Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 400 500 > >>
L’Etat islamique décapite un combattant kurde, menace de décapiter Obama, le président du Kurdistan Massoud Barzani, de commettre des attentats à la voiture piégée en France et en Belgique
L’Etat islamique décapite un combattant kurde, menace de décapiter Obama, le président du Kurdistan Massoud Barzani, de commettre des attentats à la voiture piégée en France et en Belgique

Le 26 janvier 2015, le bureau d’information de l’Etat islamique (EI) dans la province de Ninive (région de Mossoul) en Irak a publié une vidéo [1] intitulée « Bombardement de musulmans pacifiques dans la ville de Mossoul ».

La vidéo montre les dommages causés à la ville après son bombardement par les Peshmergas kurdes fin janvier 2015, puis un combattant de l’EI décapiter un soldat kurde capturé en représailles.

Avant d’exécuter le soldat, le combattant profère des menaces contre les Etats-Unis, la France, la Belgique et les Kurdes. Il prévient que lui et ses camarades atteindront l’Amérique et décapiteront Obama à la Maison Blanche ; ils prendront pour cible la France et la Belgique avec des voitures piégées et des charges explosives, et décapiteront le président du Gouvernement régional du Kurdistan Masoud Barzani.

La vidéo commence avec une légende détaillant les actions des Peshmergas contre le peuple de Mossoul, soulignant que les Peshmergas « bombardent les musulmans pacifiques de Mossoul avec des bombes américaines croisées, et ont empoisonné des dizaines d’entre eux avec des gaz asphyxiants ». [2]

Ensuite, la vidéo montre des images des ravages causés par les bombardements, des images de corps calcinés, ainsi que d’enfants hospitalisés. Un résident raconte comment un obus est tombé sur sa maison, tuant des nourrissons et des enfants.

Dans la deuxième partie du film, un groupe de combattants armés et masqués de l’EI entoure dans une rue de Mossoul un soldat kurde à genoux sur le sol. Face à lui, les restes d’un missile apparemment tiré par des Peshmergas. Avant la décapitation du captif, un combattant de l’EI émet « un message au monde entier » en kurde (sous-titré en arabe), dans lequel il menace virulemment les États-Unis et Obama, la France et la Belgique et les Kurdes.

Il dit : « C’est le sort de quiconque s’oppose à l’islam. Sache, ô Obama, que nous atteindrons l’Amérique. Sache aussi que nous te couperons la tête à la Maison Blanche et transformerons l’Amérique en province musulmane. Et c’est mon message à la France et à sa sœur, la Belgique. Nous vous informons que nous vous atteindrons avec des voitures piégées et des charges explosives et nous vous couperons la tête ».

S’adressant au président du Kurdistan, Barzani, il dit : « Mais toi, ô Massoud, chien, nous allons te trancher la tête et te jeter dans la poubelle de l’histoire. Sache que nous sommes des hommes qui ne craignons personne. Nous allons instituer les lois d’Allah, qu’Il soit exalté et loué. Voici le sort réservé à l’un de tes soldats, et chaque fois que tu lances un missile, nous te renverrons la tête de l’un de tes soldats. Tu tues des enfants et bombardes des civils, tout en affirmant que c’est interdit dans ta constitution ».

A la fin du film, le combattant décapite en criant le prisonnier avec un couteau, sous les acclamations de personnes rassemblées pour regarder.

http://www.memri.fr/2015/01/27/letat-islamique-decapite-un-combattant-kurde-menace-de-decapiter-obama-le-president-du-kurdistan-masoud-barzani-de-commettre-des-attentats-a-la-voiture-piegee-en-france-en-belgique/

Notes :

[1] Alplatformmedia.com, 26 janvier 2015.

[2] Notons que, selon des sources autres que l’EI, un dépôt de stockage de chlore a été pris pour cible dans un bombardement peshmerga de la ville, libérant des gaz toxiques (Twitter.com/sonawa1, 24 janvier 2015).

Voir les commentaires

Published by DAVID - - TERRORISME, ISLAM, MONDE ARABO MUSULMAN

Le 21 janvier 2015 à Buenos Aires, une manifestante brandit une photo du procureur Nisman qui a été retrouvé mort le 18 janvier

Le 21 janvier 2015 à Buenos Aires, une manifestante brandit une photo du procureur Nisman qui a été retrouvé mort le 18 janvier

Le mystère est total autour de la mort du procureur Nisman. Les versions de la justice, du gouvernement et des médias se contredisent, et les indices troublants s’accumulent. Une affaire qui enflamme les réseaux sociaux.

Le procureur Alberto Nisman était chargé de l’enquête sur l’attentat contre l’Association mutuelle israélo-argentine (Amia) à Buenos Aires en 1994 qui a fait 85 morts et n’a toujours pas été résolue.

Quelques jours avant sa mort, il avait assuré avoir des preuves d’après lesquelles la présidente argentine et certains de ses proches, comme le ministre des Affaires étrangères Héctor Timmerman, essayaient de couvrir des suspects iraniens en échange d’accords juteux en pétrole et agroalimentaire avec Téhéran. Depuis trois ans, le magistrat avait laissé tomber « la piste syrienne » et fait de « la piste iranienne » une priorité.

Alberto Nisman avait fait ces déclarations le 14 janvier et s’apprêtait à présenter les preuves devant la commission de législation pénale de la Chambre des députés, le 19 janvier. Il a été retrouvé mort dans sa salle de bains dans la nuit du 18 janvier, une balle dans la tempe et un pistolet calibre 22 à ses côtés.

Déchaînement sur Twitter

Le 21 janvier, pour la seconde fois, les Argentins se sont massivement mobilisés devant le siège de l’Amia (qui aujourd’hui est devenu un espace de la mémoire avec les noms de tous les décédés), pas très loin de l’avenue 9 de Julio, pour demander justice, raconte le journal Clarín.

Sur les réseaux sociaux, les Argentins se déchaînent, d’autant qu’au fil des révélations les contradictions s’enchaînent. Journalistes, hommes politiques, militants pro- ou anti-présidente et simples citoyens tweetent devant chaque nouvelle information. Ils sont des milliers à se demander s’il est possible que les services de renseignements argentins soient capables d’éliminer quelqu’un pour résoudre les conflits de pouvoir.

Informations contradictoires

« Au fur et à mesure que les jours passent, au lieu d’en savoir plus, on en sait moins », écrit le quotidien La Nación. En effet, depuis quelques jours, les informations contradictoires s’accumulent :

• Le secrétaire d’Etat à la Sécurité, Sergio Berni, a été l’un des premiers à arriver sur la scène du crime. Il a aussi été l’un des premiers à assurer qu’il s’agissait d’un suicide, information que la présidente argentine a aussi sous-entendue dans une première lettre postée sur sa page Facebook. Deux jours plus tard, le 22 janvier, Cristina Kirchner publie un nouveau post sur le réseau social. Elle y assure être convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. De plus, d’après les enquêteurs il n’y a pas de présence de poudre sur les mains du décédé. Certains médias se demandent ce qu’un proche de la présidente vient faire sur la scène de crime du procureur qui s’apprêtait à révéler des informations surprenantes sur elle.

• Nisman vivait au 13e étage d’un appartement de Puerto Madero, un luxueux quartier de Buenos Aires. Les Argentins ont appris hier, grâce au témoignage d’un serrurier, que la porte de service n’était pas fermée à clé de l’intérieur, contrairement à ce qui a été affirmé au début. Il a également précisé qu’il y avait une troisième porte, et pas seulement deux, qui donnait accès à l’appartement et qui n’était pas contrôlée.

• L’arme de calibre 22 retrouvée à côté de Nisman appartient à l’un de ses collaborateurs. Il l’avait apportée à la demande du procureur la veille de sa mort, apparemment pour sa protection. Pourtant, Nisman possédait déjà une arme de calibre 38t. Le témoignage de ce collaborateur apparaît aujourd’hui à la une du journal Página 12. « Le doute est légitime : s’il voulait se tuer, un 22 est moins létal qu’un 38. En plus, on sait grâce à la littérature que le 22 est l’arme préférée de nombreux services de renseignements », écrit le quotidien.

Un océan de mystères

Les doutes ne s’arrêtent pas là. Une ambulance a été appelée mais n’a pas été autorisée à accéder à la scène de crime. Le mot « mort » a été prononcé avant même qu’un certificat médical soit émis par un expert.

L’heure du décès ne semble pas encore avoir été précisée. Et personne ne comprend où étaient les dix agents qui assuraient la sécurité du procureur au moment du crime.

« L’océan de mystères est impressionnant. Le gouvernement est dans un état de stupeur. Il n’arrive pas à donner de réponses. Et l’opposition n’arrive pas non plus à s’unir […]. Les conseillers en communication n’arrivent pas à inclure ce cadavre inattendu dans l’esthétique de leur campagne [le pays est en pleine année électorale]. La perception que le reste du monde a de nous est angoissante. Le gouvernement qui avait promis toutes les souverainetés a fini par administrer la dégradation d’une petite république », écrit La Nación.

——-

Posté par James

Voir aussi : Affaire Nisman : Cristina Kirchner se mue en Agatha Christie

http://extremecentre.org/2015/01/28/la-mort-du-procureur-nisman-vire-au-polar/

Voir les commentaires

Published by DAVID - - ANTISEMITISME, INTERNATIONAL

Un autre ciel, un autre jour. Le fleuve le plus long du monde est Internet. Il coule hors du temps, d'un méridien à l'autre, gambadant sur les créneaux et les insomnies. De quoi y parle-t-on chez nous dans nos têtes ? du complot. Cette vaste théorie qui permet de ne rien faire, de juger le monde sans se juger, de parler pour ne rien dire et dire pour ne rien faire et accuser sans s'accuser et s'expliquer sans agir. La théorie du complot est la théorie favorite du monde dit « arabe », partout, depuis quelques temps. Tout ce qui se passe et se passera, selon les « complotophiles », est l'œuvre du sombre juif, du sionisme mondial, de l'Occident, des ennemis de l'islam ou du Club universel occulte, des forces noirs, des enfants de De Gaulle, de la CIA. Rien n'est notre faute à nous qui tuons nos terres par nos mains et nos crachats. Nous sommes tous manipulés et notre intelligence se limite à le signaler tout le temps au lieu d'en changer l'état. Car le théoricien de la « manipulation » ne fait rien contre la « manipulation » sauf répéter que c'est une manipulation. C'est une règle.

Quand on désigne l'islamisme comme source du mal, c'est l'Occident qui est inculpé et la cause est qu'il nous envie cette religion qu'il veut salir ou nous voler. Quand Daech tue en direct, on trouve des « failles » dans les vidéos de décapitations et on enjambe le crime par une collection de ricanements. Quand les frères Kouachi tirent dans le tas, on s'attarde sur les rétroviseurs et un carte d'identité oubliée dans une voiture. On oublie que l'un des meurtriers a même fait tomber l'une de ses chaussures et qu'il s'est baissé pour la ramasser en live et directe sur les images. Quand un alpiniste français est décapité, on accuse les « Services » ou un clan ou les ennemis de l'Islam Pur. (...)

Lire la suite sur le site du Quotidien d'Oran.

http://www.conspiracywatch.info/La-theorie-du-complot-un-banc-public-pour-faire-asseoir-les-peuples_a1357.html

L'auteur :
* Ecrivain et journaliste algérien, Kamel Daoud est l'auteur de Meursault, contre-enquête, Actes Sud, 2014. Depuis le mois de décembre 2014, il est sous le coup d'une fatwa de condamnation à mort émise par un imam salafiste algérien.

Voir aussi :
* ''Ce n'est pas un complot occidental contre vous'', par Wajeha Al-Huwaidar
* Considérations sur le 11-Septembre, la théorie du complot et le monde arabo-musulman, par Mshari Al-Zaydi

Voir les commentaires

Published by DAVID - - DESINFORMATION, INTERNATIONAL

Le choc des photos, le poids des  morts

Le choc des photos, le poids des morts

Afin de démontrer les atrocités commises par l'armée Israélienne Tsahal, le web "subversif" français fait abondamment circuler une histoire... bidonnée.

Sur d'innombrables sites, et notamment en Français sur lelibrepenseur.org ou encore quenelplus.com, on peut voir la photo d'un soldat de Tsahal en train de donner de l'eau à une veille dame palestinienne puis une autre photo de la même vieille dame, vraisemblablement morte.

L'histoire donnée en pâture est la suivante :

  • un soldat israélien se fait prendre en photo en train de donner de l'eau à une vieille dame nommée Ghalya Abu-Rida
  • une fois le cliché pris, il se recule d'un mètre, lui tire dans la tête et la regarde se vider de son sang

Or, au-delà de l'aspect inhumain de cette histoire, un détail laisse franchement sceptique :

  • une balle dans la tête... alors que sur photo, en gros plan, on ne distingue pas la moindre trace d'impact ?

Ceux qui relaient cette histoire étant exactement les mêmes que ceux qui hurlent au complot parce que la tête d'Ahmed Merabet (policier tué lors de l'attentat de Charlie Hebdo) n'a pas littéralement explosé au moment du tir à bout portant, tout cela pourrait prêter à sourire s'il ne s'agissait de morts et donc... de drames.

En fait, pas besoin de chercher bien loin les raisons de l'absence de marque sur le visage de la vieille dame puisqu'il s'agit ni plus ni moins que d'une navrante manipulation des faits :

  • Oui la vieille dame est morte, le 3 août 2014. Son décès a été rapporté parl'ONG palestinienne Al-Haq
  • Oui la photo est bien celle de Ghalia Abu Rida, habitante de Khuza.
  • Non, le soldat ne l'a pas tuée à bout portant puisque, comme précisé noir sur blanc par l'ONG dans son rapport, elle fait partie d'un groupe de 10 personnes (elle et neuf combattants) retrouvées mortes sous les décombres de maisons détruites après un bombardement de la zone !

Dans la guerre à la manipulation de l'info, Al-Haq est-elle une source digne de confiance ?

Al-Haq is an independent Palestinian non-governmental human rights organisation based in Ramallah, West Bank. Established in 1979 to protect and promote human rights and the rule of law in the Occupied Palestinian Territory (OPT), the organisation has special consultative status with the United Nations Economic and Social Council.

Al-Haq est une organisation Palestinienne non gouvernementale et indépendante basée à Ramallah. Cette ONG a été fondée en 1979 pour promouvoir et protéger les droits de l'homme dans les territoires occupés. Compte-tenu du travail qu'elle effectue sur le terrain, de ses statuts et de la nature même de ses missions, on peut difficilement la taxer d'être pro-sioniste ou de chercher de quelque manière que ce soit à défendre les intérêts d'Israël.

A moins de les soupçonner ouvertement d'avoir maquillé les causes de la mort de la vieille dame ou d'être incompétents au point de n'avoir pas vu que sa mort avait été causée par une balle à bout portant dans la tête, on ne peut que valider leur rapport.

En revanche, pour ce qui est de quenelplus, on a bien une petite idée de ce qui peut motiver la publication d'une telle intox sur ses pages puisque tout en bas on trouve l'encart suivant :

[capture réalisée sur le site quenelplus.com]

A la décharge du site d'information certifié par Dieudonné, il faut préciser que l'actu en question n'est qu'une reprise de l'article publié sur lelibrepenseur.org, lequel est quant à lui au-dessus de tout soupçon dès lors qu'il stipule dans sa présentation :

"Toutes les informations citées ou dites sur ce site sont prouvables et proviennent des innombrables lectures et visualisations de témoignages. Les références et ISBN des livres sont clairement mentionnés, les journaux ou vidéos aussi. C’est un travail sérieux qui ne supporte pas l’approximation."

Bon bah s'il le dit c'est forcément que ça doit être vrai alors...

Article par

Guillaume - Hoaxb

http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/tsahal-et-la-vieille-palestinienne

Vous aimez HoaxBuster ? Adoptez-le pour 1 euro !

Voir les commentaires

Published by DAVID - - DESINFORMATION, ANTISEMITISME

Dans les rues de Paris..

Dans les rues de Paris..

Ceci ce passe à Paris dans une grande entreprise française entre jeunes gens de bonne compagnie.

Une jeune femme française juive a confié au quotidien allemand Spiegel qu'un événement a précipité son départ avec son mari et ses trois enfants en Israël, où elle avait de toute façon l'intention de s'installer.

Lors d'un déjeuner d'affaires avec ses collègues de l'importante société d'IT où elle travaillait, des Français tout à fait normaux, racontèrent, devant elle, des blagues antisémites de Dieudonné qu'ils trouvaient très amusantes.. Ce fut la goute de trop.. Le soir elle téléphonait à l'Agence Juive.

Il est désolant qu'aucun de ceux présents ne soit intervenu pour mettre un terme à la franche rigolade antisémite - ne fût-ce que par égard pour leur collègue juive.

On met l'accent sur les violences faites aux Juifs, mais rarement sur ce type d'humiliations. Les Juifs eux-mêmes sont gênés d'en parler. Si Dieudonné est devenu le comique le plus populaire en France c'est parce que des membres de l'establishment français l'y aident en leur louant leur salles de spectacles, en vendant les billets pour ses performances etc. Et les autres se taisent. Un tel succès serait impensable en Angleterre ou ailleurs en Europe où ce genre de personnage ne bénéficie d'aucune sympathie..

Voir: Le cas Dieudonné et la responsabilité des élites européennes dans la montée de l'antisémitisme "populaire", analyse de Deborah Lipstadt

http://philosemitismeblog.blogspot.fr/2015/01/ils-racontent-des-blagues-antisemites_28.html

Voir les commentaires

Published by DAVID - - ANTISEMITISME, FRANCE

LES ACTES ANTISEMITES EN FRANCE

51% des actes racistes commis en France en 2014 sont dirigés contre des Juifs.
Les Juifs représentent un peu moins de 1% de la population française.

Moins de 1% des citoyens du pays est la cible de la moitié des actes racistes commis en France.

Rapport du SPCJ

Voir les commentaires

Published by DAVID - - FRANCE, ANTISEMITISME

plus jamais ça, c’est plus jamais ça !

plus jamais ça, c’est plus jamais ça !

Israël calomnié, torturé, martyrisé, génocidé…
Mais Israël ressuscité… et désormais en État de se défendre…

Posté par sil

http://extremecentre.org/2015/01/27/70e-commemoration-de-la-liberation-du-camp-dauschwitz-plus-jamais-ca-cest-plus-jamais-ca/

Voir les commentaires

Published by DAVID - - ISRAEL, SHOAH

La dernière trouvaille politiquement correcte est de considérer les auteurs d’attentats comme surgis « ex nihilo », des individus arrivés par une espèce de génération spontanée. Pour bien prouver qu’il n’y a aucun lien entre ces individus et la société dans laquelle ils vivent, on les appelle des « loups solitaires ». Ainsi le dernier attentat à Tel Aviv dont ont été victimes les passagers d’un autobus et des passants poignardés, était le fait d’un « loup solitaire ». Idem pour les Juifs écrasés par des voitures béliers conduites par de « loups solitaires » quand on accepte le fait que ce ne sont pas les freins qui ont lâché.

Curieusement tous ces « loups solitaires » attaquent régulièrement la même bergerie. Finalement, il s’agit en fait d’une meute et il ne suffit pas d’éliminer un seul loup et attendre les attaques des autres.

On tente de nous faire croire que ces terroristes assassins décident seuls de passer à l’acte sans ordre précis. On ne peut donc prévoir le jour d’un attentat puisque nul ne donne des ordres ni ne fournit les armes du crime.

C’est faux !

La vérité est que cet ordre provient du milieu dans lequel évolue le terroriste. Il est intégré dans sa famille, son école, sa mosquée, son lieu de travail, ses émissions écoutées à la radio, son journal arabe, ses messages sur les réseaux sociaux et les discours des dirigeants arabes poussant au crime. La réponse « humanitaire » que la législation israélienne donne ne correspond pas aux impérieuses nécessités de stopper ces meutes. Elle n’a même pas l’avantage de nous attirer les félicitations du monde prétendument civilisé qui considère notre manque de fermeté comme un aveu de culpabilité ou d’impuissance. De plus, elle est considérée par l’ennemi comme un signe de faiblesse.

Il n’y a pas de quoi être fier de constater que nos combattants ont pris la peine de tirer en l’air puis de viser les jambes du terroriste pendant qu’il continuait à poignarder des passants à Tel Aviv. Une seule balle eut suffi si ce n’était la crainte maladive de nos juristes, de nos commissions d’enquête et de nos cours juridiques où la mansuétude à l’égard de l’ennemi correspond à la sévérité envers nos défenseurs !

Montrer ce terroriste vautré dans des draps blancs avec un suivi médical attentionné ne nous amènera aucune considération internationale ! Les présidents d’états siégeant au conseil de sécurité de l’ONU ne se lèveront pas enthousiastes pour saluer notre sens de la dignité humaine. En fait ils ne le pourraient pas puisqu’ils sont en Arabie Saoudite afin de présenter leurs condoléances pour la disparition d’un potentat esclavagiste. En Arabie le métier le plus lucratif après l’ingénieur du pétrole est celui de bourreau. Des femmes emprisonnées et fouettées pour avoir conduit une voiture, un blogueur condamné à dix ans de prison, quelques décapitations coraniques et bras tranchés, un marché aux esclaves florissant n’empêchent pas les grandes démocraties du monde de venir faire acte de soumission au roi de ce désert arabique. Cela n’empêche nullement Hussein Obama de venir comme un féal s’abaisser devant le nouveau roi au moment même où il joue l’offensé pour la prochaine visite de M. Netanyahou à Washington.

Mais tuer le terroriste lui permet de réaliser son rêve dément de retrouver les délices du paradis musulman et les 71 vierges promises par le coran ; le mettre en prison est une véritable sinécure, une colonie de vacances dans un bouillon ambiant d’inculture et de barbarie coranique. La punition doit toucher toute la meute et le « loup solitaire » doit le savoir avant de commettre son forfait. La destruction immédiate de son immeuble ou de sa maison, la déchéance de la nationalité israélienne pour l’ensemble de la famille et donc le cas échéant la fin de toutes prestations sociales, l’expulsion de la famille au delà des limites d’Erets Israël doivent devenir automatiques.

Injuste ? La justice serait donc que la famille de la victime souffre de l’absence de l’être cher pendant que la famille du terroriste distribue des friandises pour fêter l’assassin. Une telle justice ne correspondrait à aucune forme de normalité.

Si le terroriste savait que les règles seraient de liquider la meute il est vraisemblable qu’il n’aurait pas commis son crime ou que sa famille l’en aurait dissuadé. En tout cas, il parait vraisemblable que les autres familles veilleraient à ce que cela ne leur arrive pas et auraient tempéré les ardeurs meurtrières des membres du Fatah ou du Hamas.

Difficile de vivre dans ces conditions en Israël ? Qui a déclaré qu’ils devaient rester ? Après tout, il y a 22 états de la ligue arabe sans compter les pays européens qui vont la rejoindre.

Eliminer le « loup solitaire » c’est bien.

Eradiquer la meute c’est mieux.

Par Jacques Kupfer

http://malaassot.over-blog.com/2015/01/un-loup-solitaire.html

Voir les commentaires

Published by DAVID - - TERRORISME, FRANCE, ANTISEMITISME

Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français
Israël et Moyen-Orient Revue des Médias français

Commemoration des 70 ans de la libération du camp d’Auschwitz. « Comment accepter en 2015 qu’il faille des soldats en arme pour défendre les Juifs de France ? » a déclaré mardi matin le président Hollande au Mémorial de la Shoah. « La République française n’oubliera jamais »

Israël en France. « L’Alyah en Israël n’est pas toujours simple pour les Juifs français ». Il faut s’interroger sur le choix éditorial de la Croix de publier, en cette journée de commémoration de la Shoah, un condensé des témoignages d’échec de l’Alyah de français en Israël, d’autant que le quotidien catholique ne consacre aujourd’hui aucun article sur Auschwitch mais sur le génocide arménien (La Croix, Mélinée le Priol)

Shoah. 27 janvier 1945. Commémoration des 70 ans de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz par l’armée russe. Pour rappeler l’importance du devoir de mémoire, 38 chefs d’Etat rendent hommage aujourd’hui aux victimes de la barbarie nazie, lors d’une cérémonie organisée, en Pologne, dans le camp de concentration d’Auschwitz.

27 Janvier 2015, journée internationale de commémoration de la Shoah. Pour ne jamais oublier.Parce que ce n’est pas seulement les Juifs mais l’Humanité que l’on tua, à Auschwitz, à Dachau, à Treblinka, dans tous ces camps de la mort et de la haine.

L’ensemble des medias français se font aujourd’hui les relais de la parole des derniers survivants qui racontent notamment aux écoliers qui les rencontrent, l’horreur de la Shoah et des camps de la mort.

Auschwitz : les 70 ans de la fin de l’horreur titre à sa Une libération. N’oublions jamais prévient le Parisien. Le monde réunis aujourd’hui pour ne pas oublier (Direct matin)

Les rescapés de l’horreur.
« Pendant 40 ans, je n’ai pu en parler », avoue Victoire Perahia. « On culpabilisait de ne pas être mort » raconte Esther Dzik (Le Parisien).
« On chargeait les cadavres, on déchargeait, on revenait, » témoigne Henri Borlant dans Libération qui raconte la fosse, les corps, l’horreur absolue comme a pu le faire Martin Gray dans son célèbre livre » Au de nom de tous le miens »

« Je me suis rendu compte qu’il était impossible d’en parler » à mon retour, témoigne Marceline Lorida Ivens dans le Figaro et sur France Inter, « je me suis rendu compte qu’il était impossible d’en parler à ceux qui n’avaient pas vécu ce que nos avions vécu. Moi je vivais avec un camp dans ma tête »

« Je témoigne sans grande illusion, confie Marceline Lorida Ivens, car je vois des enfants qui protestent pendant la projection de mon film sur la Shoah. Je souhaite le dialogue mais aucun ne souhaite parler, discuter avec moi et préfère se réfugier dans le silence par lâcheté commente-t-elle avec vigueur (France Inter,8h20)

Auschwitz : 1, 1 millions de personnes déportées et seulement 7 000 survivants

Le symbole de la barbarie absolue a déclaré lundi la chancelière allemande. » Auschwitz doit servir de leçon aujourd’hui. Auschwitz nous concerne tous, aujourd’hui et demain, a prévenu Angela Merkel (Arte Journal). La Shoah est une tragédie imprescriptible.

Un crime incompréhensible contrairement aux autres génocides estime étrangement Bernard Guetta mardi matin sur France Inter. Le chroniqueur énumère ainsi tous les autres génocides, arménien, tutsi, cambodgien en déclarant, pour sa part, ne pas pouvoir comprendre pourquoi le génocide juif a été commis.

« Mais c’est à cause de l’antisémitisme ! « L’antisémitisme, chrétien, millénaire, c’est à cause de l’antisémitisme que tout cela s’est passé, lui a aussi rétorquée l’invitée de France Inter, Marceline Lorida Ivens qui, comme beaucoup, a été choqué par l’argumentation du chroniqueur géopolitique Bernard Guetta.

Tout le monde a été complice, a lancé la rescapée des camps de la mort. Et d’ajouter : « Vous croyez que les Français seraient descendus dans la rue si on avait tué que des Juifs il y a 15 jours ! »

Rappeler le devoir de mémoire à heure où l’antisémitisme ressurgit en France. Car cet anniversaire rappelle aussi que l’antisémitisme sévit toujours, constate l’éditorial du Parisien. « Les évènements que la France a connu ces dernières semaines viennent malheureusement confirmer, que l’antisémitisme peut revêtir d’autres formes mais qu’elles ne changent en rien son ignoble nature. »

851 actes antisémites en 2014. C’est la moitié des actes racistes commis en France alors que la communauté juive ne représente qu’1 % de la population française. Les actes antisémites ont été multiplié par deux en un an constatent tous les médias. 851 actes antisémites ont été recensés en 2014, contre 423 en 2013.

Un mal qui ronge la France mais aussi l’Allemagne. Selon un sondage repris par Direct Matin, 1 Allemand sur 5 estimerait que durant la seconde guerre monde « son gouvernement a agi en faveur de la liberté et de la dignité humaine. »

L’antisémitisme, pourquoi aujourd’hui encore ?

La Shoah est évocateur d’un passé encore récent pour la communauté juive et pour la France. A l’échelle de la vie d’un homme, c’est à portée de souvenirs. Au regard de l’existence d’un pays, c’était hier, cette nuit…
« Le mal est structurel, installé, et d’autant plus inquiétant que le président et le gouvernement se montrent exemplaires dans leur lutte contre cette tumeur de la société française, déclare le Président du CRIF, Roger Cukierman (Le Parisien). « Les Juifs deviennent des parias en France alors qu’ils y vivent depuis 2000 ans, commente aussi Roger Cukierman sur RTL (7h30).

« Auschwitz illustre à quel point l’homme le plus cultivé peut devenir un monstre » déclare aussi le président du CRIF, cette fois dans Direct matin. Il s’agit, poursuit Roger Cukierman, d’extermination volontaire de toute la population juive mondiale par le pays le plus développé de l’époque

Chaque acte antisémite libère la parole antisémite constate avec stupeur le journaliste de RTL (7h30) après la recrudescence des actes antisémites constatée après la tuerie de Toulouse ou de Bruxelles.

Que faire ?
Lutter contre le négationnisme. « Il n y a pas de photo de Charlemagne, de Napoléon de louis XIV et pourtant personne ne remet en cause leur existence s’interroge l’historien Tal Brutman sur Europe 1, alors pourquoi les Juifs ?

Hollande renforce les sanctions pénales contre l’antisémitisme. Un renforcement de l’arsenal juridique contre le racisme et l’antisémitisme qui passe par « une généralisation dans le code pénal de la circonstance aggravante de racisme (le Parisien)

François Hollande au mémorial de la Shoah a Paris pour rendre hommage aux victimes de la barbarie nazie devant le mur des noms. Le président a annoncé que le gouvernement présenterait d’« ici à la fin du mois de février un plan global de lutte contre le racisme et l’antisémitisme ». « Sécurité », « transmission » vers les jeunes générations et « régulation du numérique » seront les principes de ce plan. La Shoah « doit pouvoir être enseignée partout, sans aucune restriction »

Le devoir de mémoire et le refus du négationnisme sont d’un intérêt primordial. Il faut combattre l’intolérance et l’ignorance par la connaissance et l’éducation. L’éducation est la meilleure garantie d’un monde qui s’ouvre à l’autre dans le dialogue et la tolérance. Seule l’éducation peut faire disparaître la violence et la haine. Comme l’ont démontré les multiples manifestations populaires du 11 janvier en France, les armes des hommes ne sont pas que militaires. Ce peut être notre conscience, le désir d’apprendre, de comprendre, de transmettre à tous. Ce sont enfin, nos principes et c’est notre mémoire.

David Banoun – Responsable de l’Analyse des Médias

https://nosnondits.wordpress.com/2015/01/27/israel-et-moyen-orient-revue-des-medias-francais-le-27-janvier-2015/

Voir les commentaires

Published by DAVID - - FRANCE, ISRAEL, SHOAH

Francetvinfo.fr

Des combattants venus d'Amérique ou d'Europe rejoignent les forces kurdes qui combattent à Kobani les jihadistes de l'Etat islamique. Une poignée d'hommes et de femmes très médiatiques.

  • THE LIONS OF ROJAVA Les "Lions du Rojava", des combattants qui luttent contre l'organisation Etat islamique au Kurdistan syrien. (THE LIONS OF ROJAVA / FACEBOOK)

Ils sont d'anciens marines, d'ex-soldats de l'armée britannique, dirigent des entreprises de sécurité ou étaient infirmiers en Suède, en Allemagne ou en France… Depuis le mois d'octobre 2014, des Occidentaux ont choisi de rejoindre le Kurdistan syrien pour combattre l'Etat islamique. Une dizaine, des centaines peut-être, en comptant les membres de la diaspora kurde. Un nombre sans commune mesure avec celui des jeunes qui, venus des mêmes pays, sont tentés par le jihad.

Pourtant, leurs histoires interpellent. Celle de Dean Parker, le surfeur américain qui plaque tout pour rejoindre les Unités de protection du peuple (YPG), les forces kurdes qui défendent depuis des mois la ville syrienne de Kobani, objet d'un portrait dans Time (en anglais) mardi 20 janvier. Celles des Anglais Jamie Read, James Hughes ou encore de la jeune Silhan Ozcelik, cueillis à leur retour à Londres par les services de renseignement. Quel est le rôle exact de ces renforts inattendus ?

Les "Lions du Rojava", une vitrine internationale

Jordan Matson se présente comme le premier Américain parti combattre l'Etat islamique au Kurdistan syrien, appelé Rojava en kurde. Depuis qu'il a été blessé au combat, cet ancien de l'armée américaine sert sur le front des réseaux sociaux. Il "recrute", explique-t-il aux médias qui le sollicitent. "Je suis contacté par des vétérans venus d'Europe de l'Est, d'Europe occidentale, du Canada, des Etats-Unis, d'Australie, de partout", lançait-il en octobre sur CNN (en anglais). A l'époque, la page des "Lions du Rojava", comme se surnomment eux-mêmes ces combattants, vient d'apparaître sur Facebook. La première photo mise en ligne montre Matson lui-même, kalachnikov à la main, collier de munitions autour du cou. Cet homme armé, photogénique de surcroît, incarne dès lors le combattant occidental, un modèle, un "héros" qui attire les internautes, émus par le massacre des Yézidis ou mus par leur volonté d'en découdre avec les terroristes.

La page doit permettre aux aspirants combattants venus d'Occident d'entrer en contact avec "leurs frères et sœurs" sur le terrain. A ceux (nombreux) qui demandent en anglais "comment vous rejoindre en Syrie ?", l'administrateur anonyme répond : "Envoyez vos questions en message privé."

Mois après mois, photo après photo, le site dresse l'inventaire : un Autrichien, des Américains (dont un certain "Kennedy America"), des Britanniques, des Allemands, un trio de "bikers" hollandais, une Canadienne, un ancien candidat de téléréalité américain (cliquez ici pour le voir s'égosiller "Je suis un vrai redneck moi ! Un vrai redneck !" dans l'introduction de "Seul et tout nu", une sorte de "Koh Lanta" naturiste), etc. Bref, un étonnant casting qui ne mobilise toutefois qu'une quinzaine de personnes, relativise le chef du comité de défense des forces kurdes de Syrie, Ahmad Sheikh Hassan, cité par Time.

"C'est une présence symbolique", relève Kendal Nezan, directeur de l'Institut kurde de Paris, contacté par francetv info. Pour l'YPG (bras armé du parti PYD, né en Syrie et proche du parti kurde PKK), "il s'agit de prouver qu'eux aussi disposent, comme l'Etat islamique, d'une aide venue du monde entier dans cette guerre qui est un enjeu global".

Un puissant outil de communication

Ces quelques combattants étrangers représentent aussi un intérêt stratégique pour les combattants kurdes. "Pour le PKK, c'est une façon d'être intégré dans le jeu mondial", explique Karim Pakzad, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), spécialiste, entre autres, des questions kurdes. "Il faut rappeler qu'aux Etats-Unis et en Europe, l'organisation figure sur la liste des organisations terroristes. Mettre en avant des Occidentaux, au moment où Washington et Paris acceptent notamment de leur livrer des armes, cela relève de l'opération de communication, analyse-t-il pour francetv info. L'YPG communique très bien, comme on l'a vu avec la mise en avant des femmes combattantes."

Selon le spécialiste, la lutte des Kurdes de Syrie contre l'Etat islamique a donné lieu à une situation historique : "Il y a deux ans, personne ne parlait d'eux, ils ont d'ailleurs été longtemps divisés en une multitude de mouvements. Et aujourd'hui, ils sont vus comme les seuls à affronter l'EI au sol, sur le terrain." En d'autres termes, puisqu'ils n'affrontent plus de forces étatiques, mais une mouvance terroriste, les Kurdes ont l'opportunité de rallier à leur cause des combattants de toutes les nationalités, et de toucher l'opinion publique.

Une aide toute relative sur le terrain

Ce ralliement ne passe pas nécessairement par les moyens humains. Le PYG n'a effectivement jamais demandé aux Occidentaux de rejoindre ses rangs, explique le chercheur. "Pas même ceux de la diaspora." Kendal Nezan confirme : "Lorsque l'on a grandi dans les faubourgs de Stockholm ou de Cologne, on n'est pas d'une grande aide sur le front, alors qu'il y a déjà des combattants sur place qui connaissent les lieux et défendent leurs terres. Cette aide joue probablement plutôt sur le moral des combattants", explique-t-il. Ce qu'ils veulent, "ce sont des armes, des médicaments", ajoute-t-il.

Le témoignage de Dean Parker, le surfeur américain mentionné plus haut, le confirme : "Je n'ai jamais combattu. Et à vous tous qui voulez venir, restez chez vous, en sécurité. (...) Un, dix ou vingt combattants ne feront pas la différence maintenant." D'ailleurs, impossible de savoir combien sont partis.

Le cas particulier de la diaspora

Citée par le magazine américain Foreign Policy, Susanne Güven, directrice de l'Association nationale des Kurdes de Suède, estime à quelques centaines le nombre de Kurdes qui ont quitté le pays pour la Syrie. Une cinquantaine de Kurdes allemands seraient également partis, relate Der Spiegel. Quant aux Français, "il y en a certainement, mais ils sont peu nombreux", estime le directeur de l'Institut kurde de Paris. Début octobre, Le Parisien (article abonnés) révélait la disparition inquiétante de deux adolescents kurdes de banlieue parisienne, soupçonnés d'être partis pour le Rojava, mais aucune donnée ne permet de confirmer le nombre de départs.

Karim Pakzad sait qu'il y en a quelques-uns, pour en avoir rencontré à leur retour. "Là-bas, ils font un peu de tout, en fonction de leurs compétences, poursuit-il. Ils s'occupent des réfugiés, des blessés, assurent le ravitaillement ou combattent, pour certains. Par ailleurs, même s'ils sont infirmiers, ils sont armés. Tout le monde l'est." Contrairement aux Occidentaux non-kurdes, ils ne se contentent pas de combattre l'EI, mais défendent la cause politique kurde ("dans la tête de chaque Kurde, il y a le rêve d'un Etat"). "Ce n'est pas nouveau. Depuis les années 1980, les militants du PKK en Europe se rendent au Kurdistan turc pour se battre contre la Turquie, poursuit Karim Pakzad. Désormais, depuis l'attaque de Kobani, ils vont en Syrie. Voilà ce qui a changé." Et d'ajouter que leur séjour est relativement court : "Environ six mois, puis ils reviennent. Comme le font les gens de l'EI. Enfin, sauf qu'eux ne rentrent pas avec les intentions terroristes des jihadistes, bien sûr", prend-t-il soin de préciser.

Voir les commentaires

Published by DAVID - - MONDE ARABO MUSULMAN, ISLAM

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 400 500 > >>
Haut

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog