Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

RIPOSTE SEFARADE

L’Initiative française de paix : De de Gaulle au Haaretz

L'Initiative de paix de la France, qui comprend un sommet international à Paris le 30 mai pour examiner les « paramètres » d’un accord de paix, est l'équivalent du président Français François Hollande de la trahison de de Gaulle d’Israël.

Quand j’ai entendu parler de l’actuelle initiative de paix française pour Israël et les Palestiniens, je me suis pincé moi-même pour m'assurer que je ne rêvais pas. Après les nombreux essais des puissants États-Unis à plusieurs reprises et sans succès pour ramener la paix entre ces protagonistes, qu'est-ce qui donne aux Français l'impressiont qu’ils peuvent faire mieux?

L'audace de la France est particulièrement choquante, puisque la France a perdu il y a longtemps le droit d’être considérée comme une amie d’Israël. En 1967, le Président Français Charles de Gaulle a imposé contre Israël un embargo sur les armes quand la nation juive était sous la menace d’une coalition de pays arabes. Ce faisant, de Gaulle a jeté les Juifs aux orties afin d’améliorer les relations de la France avec le monde arabe. Grâce à l’ingéniosité israélienne et à de la résilience, Israël a toujours vaincu la coalition arabe dans la guerre des Six jours et impressionné les États-Unis, qui ont alors remplacés la France comme le principal allié d’Israël.

L'Initiative de paix de la France, qui comprend un sommet international à Paris le 30 mai pour examiner les « paramètres » d’un accord de paix, est l'équivalent du président Français François Hollande à la trahison de Gaulle d’Israël. La France a déjà annoncé que si l’initiative de paix échoue, la France reconnaîtra un Etat palestinien. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a eu raison de conclure que « cela garantit qu’une conférence échouera.»

Il est clair qu’aucune solution ne serait acceptable pour Israël à moins qu’il protège Israël contre la continuelle agression arabe, et sauf s’il trouve une solution aux millions de descendants de réfugiés palestiniens lesquels le monde arabe veut inonder Israël.

Il n’y a aucun signe que le monde arabe, y compris les Palestiniens, soient à proximité de l’acceptation des présentes conditions. Reconnaissance de la France de « Palestine » sans n’importe quel accord signifierait que France ne considère pas ces deux conditions nécessaires.

Reconnaissance de la France de la « Palestine » sans n’importe quel accord n’apporterait aucune solution pour les réfugiés palestiniens. Il n’offrirait aucune solution au terrorisme palestinien. Il ne ferait pas le concept d’un Etat palestinien tout réel plus qu’il ne l’est aujourd'hui. Il n’offrirait pas à Israël des frontières sûres.

Reconnaissance unilatérale de la France de la « Palestine » constituerait simplement une victoire plus morale pour la corruption du président palestinien Mahmoud Abbas, et une raison moins pour lui de négocier la paix, de bonne foi ou de donner à son peuple ce qu’il a vraiment besoin: une économie florissante et un fonctionnement de la société civile.

Si l’initiative de la France avait quelque chance de succès à tous (ce qui est douteux compte tenu des échecs américains dans des circonstances plus favorables, quand les dirigeants palestiniens était plus vifs sur les négociations, et quand le Hamas était plus faible), la France a éliminé cette chance en annonçant qu’elle reconnaîtrait la « Palestine » indépendamment de ce qui se passe.

Le gouvernement Français est-il si naïf qu’il mettrait la tactique entre les mains de Abbas et saboterait sa propre initiative? Peut-être, mais l’explication la plus probable semble être que la France sait que l’initiative de paix est inutile, mais il l'utilisera pour valeur théâtrale pour embarrasser le gouvernement Israëlien et gagner les faveurs des régimes arabes.

Le quotidien israélien Haaretz, qui est souvent plus « pro-palestinien » (lecture anti-Israël) que les Palestiniens, demande que Netanyahu accepte les exigences de l’initiative française.

Haaretz prend la position que: « il n’y a aucune raison de rejeter l’initiative française, qui, même si elle ne résout pas les fondements du conflit, saura au moins remettre le processus sur l’agenda mondial. » La théorie selon laquelle le conflit n’est pas résolu, parce qu’il n’est pas à "ordre du jour mondial" est époustouflante, considérant le mouvement vocal et vicieux anti-israélienne dans le monde entier. Le conflit est très présent à cet « ordre du jour mondial » — oui trop, en fait — par rapport aux autres conflits plus meurtriers et qui retiennent beaucoup moins d’attention.

Haaretz fait valoir que l’initiative française " peut également générer des idées originales et des étapes vers une solution." Compte tenu de l’attention qui reçoit de ce conflit, le manque « d'idées » est loin d’être le problème. Blogueurs et éditorialistes pro-israéliens et anti-Israëliens ont généré un corps immense « d'idées », dont la plupart est absolument pas réalistes, et qui sont irréalistes, jusqu'à ce que la partie arabe du conflit cesse de promouvoir la haine contre Israël et commence à négocier de bonne foi.

La défense pathétique de l’initiative française du Haaretz est suivie par des accusations en gros, qui n’ont aucune substance, contre Netanyahu. Haaretz, par exemple, tente de convaincre les lecteurs que la volonté de Netanyahu à négocier sans conditions est elle-même une condition ! Haaretz est dans l’entreprise de redéfinition des mots, pourquoi ne pas dire que le conflit n’est pas vraiment un conflit et faire avec!

Le Haaretz conclut en disant que Netanyahu " devrait lui donner [l’initiative Française] de la substance qui garantirait la sécurité et le bien-être des citoyens d’Israël ". Si cela était possible, ce serait en effet louable, mais comme la France, en promettant aux Palestiniens la reconnaissance sans négociation, détruit ce qui aurait pu avoir le peu de chances de succès de l’initiative. Demander à Netanyahu de donner miraculeusement à l’initiative de la « substance » est au mieux naïf et au pire dangereux.

Il pourrait être susceptible, de dire que Netanyahu est en panne, ce qui, compte tenu de l'antipathie du Haaretz à l'égard du premier ministre israélien serait un piège. .

Contrairement à l' affirmation du Haaretz que " rien ne porte à rejeter l’initiative française," comme l’initiative est presque vouée à l’échec, son échec sera une arme de plus utilisée par les activistes anti-Israël pour diaboliser Israël, donc il n’y a tout lieu de ne pas prêter une légitimité à l’initiative, elle ne le mérite pas.

Israël a survécu à la trahison de de Gaulle, et elle survivra probablement à la trahison de Hollande. Mais un échec de plus d'une initiative et une reconnaissance vide de sens de la « Palestine » vont repousser la paix et l’État palestinien au loin.

Comme Alan Dershowitz a écrit récemment, ceux qui ont aidé les Nazis à tuer les Juifs, même indirectement, détiennent une part de responsabilité dans l’Holocauste. Ceux, en France, au Haaretz, ou ailleurs, qui prétendent soutenir la paix, mais en fait font le travail de sape, sont en partie responsables de la campagne antisémite contre Israël. Ils doivent être nommés et mis en évidence en bonne place pour leur collaboration avec les bigots, les antisémites et les terroristes.

Par Fred Maroun

http://www.jewishpress.com/indepth/opinions/the-french-peace-initiative-from-de-gaulle-to-haaretz/2016/05/25/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

http://malaassot.over-blog.com/2016/05/l-initiative-francaise-de-paix-de-de-gaulle-au-haaretz.html

Voir les commentaires

Published by DAVID - - FRANCE, ISRAEL

Le prédicateur chiite Sabah Shabr : L’islam s’est propagé par l’épée, et alors ?!

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV

Le religieux chiite irakien Sabah Shabr a abordé le sujet de l’expansion de l’islam dans une série de conférences sur le djihad. Il a confirmé que la plupart des pays islamiques ont été conquis par la force. Selon lui, les musulmans ne devraient pas essayer d’apaiser les juifs et les chrétiens en niant les faits, puisque la « vraie religion d’Allah doit se propager par l’épée ». Cheikh Shabr a précisé que lorsque les musulmans conquièrent les pays des infidèles, ils doivent donner aux habitants le choix entre la conversion à l’islam et la mort. Si les habitants sont des Gens du Livre (juifs ou chrétiens), ils doivent se voir proposer une troisième option, qui est de payer l’impôt de la jizya. Ces conférences ont été mises en ligne le 13 octobre 2015 sur un compte YouTube dédié à la pensée de l’ayatollah Sistani. Extraits :

Sabah Shabr : La plupart des pays musulmans ont été conquis avec violence, par la force. Rares sont les pays ayant été conquis d’une quelconque autre manière. Les gens de Médine se sont convertis à l’islam de leur plein gré. Lorsque le prophète Mahomet a fait sa hijra dans la ville, l’islam y était déjà très répandu. Elle n’a pas été conquise par la force. Mais la Mecque a été conquise par la force. L’Irak a été conquis par la force, tout comme l’Iran, la Turquie, l’Egypte, la Syrie et les pays d’Afrique du Nord. La plupart des pays islamiques ont été conquis par la force, par le combat. Alors certains diront que l’islam s’est propagé par l’épée. C’est vrai. L’islam s’est propagé par l’épée. Et alors ?!

La seule vraie religion d’Allah doit se propager par l’épée, par la force. Si vous ne pouvez convaincre les gens de se convertir à l’islam, ils doivent être convertis par l’épée. Tel est l’ordre d’Allah. Toutes les flatteries sont inutiles, comme toutes ces tentatives visant à apaiser juifs et chrétiens, en disant : « L’islam ne s’est pas réellement propagé par l’épée. Nous n’avions aucun autre choix. » Ce n’est pas qu’ils n’avaient d’autre choix. Ils ont conquis les pays islamiques par la force. C’est notre devoir selon la charia. C’est la signification du djihad volontaire. Que signifie le djihad volontaire ? L’armée islamique marche sur les terres des infidèles, et leur propose de se convertir à l’islam. S’ils acceptent de devenir musulmans, tant mieux. S’ils refusent, on leur dit qu’ils doivent payer l’impôt de la jizya - s’ils sont des Gens du Livre. S’ils refusent de payer la jizya, on doit les combattre. S’ils n’appartiennent pas aux Gens du Livre, ils n’ont même pas la possibilité de payer la jizya : soit ils se convertissent à l’islam, soit ils sont tués. Il n’y a rien de mal à cela. Que l’islam se répande par l’épée. Il n’y a rien de mal à ce que la vraie religion d’Allah se propage par l’épée.

[…]

Les chrétiens et les juifs qui vivent dans des pays musulmans doivent payer l’impôt de la jizya. Ils le payent annuellement, mais le dirigeant islamique peut leur dire de le payer mensuellement, ou tous les six mois. Ils payent selon leurs capacités financières. Ils ne peuvent vivre sur les terres des musulmans gratuitement.

http://www.memri.fr/2016/05/27/le-religieux-chiite-sabah-shabr-lislam-sest-propage-par-lepee-et-alors/

Voir les commentaires

Published by DAVID - - ISLAM, shiite, TERRORISME, IRAN NUCLEAIRE

Le prédicateur chiite libanais Mohammed Ali Al-Husseini : L’Iran vendra Nasrallah quand il aura fini de l’utiliser

Dans une interview télévisée, l’imam chiite libanais cheikh Mohammed Ali Al-Husseini a critiqué le régime iranien et appelé Hassan Nasrallah à ne pas être « un poignard dans le cœur de la nation arabe ».

« Pourquoi devrions-nous, au Liban, payer le prix de ce qu’a fait Hassan Nasrallah ? », a demandé Al-Husseini, secrétaire général du Conseil islamique arabe. « Une fois que [le régime iranien] aura fini de l’utiliser, il le vendra, juste comme ça. »

L’interview de Sky News Arabia a été mise en ligne le 15 avril 2016. Extraits :

Mohammed Ali Al-Husseini : Ce qui me motive aujourd’hui, ce n’est pas la défense des chiites ou de l’identité arabe, mais la défense de l’islam. Certains souhaitent faire de l’islam une religion terroriste, inciter les gens à la craindre.

[...]

L’islam que je veux défendre est le vrai islam, qui ne distingue pas entre sunnites et chiites. C’est l’islam qui a engendré l’égalité, l’ouverture et la modération. Nous, les Arabes chiites en particulier, n’avons rien à voir avec la doctrine hérétique imposée sur les principes et le système idéologique chiites. Par ailleurs, le peuple iranien lui-même a rejeté le Gouvernement du docte. Le peuple iranien est descendu dans les rues, en particulier lors de ce qui est connu sous le nom de la Révolution verte. Le peuple iranien, dans son ensemble, a contesté le régime du Gouvernement du docte, et appelé à un référendum afin de déterminer si c’est là ce que tous les Iraniens veulent.

[...]

Nous, Arabes chiites, sommes liés à nos pays [et non pas à l'Iran]. Nous ne sommes pas des étrangers dans nos pays. Le Gouvernement du docte cherche à creuser un fossé entre les Arabes chiites et leurs pays, afin qu’ils aient une double loyauté, ou une loyauté absolue envers le Gouvernement du docte. Là est le danger.

[...]

Si le Gouvernement du docte s’effondre aujourd’hui, nos pays arabes, et le monde entier, vivront dans la paix et la sécurité. Ils disent que leurs actions en Syrie sont « sur la route de Jérusalem ». Quand ils interfèrent au Yémen, ils disent qu’ils sont « sur la route de Jérusalem ». S’ils perpètrent des attentats, que Dieu nous en préserve, aux Émirats arabes unis, au Koweït ou en Arabie Saoudite, ou dans tout pays que l’Iran voudrait voir dirigé par le Hezbollah, ils disent qu’ils sont « sur la route de Jérusalem ».

[...]

La place de Hassan Nasrallah est aux côtés de ses frères arabes. Il devrait les soutenir, au lieu de les abandonner. Il ne doit pas être le poignard dans le cœur de la nation arabe.

[...]

Pourquoi devrions-nous, au Liban, payer le prix de ce qu’a fait Hassan Nasrallah ? C’est la conséquence de tout ce qu’il a fait au service du Gouvernement du docte, qui finira par le vendre. Une fois qu’il aura fini de l’utiliser, il le vendra, juste comme ça.

[...]

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV

http://www.memri.fr/2016/05/22/le-predicateur-chiite-libanais-mohammed-ali-al-husseini-liran-vendra-nasrallah-quand-il-aura-fini-de-lutiliser/

Voir les commentaires

Published by DAVID - - nasrallah, iran, liban

Publication Diogène, n° 249-250, 2015, 255 pages, Paris, PUF, 30 €.

Publication Diogène, n° 249-250, 2015, 255 pages, Paris, PUF, 30 €.

En se saisissant du dossier du conspirationnisme, la revue Diogène ambitionne de l’éclairer par une approche pluridisciplinaire – histoire, sociologie, psychologie, science politique sont ainsi convoquées – et internationale, en intégrant notamment les travaux souvent mal connus de chercheurs des anciens pays communistes. Tous les articles réunis ici fournissent, sinon un état des lieux, du moins un aperçu de la recherche en cours sur le conspirationnisme.

Numéro coordonné par Véronique CAMPION-VINCENT, ingénieur de recherche au CNRS, et Jean-Bruno RENARD, professeur émérite de sociologie à l’université Paul-Valéry Montpellier-3.

SOMMAIRE

Véronique CAMPION-VINCENT et Jean-Bruno RENARD, Avant-propos

Approches théoriques
Gérald BRONNER, Pourquoi les théories du complot se portent-elles si bien ? L’exemple de Charlie Hebdo
Michael BUTTER et Peter KNIGHT, Combler le fossé. L’avenir des recherches sur les théories du complot
Julien GIRY, Le conspirationnisme. Archéologie et morphologie d’un mythe politique
Emmanuel KREIS, De la mobilisation contre les « théories du complot » après les attentats de Paris des 7 et 9 janvier 2015
Rudy REICHSTADT, Le conspirationnisme, extension du domaine de la négation. L’intrication de la complosphère avec la mouvance négationniste

Approches psychologiques et sociologiques
Loïc NICOLAS, Jésuites, Juifs, francs-maçons : la rhétorique au service de la conspiration
Sylvain DELOUVÉE, Répéter n’est pas croire. Sur la transmission des idées conspirationnistes
Véronique CAMPION-VINCENT, Note sur les entrepreneurs en complots
Jean-Bruno RENARD, Les causes de l’adhésion aux théories du complot

Les théories du complot dans les anciens pays communistes
Stéphane FRANÇOIS et Olivier SCHMITT, Le conspirationnisme dans la Russie contemporaine
Radan HALUZÍK, « Qui y a-t-il derrière tout ça ? » Révolutions et théories du complot en Europe de l’Est
Zuzana PANCZOVÁ et Petr JANECEK, Théories du complot et rumeurs en Slovaquie et en Tchéquie

Les théories du complot aux États-Unis
Michael BARKUN, Les théories du complot comme connaissance stigmatisée
Mark FENSTER, Un manque d’imagination : récits en concurrence sur le 11-Septembre
Gary Alan FINE, Barack Obama et la connaissance incertaine

Complotisme et culture populaire
Aurore VAN DE WINKEL, La disparition du vol MH370 : complot, dissimulation, bluff et fiction
Raphaël JOSSET, Auri sacra fames. Un regard sur l’argent, la finance et le conspirationnisme
Eva SOTERAS, Rockin’ Squat : le conspirationnisme sur fond rythmique
Damien KARBOVNIK, Théorie du complot et ovnis

Voir les commentaires

Comment Dieudonné est devenu antisémite

Sa proximité avec les milieux antisémites remonte bien avant son rapprochement avec le Front national et l'Iran d'Ahmadinejad.

Dieudonné a rencontré en Iran le président Mahmoud Ahmadinejad dont la réélection a été qualifiée de truquée par l'opposition qui a multiplié les contestations et est victime d'une répression brutale par le régime islamiste. L'humoriste qualifie pourtant les manifestations qui ont suivi l'élection de Mahmoud Ahmadinejad de «propagande sioniste» et affirme à propos de Clothilde Reiss, la Française arrêtée par les autorités iraniennes et assignée à résidence: «Si son projet est de servir le sionisme, dans ce cas, elle a sa place en prison en Iran». Dieudonné a encore déclaré samedi 28 novembre avoir récolté des fonds pour mener un «combat culturel» contre le sionisme lors de sa rencontre avec Mahmoud Ahmadinejad. Nous republions après cette nouvelle provocation un article de Marc Caen montrant que l'antisémitisme de Dieudonné est loin d'être récent.

Un certain nombre de Français - comme en témoignent par exemple les réactions en ligne - continuent de percevoir Dieudonné comme un simple provocateur qui aurait été poussé au radicalisme par un lynchage médiatique unilatéral. Il n'en est rien. Dieudonné tient un discours obsessionnel compulsif - sans aucun second degré - qui s'est cristallisé depuis longtemps et s'est constitué des liens dans les milieux antisémites bien avant son rapprochement spectaculaire avec le Front national. Retour sur les moments clés de son parcours qui n'est pas, comme beaucoup le pensent, une lente dérive. Mais l'histoire d'un antisémite endurci depuis plusieurs années.

Chapitre 1 : les prémisses de la haine dès 2002

La polémique Dieudonné naît le 1er décembre 2003 avec son célèbre sketch du rabbin nazi sur le plateau de Fogiel. L'affaire fait grand bruit. Pourtant, à cette époque, Dieudonné, ancien militant de gauche, a déjà fait de nombreuses déclarations, autrement plus graves. Et qui n'étaient pas des sketchs. En janvier 2002, celui qui n'avait pas reçu de financement de la part du CNC pour son film «Le code noir» sur l'esclavage déclare à «Lyon Capitale»: «pour moi, les juifs, c'est une secte, une escroquerie. C'est une des plus graves parce que c'est la première» (il sera condamné, pour la première fois, pour ces propos bien plus tard en février 2007 par la cour de cassation).

Récidive en octobre sur blackmap.com: «étant donné que le noir dans l'inconscient collectif porte la souffrance, le lobby juif ne le supporte pas parce que c'est leur business! Maintenant, il suffit de relever sa manche pour montrer son numéro et avoir droit à la reconnaissance». Le discours est fixé, il ne changera plus.

Chapitre 2 : Le compagnon de route de la cause palestinienne radicale (2003-2004)

L'affaire du sketch est suivie d'une série de propos violents dans la presse. En janvier 2004 à «The source»: «La population juive n'aime pas que je dénonce certaines de leurs manipulations médiatiques». En février au «JDD»: «ce sont tous des négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et aujourd'hui, l'action terroriste qui manifestent leur soutien à la politique d'Ariel Sharon» (il sera condamné pour ces propos bien plus tard, en novembre 2007).

A cette époque, Dieudonné est encore soutenu par de nombreuses personnalités comme Mouloud Aounit, alors secrétaire général du Mrap, qui vient lui apporter son soutien en février quand son spectacle à l'Olympia est annulé. En avril, ce sont Benoît Delepine de Canal + ou encore Robert Ménard de Reporters sans frontières qui prennent sa défense lors du «procès du sketch».

Au-delà de la liberté d'expression, Dieudonné devient surtout une figure de la cause palestinienne en annonçant au printemps sa candidature aux européennes - déjà - sous l'étiquette Euro-Palestine. Parallèlement, d'autres personnalités apparaissent dans son entourage à ce moment-clé. Ils ne le quitteront plus. Ginette Skandrani, coéditrice d'un faux antisémite «Le manifeste judéo-nazi d'Ariel Sharon» et exclu des Verts pour négationnisme, ainsi que certains de ses amis: Serge Thion, exclu du CNRS pour négationnisme, Assani Fassasi, proche du régime libyen et animateur du Collectif des filles et fils d'Africains déportés (Coffad), Mohamed Latrèche, président du très radical Parti des Musulmans de France (PMF). Survient aussi Alain Soral, intellectuel du FN qui rejoint le comité de soutien d'Euro-Palestine. C'est d'ailleurs officiellement à cause de Soral et de ses «propos antisémites» sur France 2 en septembre 2004 qu'Euro-Palestine prend ses distances en octobre avec un «Dieudonné sur une pente très glissante».

La mini affaire Soral vaudra à Dieudonné en septembre un nouveau soutien: celui de Maria Poumier, une proche du négationniste Roger Garaudy. Le laïque Dieudonné achève l'année 2004 en recevant dans son théâtre parisien de la Main d'or les juifs extrémistes (et antisionistes) du mouvement Neturei Karta et en défilant contre l'interdiction d'Al Manar, la chaîne télé du Hezbollah libanais. A ce moment-là, son réseau antisémite est déjà constitué. Il provient en majorité de la gauche radicale. Mais peu en parle. Ce n'est qu'avec un nouveau scandale - il décrit la Shoah comme une «pornographie mémorielle» - que Dieudonné refait la Une des journaux pour la seconde fois.

Chapitre 3 : Le rapprochement discret avec le FN (2005- fin 2006)

En mars 2005, Dieudonné se solidarise avec Bruno Gollnisch, exclu alors pour cinq ans de l'université de Lyon-III à la suite de propos controversés sur les chambres à gaz. S'il dit avoir des« positions politiques radicalement opposées», il le soutient car «on est dans un Etat de droit, sous la pression d'un lobby qui se croit tout permis dans ce pays». En octobre, le FN lui rendra d'ailleurs la politesse en demandant de concert avec l'ancien humoriste la démission de Marc-Olivier Fogiel de France 3.

En juin, interviewé par Novopress.info, émanation des «Identitaires», il dénonce la connerie des «sionistes». Le mois suivant, il théorise l'utilisation de ce mot: « je ne prononce pas le mot juif. Après mes différents procès, j'ai compris qu'il pouvait y avoir interprétation sur ce mot alors que sur sioniste, il n'y a pas d'interprétation possible».

En avril 2006, Dieudonné, candidat depuis décembre 2005 à la présidentielle, accorde une interview au numéro un de la nouvelle version du mensuel «Le choc du mois». Un média d'extrême droite dirigé par Jean-Marie Molitor, également directeur de l'hebdomadaire « Minute ». Le titre avait cessé d'exister en 1993 après la publication d'une interview de... Robert Faurisson. Dans son entretien, Dieudonné établit une communauté de destin entre lui et Jean-Marie Le Pen, son ancien ennemi: «il est la vraie droite, je suis la vraie gauche, le Nouvel Empire n'aime ni les uns ni les autres». Fin juin, le site «La banlieue s'exprime» d'Ahmed Boualek, proche du FN, révèle que le coordinateur de campagne de Dieudonné est un certain «Marc Robert», de son vrai nom Marc Georges, responsable frontiste, proche du régime baasiste irakien. C'est avec lui que Dieudonné part fin août au Liban soutenir de hauts responsables politiques, notamment du Hezbollah. Il est également accompagné de Frédéric Châtillon, ancien responsable du GUD (et d'Alain Soral, devenu entre temps plume de Jean-Marie Le Pen).

Chapitre 4 : Le coming-out frontiste, Dieudonné décomplexé (fin 2006 à aujourd'hui)

Lorsque Dieudonné se rend à la fête du FN au Bourget le 11 novembre 2006, la plupart des médias s'en étonnent. Il s'agit officiellement de répondre à la «main tendue par le FN aux Français d'origine étrangère». Autre amabilité: Jean-Marie Le Pen est invité en décembre 2006 à son spectacle au Zénith (en compagnie, entre autres, de Thierry Meyssan, auteur de «L'effroyable imposture»). Même si ce rapprochement avec l'extrême droite traditionnelle n'est pas nouveau, son officialisation va coûter à Dieudonné la plupart de ses soutiens. D'autant plus que sa virginité judiciaire derrière laquelle il se retranchait jusqu'alors cesse avec sa première condamnation pour injure raciale en février 2007. Mois durant lequel il exprime sa solidarité, lors d'une conférence de presse, avec Kémi Séba, leader du groupuscule suprématiste noir Mouvement des damnés de l'impérialisme (ex tribu Ka), qui vient d'être condamné à deux mois de prison ferme. Dieudonné, alors plus prudent, avait pourtant officiellement pris ses distances avec ce militant ouvertement raciste en avril 2005.

Désormais décomplexé, Dieudonné participe en mars 2007 à un voyage au Cameroun, son pays d'origine, avec Jany Le Pen et ne cache pas, en avril 2007, préférer Jean-Marie Le Pen à Nicolas Sarkozy en cas de duel au second tour de la présidentielle. La suite est connue et les médias relaient fréquemment ses frasques: le baptême de sa troisième fille par Jean-Marie Le Pen en juillet 2008 (Libération) ou encore la location de son théâtre au FN en septembre 2008 (Le Parisien).

Avec la remise d'un prix de «l'infréquentabilité au négationniste Robert Faurisson en décembre 2008 au Zénith ll transgresse le tabou ultime. La mairie de Paris semble dès lors déterminée à trouver un moyen de faire fermer le théâtre de la Main d'or. «Ce lieu est l'épicentre de la toute la nébuleuse anti-juive de Paris», confirme le politologue Jean-Yves Camus. Parmi les mouvements qui le fréquentent, citons le Rassemblement des Etudiants de droite (RED, renouveau du GUD), la Droite socialiste (droite ultra) et bien évidemment Egalité et Réconciliation, l'association d'Alain Soral.

La farce ne semble pas prête de finir...

Marc Caen

Voir les commentaires

Published by DAVID - - FRANCE, ANTISEMITISME

Les USA utiliseraient l'aide étrangère pour endommager l'industrie militaire d'Israël

Walla a rapporté mardi que l'accord de sécurité entre les Etats-Unis et Israël doit encore être signé, et le temps passant, il semblerait que les Américains ne soient pas pressés de terminer la transaction, . Des sources au ministère de la Défense, qui prévoyaient que le programme d'aide des États-Unis à convenir pour la fête de la Pâque voient les semaines depuis cette date cible passer avec peu de mouvement de Washington. Jusqu'à présent, l'administration Obama a décidé d'augmenter le budget de l'aide de la sécurité à Israël au-dessus du montant annuel actuel de 3,2 milliards $, mais en plus elle aimerait réduire la part du budget qui peut être converti à partir des US$ en shekels pour les achats de Tsahal à des fabricants de sécurité israeliens. Cette dernière partie aurait des conséquences à long terme les plus douloureuses, pour la sécurité d'Israël.

Dans le cadre du programme d'aide des États-Unis dans le passé, Israël était autorisé à convertir un quart de l'argent en 3 milliards de shekels (786 millions $) pour l'achat à des sociétés israéliennes. Les Israéliens opposent à la décision américaine de ronger cette partie du paquet, car il se traduirait par un effet à long terme sur le budget de la défense d'Israël et de son complexe militaro-industriel.

Un ancien haut responsable de l'appareil de la défense a déclaré à Walla que «les États-Unis avaient l' intention d'annuler la conversion en shekels, même si elle est seulement une réduction, elle aurait un effet significatif sur l'attractivité de l'ensemble du programme d'aide de sécurité des États-Unis."

L'offre de budget de l'aide telle qu'elle est aujourd'hui est beaucoup plus faible que l'ambition déclarée d'Israël au début des négociations avec les États-Unis. Des sources au Congrès ont dit que Israël demandait 4 à 5 milliards de $ par an, sur la durée de l'accord, de 2019 à 2028, et pourrait atteindre 50 milliards $ - comparativement aux 30 milliards $ de 2009 à 2018 package signé avec le président George W. Buish. L'accord final se situera probablement entre 37,5 milliards de la position des États-Unis et $ 40 montant réclamé par Israël. Même à la minimaliste, version américaine, Israël reçoit toujours un complément de 750 millions $ sur 10 ans.

Aujourd'hui, les États-Unis paie 3 milliards $ sur 15,6 milliards $ du budget de la défense d'Israël.

La source de la défense parlant à Walla dit une décision américaine de maintenir le programme d'aide entière en dollars, pour être dépensé uniquement chez les fabricants américains, pourrait signifier des coûts importants pour Israël hors de sa propre économie. Il a donné comme exemple « lorsque nous achetons le F-35 aux États - Unis, il est livré avec des dérivés supplémentaires payés en shekels: nous sommes appelés à construire une infrastructure de pointe pour la nouvelle escadre, ainsi qu'une maintenance spécialisée et des pistes spéciales de décollage pour lesquelles le budget américain est converti en partie pour être payé. En coupant cette opération cela nuirait directement au budget de la défense, ainsi qu'aux industries militaires ».

Soit dit en passant, que Defense News a rapporté en Avril, qu'Israël exige de Lockheed Martin et du Bureau du Programme commun F-35 afin de maximiser son autonomie sur sa nouvelle force de combat furtif, y incluant ses propre commandement, contrôle, communications et informatique (C4) système d'armes, indigènes et la possibilité d'effectuer la maintenance lourde dans le pays plutôt qu'à prédéterminer les révisions dans des centres régionaux. Aucun autre acheteur n'a demandé ou reçu l'accord de ces exceptions pour un système qui est considéré comme le plus avancé et secret en possession des États - Unis.

Le Brig. Gen. Tal Kalman, chef du personnel des Forces Aériennes, a déclaré à un auditoire à Tel Aviv cette année que les «exigences particulières» d'Israël sont d'exiger l'indépendance pour la maintenance des chasseurs furtifs. Prenant la parole le dimanche lors d'une conférence d'Israël Défense et l'Institut Fisher pour Air stratégique et études spatiales, Kalman a déclaré que les Forces aériennes d'Israel sont pour un "processus progressif et coordonné" pour établir un centre logistique pour F-35 au siège de l'escadron à la base aérienne de Nevatim dans le sud d'Israël.

«Le programme a été construit selon un concept et l'IAF veut maximiser son indépendance dans le maintien de ces avions», a déclaré Kalman.

Des rapports antérieurs ont suggéré que les Américains étaient réticents à laisser les Israéliens faire avec le F-35 ce qu'ils ont fait avec chaque système unique qu'ils ont achèté à l'étranger: le bricoler jusqu'à ce que ses propres constructeurs ne le reconnaissent pas.

Par JNI médias

http://www.breakingisraelnews.com/67908/report-us-using-foreign-aid-to-damage-israels-military-industry-05-16/#6R3zEAVI5OaMWTkt.97

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

http://malaassot.over-blog.com/2016/05/les-usa-utiliseraient-l-aide-etrangere-pour-endommager-l-industrie-militaire-d-israel.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics

Voir les commentaires

Published by DAVID - - ISRAEL, amerique

Israël prend le dessus sur le Hamas dans la guerre des tunnels à Gaza

De nouvelles technologies et de méthodes de lutte de l'armée Israélienne contre le groupe terroriste

Israël fête sa 68ème année d'indépendance, les Israéliens peuvent être fiers du fait qu'ils ont beaucoup à célébrer. Le taux de chômage est faible et le niveau de vie est comparable à celui des pays occidentaux riches. Les citoyens d'Israël ont transformé une terre semi-aride en une oasis. Ses citoyens innovateurs et ingénieux ont transformé la nation en un géant de la technologie. Les pénuries d'eau qui ont sévi dans la nation au cours de ses années de formation font maintenant parties du passé grâce aux usines de désalinisation rentables et d' autres technologies innovantes de l'eau. Israël maintient une infrastructure très développée et moderne et sa formidable armée se classe constamment parmi les plus puissantes. Le Gaz naturel trouvé récemment au large des côtes d'Israël a instantanément transformé l'Etat juif en un acteur majeur de l'énergie avec diverses nations désireuses de signer des accords et de former des partenariats. Lorsque des catastrophes naturelles frappent les pays lointains, le secours israélien et le personnel médical sont parmi les premiers sur les lieux et ont une renommée mondiale pour son efficience et son efficacité.

Il n'est pas étonnant que sondage après sondage, les Israéliens se classent régulièrement parmi les gens les plus heureux du monde. Peut-être le plus grand témoignage de la réussite d'Israël c'est la croissance de sa population. En 1948, seulement 6% des Juifs du monde entier résidaenit en Israël. Aujourd'hui, ce chiffre a gonflé à près de 50%, un développement sans précédent depuis l'Ere du Deuxième Temple, il y a deux mille ans!

En dépit de ces réalisations phénoménales, les Israéliens doivent encore composer avec les forces menaçantes et malignes qui se cachent juste au-delà de ses frontières. Jusqu'à récemment, l' attention se concentrait sur le nord du Liban, où le groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l'Iran maintient un stock de 110.000 missiles, tous destinés à Israël. Avec l' aide de l'Iran, le groupe représentant des chiites tente également d'établir des bases de missiles en Syrie d'où il pourrait ouvrir un second front contre Israël. Israël a jusqu'ici réussi à contrecarrer ces efforts néfastes, militairement si nécessaire et continue de rester vigilant.

Pour ne pas être distancé, le Hamas, l'entité terroriste qui gouverne Gaza a considérablement augmenté les tensions dans le sud. Au cours des dernières semaines, le groupe génocidaire sunnite initie plusieurs provocations à la frontière qui démontrent à quel point la situation est précaire à la frontière.

Le 15 Avril, le chef du Hamas , Ismail Haniyeh, lors d'un rassemblement a annoncé, "Notre message ... est un message ancré dans le sang. Le fusil et le tunnel sont notre engagement ..." la grandiloquence belligérante de Haniyeh qui était probablement destinée à la consommation interieure, mais souligne néanmoins les tentatives faites par le groupe terroriste de se concentrer sur les tunnels comme un outil offensif de guerre. Au cours de l'offensive d'Israël de l'été 2014 contre le Hamas, les Forces de défense israéliennes ont découvert et détruit près de trois-douzaines de tunnels terroristes, dont certains étendus profondément en Israël. Ces tunnels ont été conçus pour les méga-attaques macabres visant à tuer et à capturer autant de civils que possible et au moins un tunnel a été trouvé caché sous une maternelle israélienne.

Après le conflit de 2014, le Hamas a commencé à reconstruire son réseau de tunnel en détournant le ciment et les matériaux de construction destinés à un usage civil. Mais Israël a investi massivement dans des technologies visant à la détection de tunnel. Dès cette année, le Hamas a commencé à éprouver une série d'affaissements mystérieux et dévastateurs de tunnels. Au moins une douzaine de tunnels se seraient effondrés, en piégeant et tuant plusieurs agents du Hamas, y compris les commandants supérieurs.

Une paranoïa profonde et immédiate a saisi le Hamas, qui a accusé Israël d'employer une arme secrète qui a causé les éboulements. Certains agents du Hamas ont refusé de rentrer dans les tunnels existants par crainte d'éboulements supplémentaires induits par les israéliens.

À la mi-Avril, les forces israéliennes ont capturé Mahmoud Atauna, un agent actif dans l'entreprise du dispositif des tunnel du Hamas. Il a fourni à ses interrogateurs un trésor de renseignements sur les opérations du Hamas et ses activités, y compris celles impliquant les tunnels terroristes. Ce même mois, le Shin Bet a marqué un autre point concernant du renseignement en capturant un autre opérationnel du dispositif dont les responsables ont dit qu'il avait fourni « des informations détaillées sur les activités du Hamas à creuser des tunnels qui doivent être utilisés pour lescombattants du Hamas afin d'infiltrer les zones israéliennes."

Les efforts d'Israël contre le fonçage de tunnels ont payé. Au cours des dernières semaines, l'armée israélienne a découvert deux tunnels bien construits se prolongeant dans Israël proprement dit et enterré à plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Les terroristes du Hamas ont regardé impuissants depuis leurs postes alors que les forces israéliennes ont convergé sur leurs biens les plus précieux, qu'ils avait mis des mois, voire des années, à construire. Dans un effort pour distraire l'armée israélienne, le Hamas a violé le cessez- le feu qui avait lieu depuis Août 2014 et a tiré un certain nombre de tirs de mortier. Israël a répondu avec précision par des tirs de tanks et des frappes aériennes. Le Hamas a reçu le message et a reculé.

Les provocations du Hamas montrent comment la situation est volatile et avec quelle facilité une escarmouche frontalière localisée pourrait dégénérer en conflagration à part entière. Mais les tunnels terroristes posent un défi sérieux qui doit être abordée et il semble que les Israéliens commencent à prendre le dessus dans la bataille souterraine.

Depuis 2008, Israël a dû se battre contre le Hamas à trois reprises. A chaque fois, le Hamas a été complètement battu et archi-battu. La routine est prévisible. Les hostilités commencent avec le Hamas qui lancent des roquettes ou par un autre genre d'attaque terroriste contre population civile d'Israël. Et se cache alors derrière sa propre population civile quand Israël se venge. Les islamistes et leurs idiots utiles, les alliés de la gauche radicale condamnent Israël pour l' utilisation de la force «disproportionnée» et appellent à la "retenue". Le Hamas déclare alors « la victoire ». Du déjà vu et répété.

Ce cycle auquel se réfèrent certains analystes israéliens est appelé - tonte du gazon. de temps à autre, le Hamas ou le Hezbollah ont tendance à oublier la raclée qu'ils ont reçu par l'armée israélienne dans les années antérieures et se lancent dans une autre aventure futile. Israël est alors contraint de tondre la pelouse et de les tailler. Si le Hamas continue de violer la souveraineté israélienne avec son expérience de tunnel imprudente, Israël peut être nécessaire obligé à une nouvelle fois, tonte du gazon.

Par Ari Lieberman

http://www.frontpagemag.com/fpm/262818/israel-gains-upper-hand-over-hamas-gazas-ari-lieberman

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

http://malaassot.over-blog.com/2016/05/israel-prend-le-dessus-sur-le-hamas-dans-la-guerre-des-tunnels-a-gaza.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics

Voir les commentaires

Published by DAVID - - ISRAEL, TERRORISME, MONDE ARABO MUSULMAN

Un petit peu sans doute. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde.

Benoît Rayski

Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'Etat aux anciens combattants, est un être sensible. Un rien l'ébranle. Un rien le touche. Un rien le bouleverse. Qui n'a pas entendu hier sa poignante lamentation ne saura jamais ce que peut être la souffrance d'un homme brisé. Ah, Il en avait gros sur le cœur, M. Todeschini ! Et sa blessure portait un nom : l'annulation par la mairie de Verdun d'un concert, initialement organisé par elle, du rappeur Black M.

Ah, il était choqué M. Todeschini ! Choqué par "le déferlement de haine, de violence et d'intolérance" qui avait abouti à l'annulation du concert.

Ah, il était choqué car il voyait là "un premier pas vers le fascisme" ! Ah, il était désespéré, indigné, car Verdun s'était transformé en Waterloo morne plaine, son ami Samuel Hazard, le maire socialiste de la ville, ayant dû baisser la tête devant les hordes brunes et noires.

Le moment était d'autant plus douloureux car, selon M. Todeschini, l'annulation insultait la mémoire des centaines de milliers de morts "de toutes races, de toutes couleurs, de toutes religions" (il y avait peut-être quand même quelques Français parmi eux ?) tombés à Verdun. Et pourquoi étaient-ils morts ? "Pour la liberté d'expression", sanglotait M. Todeschini. Et donc, pour que Black M puisse chanter ce qu'il veut, quand il veut, où il veut.

Les pauvres morts de Verdun auraient donc donné leur vie pour que Black M puisse dire librement que la France est un pays de "kouffars". Pour qu'il puisse, comme quand il chantait avec Sexion d'Assaut, énoncer quelques vérités sur les "pédés" à qui il faudrait "couper le pénis". Pour qu'il ait la liberté d'évoquer l'existence d'une certaine catégorie de gens qualifiés par lui de "youpins".

Pleure, ô mon pays bien-aimé ! Pleure, ô France qu'on enchaîne ! Pleure, en regardant le vol noir des corbeaux sur nos plaines ! Les fascistes ont fait taire Black M. Et c'est nous tous, si l'on en croit M. Todeschini, qu'on bâillonne. Nombreux sont certainement ceux qui, au vu de ses déclarations, auront tendance à considérer que le secrétaire d'Etat aux anciens combattants est un sale type, voire pour les plus fascistes, un sale con...

Erreur, insupportable erreur. M. Todeschini est juste un pauvre type. Un grotesque. Un personnage ridicule. Un comique de caniveau. On notera que c'est certainement en raison de ces qualités qu'il est membre du gouvernement de Manuel Valls. Et on se permettra de suggérer à ce grand traqueur de bruns de regarder de près les initiales de Sexion d'Assaut.

Benoit Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2016/05/ca-vous-choque-vous-quand-black-m-parle-des-kouffars-des-pedes-et-des-youpins.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics

Voir les commentaires

Published by DAVID - - ANTISEMITISME, FRANCE, ISLAM

GW Goldnadel : « Trêve de mondanités , l’heure est au combat existentiel »

Quand donc la communauté juive de France soi-disant organisée prendra-t-elle conscience de la nature véritable de la menace mortelle ?

Va-t-elle se contenter de passer en pertes et profits l’impardonnable vote de la France en faveur de cette résolution de l’Unesco qui attribue des appellations arabes aux lieux saints du judaïsme ?

Jamais, avant cette résolution, la France n’avait autant cautionné les vieux fantasmes islamo-palestiniens qui aiment à croire que les juifs veulent détruire les mosquées de Jérusalem.

Ainsi, au point 14 de l’étrange motion, les juifs perfides sont accusés d’avoir fabriqué de fausses tombes pour s’emparer des cimetières musulmans…

La vieille politique arabe de la France, main dans la main avec ces nouveaux fonctionnaires acculturés qui se soumettent à la lecture coranique de l’Histoire. Le consulat de France à Jérusalem doit exulter.

Comme plus tragique référence historique, je ne vois que le consul de France à Damas, Mr de Ratti-Menton, en 1840, quand il accusa les juifs de la ville d’avoir commis un meurtre rituel à l’encontre d’un moine capucin. Ce fut les prémices d’un terrible pogrom…

Dans le même et sale temps, l’islamo-gauchisme anglais du parti travailliste pourrait en remontrer à notre extrême gauche française: il ne se passe pas une semaine sans que des responsables du vieux parti britannique, la plupart du temps d’origine islamique, ne prononcent des paroles assassines envers les juifs. Un jour, la vice-présidente du parti tweet que les juifs ont « des gros nez et qu’ils massacrent les opprimés ».

Un autre, c’est un conseiller influent, Aysegul Gurbuz, qui déclare qu’Hitler « est le plus grand homme de l’Histoire (et qui) espère que l’Iran utilisera son arme nucléaire pour effacer Israël de la carte ». Plus récemment, un député, Naz Shah, a demandé de délocaliser Israël aux États-Unis. On n’oubliera évidemment pas Ken Livingston, ancien maire de Londres, qui décrète qu’Hitler était sioniste.

Le pire, peut-être, est qu’aucun historien ou journal n’ont été capables de lui rappeler, au-delà de la fameuse alliance du Führer avec le grand mufti, le discours d’Hitler au Reichstag en 1937 comparant « le malheureux peuple arabe de Palestine » aux Sudètes et promettant que ces derniers, « eux, ne se laisseront pas faire comme les Arabes ». N’en déplaise à la gauche extrême, Hitler était aussi antisioniste et pro-palestinien qu’elle-même.

D’évidence, le parti travailliste britannique n’a aucune chance de guérir de son antisémitisme, tant qu’il sera présidé par un Corbyn qui considère les gens du Hamas et du Hezbollah comme ses « amis ».

Siné est mort. Pas question de cracher sur son cadavre. Mais pas question non plus de ne pas voir combien la presse de gauche aura été bonne fille. C’est beau l’antiracisme: l’Obs, ordinairement si vigilant qu’il dresse régulièrement des listes des mal pensants contre l’immigration de masse, aura consacré au défunt un hommage appuyé: « Siné debout pour toujours » On en pleurerait. Pour le même prix, l’auteur ému affirme qu’il avait gagné ses procès.

Pas question de rappeler sa condamnation pour les propos les plus ignobles prononcés contre les juifs depuis la guerre. À moi donc, qui ait eu l’honneur de le faire condamner, malgré quelques interventions de notables juifs de gauche, de rappeler ses sales mots: « Je suis antisémite depuis qu’Israël bombarde. Je suis antisémite et je n’ai plus peur de l’avouer. Je vais faire dorénavant des croix gammées sur tous les murs. Rue des rosiers je suis pour. On en a plein le cul. Je veux que chaque juif vive dans la peur, sauf s’il est pro-palestinien. Qu’ils meurent. Faut les euthanasier… »…

Quand donc la communauté juive française soi-disant organisée et représentative comprendra-t-elle qu’aujourd’hui l’ennemi numéro 1 s’appelle l’islamo–gauchisme ? Qu’aucun compromis, d’aucune sorte, ne peut plus être toléré avec lui ? Qu’il convient de le disqualifier, de le traiter plus sévèrement encore qu’elle traite toujours l’extrême-droite ? Jamais le fossé n’aura été aussi grand entre les notables qui parlent en son nom et une base juive, peut-être désorganisée, mais qui ne s’en laisse plus compter.

Que ces notables cessent de remercier gentiment les autorités pour leurs condoléances avant et après chaque attentat, et avant et après chaque vote immonde, et qu’ils cessent de célébrer les rêves creux du « vivre ensemble ».

L’heure n’est plus au débat mondain, mais au combat existentiel.

http://blognadel.over-blog.com/2016/05/treve-de-mondanites.html

Voir les commentaires

Musulmans maîtres de l'Europe: c'est pour bientôt

En imposant leur dogme et leur mode de vie dans les camps de réfugiés, les musulmans ont déjà pris possession d'une partie de l'Europe.

À cause de leur dogme, les musulmans agressent quand ils sont chez eux, ils agressent aussi quand ils sont hors de chez eux. Un proverbe kabyle dit: "Aarav, ma y-ellouz y-eçç ak, ma y-erwa y-eçç ak": l'arabo-musulman, s'il a faim il te mange, s'il est repu il te mange.

Depuis Mahomet, les preuves se sont accumulées qu'il ne peut y avoir de coexistence pacifique durable entre les musulmans et les autres groupes humains. Parce que l'islam n'a jamais été porteur d'un message de paix, que le seul message qu'il porte est "Soumettez-vous". L'islam n'oublie son agressivité envers les autres que lorsqu'il est en situation de faiblesse, toute l'Histoire nous l'a amplement démontré.

"Ne faiblissez donc pas et n'appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus hauts, qu'Allah est avec vous, et qu'il ne vous frustrera jamais [du mérite] de vos œuvres" (coran, 47:35).

"Les réfugiés chrétiens forcés à participer aux prières musulmanes" , Breitbart, 11 mai 2016.

Des demandeurs d'asile chrétiens en Allemagne sont régulièrement intimidés, battus et forcés à participer à des services de prière musulmanes, selon un rapport publié cette semaine.

Il y a actuellement plus d'un million de migrants et de réfugiés vivant en Allemagne, la grande majorité d'entre eux sont musulmans. Un rapport de l'organisation Portes Ouvertes (Open Doors, une ONG internationale au service des chrétiens persécutés), intitulé "Attaques à motivation religieuse sur les réfugiés chrétiens en Allemagne", a collecté les preuves d'une forte augmentation de l'agressivité et de la violence envers les chrétiens dans les centres de réfugiés.

Sont particulièrement attaqués les ex-musulmans convertis au christianisme, qui sont considérés comme des apostats par les migrants musulmans.

Thomas Muller, un analyste des persécutions à Portes Ouvertes, a déclaré que "les réfugiés, surtout les nouveaux convertis à la foi chrétienne, vivent dans la crainte de la persécution de la part des réfugiés musulmans qui constituent la majorité des résidents dans les foyers de réfugiés mis en place dans toute l'Europe".

L'étude a révélé que la moitié des 231 migrants chrétiens interrogés au cours des deux derniers mois ont dit qu'ils avaient été "intimidés" par les musulmans dans les camps de réfugiés ou les centres d'accueil, et a également affirmé que les migrants musulmans obligeaient les chrétiens à prendre part aux prières musulmanes.

A Berlin, un ministre protestant a affirmé que les réfugiés chrétiens avaient été menacés après avoir refusé de prendre part à des prières musulmanes avec d'autres migrants, principalement en provenance d'Afghanistan et d'Iran.

Par ses conclusions, le rapport de Portes Ouvertes est un appel aux Autorités allemandes pour installer les non-musulmans dans des centres distincts, afin d'assurer leur sécurité. Les migrants chrétiens interrogés ont déclaré avoir subi des mauvais traitements à la fois de la part de leurs compatriotes réfugiés et de la part du personnel de sécurité des centres d'accueil, et quelques 75% ont déclaré que cela était arrivé à plusieurs reprises.

Beaucoup de réfugiés chrétiens ont également révélé qu'ils craignent de signaler les incidents de peur qu'ils aient à faire face par la suite à d'autres problèmes, y compris à la violence contre les membres de leurs familles qui vivent encore dans les pays musulmans.

Environ 80% des réfugiés interrogés ont dit qu'il y avait un réel besoin de logements séparés pour chrétiens et musulmans.

Publié par apostat-kabyle

http://apostat-kabyle.blogspot.fr/2016/05/musulmans-maitres-de-leurope-cest-pour.html

Voir les commentaires

Published by DAVID - - europe, musulmans, invasion

RIPOSTE SEFARADE

Ce blog n’a aucun but lucratif, sa prétention est seulement d’informer. Si vous trouvez un document qui vous appartient et que vous souhaitez son retrait , dites-le et il sera immédiatement retiré. La tragédie que le peuple juif a connu en Europe, est la seule et unique raison de la diffusion de ces textes dont la source est toujours indiquée.

Hébergé par Overblog