La mort tragique d'Ilan Halimi et des enfants juifs de Toulouse nous le rappelle.

Il y a ensuite l'antisémitisme d'extrême-droite. Il a des racines profondes. Il est l'héritier des anti-dreyfusards, de l'antisémitisme de l'entre-deux-guerres, de Maurras, de Vichy et de ses épigones. La profanation des cimetières juifs est quasiment son monopole. Aujourd'hui, cet antisémitisme demeure le ciment des jeunesses identitaires et nationalistes qui, à être groupusculaires, n'en demeurent pas moins dangereuses lorsqu'elles passent à l'acte.

Il y a enfin "le nouvel antisémitisme". Sa nouveauté ne tient pas à sa nature - toujours la même - mais à son succès, à son mode d'expression et à sa capacité de dissimulation. Cet antisémitisme là à ses pudeurs. D'aucuns le qualifient d'islamo-gauchisme mais il ne dit pas son nom : le complotisme, l'antisionisme ou le communautarisme lui servent de couverture. Il partage avec l'extrême-droite ses pulsions négationnistes. Les réseaux sociaux et internet ont dopé son audience, notamment auprès de la jeunesse. Il a fait de Merah, Kouachi, Coulibaly au pire des idoles, au mieux des victimes excusables. C'est sur ce terreau que les sergents-recruteurs de l'islam radical font prospérer leur business de la radicalisation.

Trois antisémitismes mais une seule haine, qui, à chaque fois, peut conduire à l'affrontement et à la mort. Trois antisémitismes mais un seul "lobby" - puisqu'ils affectionnent cette terminologie - qui, le temps de la promotion d'un film, est capable de n'afficher plus qu'une seule tête dans un pays qui semble anesthésié par le déni.

Le roi Mithridate VI s'injectait chaque jour un peu de poison pour s'immuniser et, le moment venu, échapper à un empoisonnement. On a le sentiment que la France, de la même manière, est devenue insensible au poison antisémite : la profanation du cimetière juif de Carpentras a fait descendre dans la rue un million de Français et même le premier d'entre-eux alors que la mort d'Ilan Halimi ou l'assassinat d'enfants juifs à Toulouse n'ont suscité qu'une vaste indifférence.

Alain Jakubowicz

Avocat et président de la Licra

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2016/06/le-lobby-antisemite-se-dechaine.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics

Voir les commentaires

Published by DAVID - - ANTISEMITISME, FRANCE

Berlin admet le génocide arménien, Ankara voit rouge

Le Bundestag a adopté la résolution reconnaissant le génocide. Ankara rappelle son ambassadeur.

1/39 Les députés allemands ont adopté

Les députés allemands ont adopté jeudi une résolution reconnaissant le génocide arménien, un vote contesté avec véhémence par la Turquie, partenaire clé mais difficile notamment sur la question cruciale de la crise migratoire en Europe. Le texte intitulé «Souvenir et commémoration du génocide des Arméniens et d'autres minorités chrétiennes il y a 101 ans» a été adopté à la quasi-unanimité des présents (une voix contre et une abstention) à la mi-journée alors que des personnes présentes dans le public ont brandi des panneaux sur lesquels on pouvait lire «Danke» (merci).

L'Arménie a salué jeudi cette adoption. «C'est un apport appréciable de l'Allemagne à la reconnaissance et à la condamnation internationale du génocide arménien, mais aussi à la lutte universelle pour la prévention des génocides et des crimes contre l'humanité», a déclaré le ministère arménien des Affaires étrangères dans un communiqué.

La Turquie a fustigé cette adoption, au point de rappeler son ambassadeur en Allemagne dans la foulée. «L'ambassadeur de Turquie en Allemagne a été rappelé pour des consultations», a dit le premier ministre turc Binali Yildirim, cité par l'agence de presse progouvernementale Anatolie. «La reconnaissance par l'Allemagne de certaines allégations infondées et déformées constitue une erreur historique», a également réagi le porte-parole du gouvernement turc Numan Kurtulmus sur son compte Twitter, ajoutant que «pour la Turquie, cette résolution est nulle et non avenue».

En ouverture des débats, Norbert Lammert, le président du Bundestag, chambre basse du Parlement allemand, avait souligné que cette assemblée n'était ni «un tribunal» ni une «commission d'historiens» mais que les députés allemands prenaient «leurs responsabilités» en se prononçant sur une telle résolution.

Il a déploré les «nombreuses menaces, y compris de mort» ayant visé certains députés en amont de ce débat, notamment les élus ayant des origines turques. L'Allemagne compte près de 3 millions d'habitants d'origine turque, une des plus grandes diasporas au monde. Ces menaces sont «inacceptables» et «nous ne nous laisserons pas intimider», a-t-il ajouté.

Gouvernement de l'époque

La majorité des orateurs a pris soin de souligner que cette résolution ne visait pas les autorités turques actuelles mais le gouvernement Jeune Turc de l'époque, responsable des massacres de 1915.

A quelques heures du vote, le Premier ministre turc, Binali Yildirim, depuis Ankara avait estimé que l'initiative de la chambre basse du Parlement, le Bundestag, constituait «un véritable test de l'amitié» entre l'Allemagne et la Turquie.

Le président Recep Tayyip Erdogan avait lui téléphoné mardi à la chancelière Angela Merkel pour dénoncer un «piège» qui pourrait «détériorer toutes nos relations avec l'Allemagne».

Dans le texte, le Bundestag «nomme par son nom ce qu'a été la réalité des massacres commis (...) à savoir un génocide», a expliqué Franz Josef Jung le vice-président du groupe parlementaire conservateur (CDU/CSU) à l'origine de cette résolution avec les sociaux-démocrates du SPD et le groupe d'opposition des Verts.

Reich évoqué

La résolution déplore en outre «le rôle déplorable du Reich allemand qui, en tant que principal allié militaire de l'empire ottoman (...) n'a rien entrepris pour stopper ce crime contre l'Humanité».

Mme Merkel n'était pas présente pour assister aux débats et voter sur ce texte mais lors d'un vote-test au sein du groupe parlementaire conservateur, elle avait soutenu la résolution.

L'un des responsables du groupe d'opposition de la gauche radicale Die Linke, Gregor Gysi, a critiqué l'absence de la chancelière, comme celle du vice-chancelier et chef du SPD, Sigmar Gabriel : «Ce n'est pas particulièrement courageux».

Ce vote risque de venir compliquer des relations déjà tendues avec Ankara notamment sur l'application d'un accord controversé entre l'Union européenne et la Turquie, porté par Berlin, qui a permis de réduire considérablement l'afflux de migrants en Europe. Le président turc Recep Tayyip Erdogan menace de ne pas appliquer ce pacte, faute d'obtenir à ses conditions une exemption de visas Schengen pour ses concitoyens.

Gouvernement inquiet

Les potentiels remous causés par la résolution inquiètent cependant jusque dans les rangs du gouvernement allemand. Le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a déjà exprimé des réserves et son porte-parole a dit «espérer» qu'il ne causera pas de «perturbation durable des relations avec la Turquie».

Dans une interview au quotidien allemand Bild, mercredi, le président arménien Serge Sarkissian a lui encouragé les députés allemands à ne pas se laisser «intimider» par la Turquie.

La résolution du Bundestag constitue un pas supplémentaire vers une reconnaissance officielle en Allemagne du génocide des Arméniens, après que le président allemand a, le premier, utilisé le terme de génocide pour qualifier les massacres commis contre les Arméniens en 1915. Mais le texte n'engage pas le gouvernement de Mme Merkel.

Les Arméniens estiment que 1,5 million des leurs ont été tués de manière systématique à la fin de l'Empire ottoman. Nombre d'historiens et plus de vingt pays, dont la France, l'Italie et la Russie, ont reconnu un génocide.

La Turquie affirme pour sa part qu'il s'agissait d'une guerre civile, doublée d'une famine, dans laquelle 300 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2016/06/berlin-admet-le-genocide-armenien-ankara-voit-rouge.html

Voir les commentaires

Published by DAVID - - genocide, armenie, TURQUIE, allemagne

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog